Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son parti du Likoud ont été incapables de former une coalition au pouvoir dans les six semaines prescrites par la loi – un résultat qui semblait inconcevable il y a six semaines, avec la victoire éclatante du Likoud aux élections générales du 9 avril en Israël.

En conséquence, le 17 septembre, les électeurs israéliens se rendront aux urnes et éliront à nouveau leurs représentants à la Knesset. En attendant, Netanyahu restera le Premier ministre par intérim d’Israël.

L’homme responsable du chaos politique israélien est l’ancien ministre de la Défense, Avigdor Liberman. Liberman, originaire de Moldavie, dirige le parti Yisrael Beitenu, qu’il a formé il y a 20 ans. Son parti a remporté cinq sièges en avril dans les 120 sièges de la Knesset en Israël. Bien que ce soit une faction dérisoire, sa taille était suffisante pour bloquer la formation d’un gouvernement. Sans Liberman, Netanyahu avait une coalition de 60 membres, soit une majorité de moins.

Ce n’est pas le premier rodéo de Liberman. En novembre dernier, Liberman a démissionné de son poste pour protester contre le refus de Netanyahou d’entrer en guerre contre le régime du Hamas à Gaza, après que le Hamas a commencé à frapper Israël avec des roquettes et des obus de mortier. Il a pris sa faction de six membres avec lui. Bien que les élections en Israël n’aient été programmées qu’en novembre 2019, la coalition au pouvoir de Netanyahu ayant été réduite à 61, la démission de Liberman a déclenché le début des élections anticipées. Ces élections, qui ont eu lieu en avril, ont été convoquées en janvier.

En d’autres termes, au moment des prochaines élections en septembre, le refus de Liberman de travailler avec Netanyahu aura laissé Israël sans gouvernement stable pendant dix mois.

Au cours des négociations de la coalition, Netanyahu a offert à Liberman plus que toute faction politique mineure n’aurait pu espérer gagner. Netanyahu a non seulement accepté la demande de Liberman de retourner au ministère de la Défense avec les pleins pouvoirs exécutifs, c’est-à-dire avec l’autonomie du veto du Premier ministre, mais il s’est également vu proposer le ministère de l’Immigration et de l’Integration.

Tout cela était insuffisant, cependant, Liberman a décidé de plaider sa cause pour le renversement de Netanyahu sur la conscription obligatoire des jeunes hommes ultra-orthodoxes. Pour des raisons historiques, la grande majorité des hommes ultra-orthodoxes ont été différés par le projet universel d’Israël. Au cours des deux dernières décennies, alors que les Juifs ultra-orthodoxes représentaient un pourcentage plus élevé de la population, le tollé général suscité par l’inégalité du partage des charges s’est intensifié. Cette question a servi de cri de ralliement pour les Israéliens non religieux de tout le spectre électoral.

Historiquement, la question a été une cause populiste pour les partis de centre gauche. Cela est dû en partie à la volonté de maintenir les gouvernements de droite dans un état d’instabilité chronique. La question du projet de report des ultra-orthodoxes limite les options du Likoud pour la construction d’une coalition. Il peut former un gouvernement avec des factions de centre gauche, ou avec des partis ultra-orthodoxes, mais pas avec les deux.

Face à ce dilemme, Netanyahu a choisi en 2013 de former un gouvernement avec des partis de centre-gauche et d’exclure les partis ultra-orthodoxes. Les dirigeants de centre-gauche ont renvoyé la faveur, en collusion avec Liberman pour déstabiliser la coalition. Leurs actions ont forcé Netanyahu à convoquer des élections anticipées un an et demi après la formation du gouvernement.

Liberman a formé son parti pour représenter les Israéliens de l’ex-Union soviétique, qui ont immigré en Israël en masse lors de l’éclatement de l’Union soviétique. Il s’agit d’une diminution de la population car, au fil des années, les Juifs israéliens de l’ex-Union soviétique et leurs enfants ont été intégrés à la société israélienne. Dans un effort pour diversifier sa base électorale, Liberman a adopté le projet ultra-orthodoxe comme moyen de développer une nouvelle circonscription parmi les nationalistes laïcs.

La raison apparente de son refus de conclure un accord de coalition avec Netanyahu est son insistance pour que ce dernier adopte un projet de loi de la dernière Knesset exigeant que la communauté ultra-orthodoxe remplisse chaque année des quotas spécifiques de candidats. La position de Liberman n’avait guère de sens. Les parties ultra-orthodoxes ont accepté, au cours des négociations, de remplir les projets de quotas. Mais ils ont insisté pour que les quotas soient déterminés chaque année par le gouvernement plutôt que par la loi. Cela avait du sens, car les besoins de la Force de défense israélienne changent d’année en année. En faisant du nombre d’appels une fonction d’une décision gouvernementale, ce nombre peut être augmenté ou réduit en fonction des besoins militaires, d’une manière qui serait impossible si les quotas étaient fixés par la loi.

