NEW YORK, NEW YORK - SEPTEMBER 22: President of the State of Palenstine Mahmoud Abbas waits to address the United Nations General Assembly at UN headquarters, September 22, 2016 in New York City. According to the UN Secretary-General Ban ki-Moon, the most pressing matter to be discussed at the General Assembly is the world's refugee crisis. (Photo by Drew Angerer/Getty Images)
Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Une affaire complexe de fraude, de corruption et de blanchiment d’argent par de hauts responsables de l’Autorité palestinienne (AP) ayant transféré les fonds aux terroristes du Hamas en formation en Malaisie a été exposée, a appris TPS.

Les documents officiels de l’AP obtenus par TPS montrent que Mahmoud Al-Habash, juge suprême de la charia dans l’Autorité palestinienne et conseiller du ministre pour les affaires religieuses et islamiques, Mahmoud Abbas, et président du Conseil suprême pour la justice de la charia, est au centre de l’affaire de corruption, qui envoie déjà des ondes de choc à travers l’Autorité palestinienne.

Habash est soupçonné d’avoir créé des sociétés écran via lesquelles des fonds ont été blanchis, puis transférés de Dubaï en Malaisie, où le Hamas a élargi ses activités au cours des derniers mois.

Le complice de Habash est l’ambassadeur de l’Autorité palestinienne en Malaisie, Anwar Al-Agha.

Les deux hommes ont noué des liens en 2011 et ont commencé à collaborer en 2014 après la nomination d’Al-Agha en qualité d’ambassadeur en Malaisie.

L’épouse d’Al-Agha a été enregistrée comme partenaire dans les sociétés fictives à son insu, mais après leur séparation à la suite d’un différend financier, elle a découvert les transactions illégales de son mari et a par la suite divorcé à cause d’eux.

Tentant de couvrir ses traces, Habash a contacté les renseignements de l’Autorité palestinienne et a annoncé que les deux hommes étaient séparés à la suite d’une affaire avec la femme de l’ambassadeur. Il a également accusé Al-Agha d’être responsable de l’assassinat de Fadi Mohammad al-Batsh, ingénieur des roquettes du Hamas.

Al-Batsh a été tué dans les rues de Kuala Lumpur par une moto tirée en voiture en avril 2018. Les autorités malaisiennes ont accusé le Mossad. Le New York Times a indiqué que ce coup faisait partie d’une opération israélienne visant à neutraliser le programme du Hamas visant à former des ingénieurs en armement dans le pays. Al-Batsh a peut-être également été impliqué dans la facilitation d’acquisitions d’armes depuis la Corée du Nord via la Malaisie pour le compte du Hamas.

Le Shin Bet (agence de sécurité israélienne) a exposé en 2015 les camps d’entraînement du Hamas en Malaisie. Des terroristes potentiels ont été recrutés à l’Université islamique de Kuala Lumpur.

Un rapport similaire sur les activités du Hamas en Malaisie a été publié après l’opération Protective Edge, au cours de laquelle les forces de Tsahal ont capturé plusieurs centaines de terroristes. L’un d’eux a révélé que des terroristes du Hamas suivaient une formation avancée en para-glisse en Malaisie afin de pouvoir s’infiltrer en Israël par avion afin de kidnapper et d’assassiner des Israéliens. Le terroriste a déclaré appartenir à une équipe de 10 hommes.

Le rapport de l’AP explique en détail comment Habash a tenté de pousser l’enquête de l’AP sur l’assassinat d’al-Batsh sous la direction d’Al-Agha, dans le but de le mettre en cause, puis de s’en débarrasser.

Le rapport a également déterminé qu’Habash avait abusé de ses activités religieuses et de ses postes à responsabilités pour soutenir le Hamas. Habash, qui était auparavant membre du Hamas à Gaza, a été affecté par Mahmoud Dahlan à Ramallah en 2007 dans le but de diffamer publiquement son ancienne organisation. En public, Habash a agi comme il l’avait demandé mais a secrètement continué à agir pour le compte du Hamas.

Habash a des liens avec un autre membre du Hamas, le Fatah al-Nuri algérien, anciennement de Gaza. Les deux possèdent plusieurs sociétés ayant des comptes bancaires en Algérie, en Turquie, au Portugal et en Jordanie.

Habash entretient également des liens avec l’ambassadeur de l’Autorité palestinienne au Soudan, Abed al Fatah al-Satri. Les deux hommes ont collaboré avec Yasser Abbas, fils du chef de l’AP, dans une série de mesures visant à blanchir des fonds destinés à des groupes terroristes et au commerce illégal de pétrole en provenance du Soudan, une affaire révélée par TPS dans un précédent rapport.

Ramallah a été dans la tourmente et les responsables ont échangé des allégations et des coups politiques après la récente révélation d’une série d’affaires de corruption liées à l’Autorité palestinienne.

AQ, un responsable de l’AP, a déclaré à TPS que la corruption atteignait les plus hauts échelons, y compris le cercle restreint d’Abbas, et que le soutien au Hamas venant de l’AP menaçait le régime de l’AP.

M. Ehud Rosen, du Centre pour les affaires publiques de Jérusalem (JCPA), a noté que le Premier ministre malaisien Mahathir Mohamad, âgé de 92 ans, entretient des liens étroits avec les Frères musulmans du monde entier, et en particulier avec le Hamas.

En réponse à la demande de commentaires de TPS, le chef du bureau de Habash, Khaled Barude, a rejeté le rapport comme des allégations sans fondement. Il a nié tout lien entre Habash et al-Agha et refusé de discuter de la question si tout se passe dans le cadre d’une réunion dans le bureau de Habash à Ramallah.

Habash n’a pas répondu aux demandes de renseignements directes de TPS et Barude a refusé de relayer les questions de TPS.