Face à un monde où l’antisémitisme est à nouveau en train de resurgir, Edith Eger, une survivante de l’Holocauste, qui a vu sa mère être conduite jusqu’à la chambre à gaz, a déclaré qu’elle avait pitié de ceux qui «gaspillaient» leur haine pour la vie. 

Soixante-quinze ans après son arrivée à Auschwitz, où elle a été forcée de danser pour le célèbre médecin nazi Josef Mengele, Eger a déclaré à l’AFP qu’elle était évidemment désolée pour les victimes du discours de haine et de la violence. 

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Mais la femme de 91 ans a déclaré qu’elle était particulièrement bouleversée par les fanatiques du fanatisme qui «ne reconnaissent pas qu’ils sont uniques». 

Vous ne devriez pas «perdre votre vie à haïr», a-t-elle déclaré dans une interview en marge d’une conférence sur le leadership compatissant à l’IMD Business School à Lausanne. 

Eger sait certainement à quoi la haine peut mener.La psychologue clinicienne en exercice, professeure et auteure n’avait que 16 ans quand elle et sa famille juive sont arrivées au camp d’extermination nazi.