Le rejet par Liberman de la contre-offre des partis ultra-orthodoxes est la preuve que sa demande n’était pas substantielle. C’était instrumental. Liberman a demandé quelque chose qui n’ait aucun sens pour empêcher quiconque de lui donner ce qu’il disait qu’il voulait.

Liberman a agi de la sorte parce qu’il voulait vraiment faire tomber Netanyahu et ainsi forcer Israël pendant trois autres mois sans gouvernement approprié, et obliger les électeurs à se rendre aux urnes juste après avoir terminé les dernières élections.

Pourquoi Liberman était-il si déterminé à faire tomber Netanyahu?

La courte explication est que Liberman déteste Netanyahu. Une explication plus longue est que Liberman et Netanyahu ont une longue histoire. Ils ont commencé comme partenaires. Lorsque Netanyahu a été élu pour la première fois au poste de Premier ministre israélien en 1996, Liberman a été directeur général du bureau du Premier ministre. Les deux hommes ont bien travaillé ensemble. Mais alors que les associés de longue date des deux hommes ont expliqué à Breitbart News, Liberman a été impliqué dans une enquête criminelle au cours de ce mandat et Netanyahu n’a pas réussi à l’aider comme il l’espérait.

Alors Liberman a démissionné, a quitté le Likoud et a formé son propre parti, Yisrael Beitenu. Depuis lors, Liberman a nourri une rancune contre Netanyahu et a travaillé de manière constante pour le bloquer du pouvoir.

En 2006, Ehud Olmert du parti de centre gauche Kadima était Premier ministre. En juillet 2006, le Hezbollah a lancé une guerre majeure contre Israël. Au cours de la guerre de six semaines, le Hezbollah, mandataire libanais de l’Iran, a battu Israël avec des milliers de députés, dont beaucoup ont atteint le centre de l’Israël. Un million d’Israéliens ont été forcés d’évacuer leurs maisons dans le nord d’Israël.

Olmert a répondu à l’agression du Hezbollah en dirigeant Israël dans l’une des opérations militaires les plus décevantes de son histoire. Olmert n’avait pas d’objectif opérationnel clair, envoyant des troupes au combat, bon gré mal gré. Ils étaient sous-équipés et mal dirigés par Olmert, son gouvernement et les commandants supérieurs des FDI. Israël n’a pas réussi à vaincre le Hezbollah. Et au lendemain de la guerre, le Hezbollah a non seulement rétabli son contrôle total sur le sud-Liban, mais il a également remporté les élections législatives au Liban en 2008 et avalé le pays.

Dès que le cessez-le-feu a été atteint et que les soldats ont été renvoyés chez eux, des officiers et des soldats de la réserve, furieux de ce qui s’était passé, ont commencé à marcher vers Jérusalem pour demander la démission d’Olmert, ainsi que les démissions du ministre de la Défense de l’époque, Amir Peretz, et du chef de la FID état-major général Dan Halutz. L’opposition à Olmert grandissait dans sa coalition gouvernementale. Et on ne savait pas comment il serait capable de rester en poste compte tenu de son échec cuisant à la guerre. Netanyahu, alors chef de l’opposition, semblait assuré de reprendre ses fonctions cette année-là.

Mais dans un geste qui a choqué le public, Liberman est intervenu pour sauver Olmert. Alors que Liberman avait formulé des demandes impossibles à satisfaire à Netanyahu ce mois-ci, lorsqu’il avait sauvé Olmert en 2006, Liberman l’avait fait sans conditions. Il a exercé les fonctions de ministre sans portefeuille et a constitué une faction de la Knesset composée de 11 membres, assurant ainsi la stabilité d’Olmert jusqu’à ce qu’il soit contraint de démissionner à la suite d’accusations de corruption criminelle en 2008.

En janvier 2009, Netanyahu a remplacé Olmert au poste de Premier ministre. Liberman a exercé les fonctions de ministre des Affaires étrangères jusqu’à ce qu’il soit contraint de démissionner après avoir été inculpé de corruption en 2012. En 2013, il est retourné au ministère des Affaires étrangères, puis s’est mis de connivence avec les chefs de deux factions de centre-gauche pour renverser Netanyahu. Netanyahu a réagi en renversant son propre gouvernement et en se rendant à des élections anticipées.

En 2015, Liberman a refusé de servir dans le gouvernement de Netanyahu. Mais il est entré au gouvernement en 2016 pour occuper le poste de ministre de la Défense. Il a ensuite démissionné en novembre 2018, forçant Israël à se rendre à des élections anticipées en avril dernier.

Tout au long de sa carrière, Liberman a acquis une réputation de nationaliste et de populiste sans faille. Sa rhétorique anti-arabe lui vaut les applaudissements des électeurs israéliens mécontents de la non-application par le gouvernement de ses lois contre les bandes criminelles arabes et de son incapacité à censurer les politiciens arabes qui se rangent ouvertement contre les ennemis d’Israël.

Mais en vérité, Liberman n’a rien accompli de tel. Son parti a occupé pendant six ans le ministère de la Sécurité publique, responsable de la police israélienne. Et son ministre de la Sécurité publique, sélectionné à la main, n’a rien fait pour renforcer l’application de la loi parmi les Arabes israéliens.

