La plupart des soi-disant « artisans de la paix » au Moyen-Orient savent qu’il ne faut pas se fier au Hamas, une organisation djihadiste dont les dirigeants ont appelé à plusieurs reprises à la destruction d’Israël et exhortent régulièrement leurs partisans à assassiner des Juifs. Et la plupart des artisans de paix, les chrétiens en particulier, comprendraient que minimiser l’hostilité du Hamas envers Israël susciterait le dédain et le mépris de ceux qui prêtent attention aux réalités politiques en Terre Sainte.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Il y a au moins une personne, cependant, qui n’a pas reçu le mémo sur le Hamas. C’est le révérend Alex Awad, un chrétien palestinien qui réside en Amérique et qui est citoyen américain. Awad, un membre de la célèbre famille Awad de Bethléem, semble penser qu’il peut se montrer compréhensif pour le Hamas sans nuire à sa crédibilité.

Dans une lettre récente au président américain Joseph Biden et au secrétaire d’État Antony Blinken, Awad déclare que le Hamas ne devrait pas être rejeté en tant qu’organisation terroriste, affirmant que « attribuer l’étiquette d’« organisation terroriste » au Hamas cache la vérité plus compliquée que le Hamas est un reflet et un résultat du statu quo intenable et injuste dans le pays.

Dans la même lettre, écrite au nom d’un groupe qui se fait appeler « Alliance chrétienne palestinienne pour la paix », Awad écrit qu’un « nombre important de Palestiniens soutiennent le Hamas parce qu’il est considéré comme moins corrompu et plus efficace pour gouverner que le Fatah, et non nécessairement en raison de son idéologie.

🟦 ANNONCE 🟦

Après avoir consacré un mois et dix journalistes à la création d’une vidéo de 15 minutes diffamant Israël qui a été condamnée comme…

Awad rapporte également que « le Hamas compte même un certain nombre de chrétiens palestiniens parmi ses représentants et ses membres », et que l’organisation a « appelé à une trêve (hudna) de plusieurs décennies avec Israël, que ce dernier a toujours rejetée ».

Avec cette ligne de raisonnement, Awad essaie de présenter le Hamas comme un partenaire de négociation crédible, et Israël comme singulièrement responsable du manque de paix en Terre Sainte.

Mais Israël s’est retiré de la bande de Gaza en 2005 et le Hamas a lancé plus de roquettes sur l’État juif qu’avant le retrait. Pour une raison quelconque, Awad est incapable de reconnaître l’injustice des actions du Hamas, pas plus qu’il n’est capable de reconnaître que le Hamas a aidé à créer le « statu quo intenable et injuste dans le pays ».

Awad décrit le Hamas comme moins corrompu que le Fatah, mais cela ne veut pas dire grand-chose. Si l’organisation est si honnête, pourquoi a-t-elle essayé de condamner la journaliste Hajar Harb par contumace et de la condamner à six mois de prison pour avoir couvert des pratiques de corruption dans un hôpital dirigé par le Hamas dans la bande de Gaza ? (Heureusement, Harb, qui suivait un traitement contre le cancer en Jordanie au moment de son procès, a pu faire annuler sa peine.)

Et si le Hamas est si digne de confiance, alors pourquoi l’aide étrangère destinée à promouvoir la santé et le bien-être des Palestiniens est-elle canalisée dans la construction de roquettes et de tunnels pour faciliter le meurtre de Juifs israéliens ? Pourquoi le Hamas utilise-t-il des écoles gérées par l’Office de secours et de travaux des Nations Unies (UNRWA) pour stocker ses armes ?

Et si l’offre d’un cessez-le-feu du Hamas est si crédible, alors comment Awad explique-t-il les invectives en cours, les attaques à la roquette, les tentatives d’attentats terroristes et les incendies criminels dirigés contre Israël par l’organisation ?

La plupart des personnalités publiques subiraient une perte de crédibilité après avoir défendu le Hamas d’une manière aussi obtuse, mais pas Awad – pour une raison simple : il n’a plus aucune crédibilité à perdre.

Lors de la conférence Christ at the Checkpoint 2018, Awad, un ancien missionnaire méthodiste, a révélé son animosité envers les Juifs qui osent travailler à la Maison Blanche. Au cours de la conférence, Awad a affiché une diapositive avec la photo de trois responsables de la Maison Blanche entourant une photo de Donald Trump : Jason Greenblatt, le représentant spécial de Trump pour les négociations internationales ; David Friedman, ambassadeur américain en Israël ; et Jared Kushner, gendre et conseiller principal de Trump. Les images étaient accompagnées des mots « Foul ! Une recette pour l’échec.

Awad a ensuite dit à son public de regarder la photo.

« Quelque chose ne va pas ? » Il a demandé. « Qu’est-ce qui ne va pas? »

Un membre du public a dit : « Ce sont tous des Juifs ! Et un autre a dit : « Ils sont tous juifs.

Awad a ensuite enfoncé le clou.

« Ils sont tous juifs », dit-il. « Millionnaires ou milliardaires. »

Peut-être que cela aide à expliquer pourquoi Awad est prêt à se battre pour le Hamas, parce qu’ils ont quelque chose en commun : un mépris pour les Juifs.

L’article 22 de l’alliance originale du Hamas déclarait que ses ennemis (les Juifs, bien sûr) « complotent depuis longtemps […] et ont accumulé des richesses matérielles énormes et influentes. Avec leur argent, ils ont pris le contrôle des médias mondiaux… Avec leur argent, ils ont déclenché des révolutions dans diverses parties du globe […] Il n’y a pas de guerre en cours nulle part sans qu’ils y mettent le doigt.

Il s’avère que le Hamas a mis à jour son alliance, déclarant maintenant que son problème n’est pas avec le judaïsme en tant que religion, mais avec les Juifs qui insistent pour maintenir leur autodétermination (AKA, « sionistes »).

C’est à quel point la paix chrétienne est devenue mauvaise. Le Hamas pourrait donner à Awad quelques conseils sur la façon de cacher son mépris pour les Juifs tout en continuant à faire passer son message.

Le Seigneur a pitié.

Dexter Van Zile est Shillman Research Fellow pour le Committee for Accuracy in Middle East Reporting and Analysis (CAMERA).



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News