La politique de Liberman à l’égard des Palestiniens et des Arabes arabes qui rejettent le droit d’Israël à exister est à la fois irréaliste sur le plan politique et insensée sur le plan militaire. La politique de Liberman est de donner la Galilée, avec sa grande population arabe, aux Palestiniens, tout en incorporant les communautés israéliennes de Judée-Samarie à Israël. La politique est entièrement basée sur des lignes ethniques. Si elle était mise en œuvre, cela rendrait Israël non viable sur le plan stratégique et incompréhensible sur le plan politique.

Alors que sa position selon laquelle Israël doit faire davantage pour faire tomber le régime terroriste du Hamas à Gaza est raisonnable, la question qui se pose est la suivante: que ferait-il d’Israël? Israël n’a actuellement aucun intérêt à rétablir son contrôle sur Gaza. Le déménagement serait trop coûteux en vies humaines. Cela serait également trop coûteux d’un point de vue diplomatique et financier, et le retour sur investissement serait au mieux douteux.

La stratégie actuelle d’Israël, c’est-à-dire celle de Netanyahu, consistant à maintenir le Hamas en perpétuelle faiblesse tout en poussant l’Egypte à permettre aux Gazaouis de quitter la frontière égyptienne ou de travailler dans la péninsule du Sinaï est beaucoup plus logique à long terme. Et, en fait, au cours de son mandat au ministère de la Défense, Liberman a adhéré à la politique de Netanyahou consistant à maintenir le conflit avec le Hamas à la traîne.

Il est difficile de savoir comment la décision de Liberman de forcer Israël à tenir de nouvelles élections aura un impact sur son avenir politique. Il y a une importante circonscription dans le centre qui est uniquement motivée par sa haine pour Netanyahu. En avril, ils ont voté pour Blue and White, le principal parti d’opposition, dirigé par trois anciens chefs d’état-major des FDI et une ancienne star de la télévision. Il est possible que quelques sièges de la Knesset à la Knesset soient attribués à Liberman. Avec un ou deux votes d’Israéliens russes, il franchira à nouveau le seuil des quatre sièges et retournera à la Knesset.

Mais ce qui est clair, c’est que sa détermination à priver le peuple d’Israël du gouvernement qu’il a élu lui coûtera la droite politique. A partir de maintenant, son parti ne sera plus considéré comme un parti de droite. On peut compter sur Netanyahu et le Likud pour investir des ressources importantes dans la convocation du vote des Israéliens de langue russe.

Si Liberman survit à la deuxième élection, il a forcé ses compatriotes à entrer dans moins d’un an ou pas, cependant, est une question secondaire. En raison de ses actions, Israël perd un temps précieux à travailler avec l’administration du président américain Donald Trump. Les six prochains mois devraient être consacrés à la défense des intérêts à long terme d’Israël en Judée-Samarie (la «Cisjordanie») et à affaiblir la capacité de l’Iran à développer des armes nucléaires avant que l’attention de Trump ne soit attirée sur sa campagne de réélection. En raison des actions de Liberman, Israël perdra cette opportunité.

De même, avec ce qui était supposé être un mandat clair du public, la décision de Liberman d’empêcher le gouvernement du Likoud de l’empêcher de promulguer des réformes juridiques urgentes. Les élections d’avril étaient axées sur la nécessité de rétablir l’équilibre du pouvoir judiciaire israélien et de subordonner les poursuites pénales aux dirigeants politiques israéliens. Les deux institutions gouvernent aujourd’hui Israël sans restrictions légales. Leur capacité à ouvrir des enquêtes criminelles contre les dirigeants politiques, sur la base de peu de preuves, a gardé les législateurs dans un état de paralysie perpétuelle. Les élections d’avril ont réglé la question électoralement. Le public a demandé une réforme judiciaire et juridique.

Le refus de Liberman de rejoindre la coalition a sauvé le système judiciaire impérial et les poursuites judiciaires d’Israël de tout contrôle législatif dans un avenir prévisible.

Des sondages doivent encore être effectués pour évaluer l’opinion du public sur le comportement de Liberman ou sur le fait que le pays a maintenant été contraint à de nouvelles élections. Mais il n’est pas difficile de ressentir la colère et la frustration du public. Les Israéliens ont voté pour un gouvernement de droite dirigé par Netanyahu. Ils ont voté pour ce gouvernement parce qu’ils voulaient pouvoir tirer pleinement parti de l’administration amicale de Trump, et ils souhaitaient une réforme urgente de la fraternité juridique.

Et maintenant, en raison de la vendetta personnelle d’un homme contre Netanyahu, le public israélien s’est vu refuser son droit à un gouvernement.

Écrit par Caroline Glick et publié à l’origine sur le site Web du magazine FrontPage

2 COMMENTS

  1. Pourquoi ne font-ils pas 2 tours dans ces élections…. c’est vrai que les résultats seraient incertains ,,, LIBERMAN aurait pu s’allier à GANTZ voire aux arabes pour assouvir sa haine contre BIBI !!