Le général Kenneth McKenzie, commandant des forces américaines au Moyen-Orient, a déclaré dans une interview télévisée que «la seule chose que je puisse dire, c’est que la main de D.ieu nous protège. Dieu était avec nous dans l’attaque iranienne.  »

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Cinq jours après l’assassinat de Qassam Suleimani le 3 janvier, une base militaire américaine en Irak a été attaquée par 16 missiles balistiques iraniens. Les missiles ont manqué et 11 ont touché la cible.

Récemment, lors d’une interview donnée par le général Mackenzie au programme 60 Minutes de CBS , il a révélé certains des miracles qui ont finalement conduit les États-Unis à ne pas entrer en guerre contre l’Iran.

La moitié de la base a été évacuée avant le lancement des missiles, mais l’autre moitié est restée à la tête de la base, certains soldats étant même stationnés au-dessus du sol en cas d’attaque d’infanterie.

🟦 ANNONCE 🟦

« Nous avions un plan pour réagir si les Américains étaient morts. Je pense que si nous n’avions pas évacué de la base, nous aurions perdu 20 ou 30 avions et nous aurions perdu entre 100 et 150 soldats », a déclaré Mackenzie.

Alan Johnson, l’un des 29 soldats qui ont reçu la décoration Purple Heart pour leur courage lors de l’attaque, a envoyé un message d’adieu à son fils peu de temps avant le début des bombardements. Selon un article du Daily Mail, dans une vidéo que l’officier a envoyée à son fils, il a dit ces mots, une sorte de testament: « Hé mon pote si tu vois cette vidéo, alors de mauvaises choses sont arrivées à papa la nuit dernière, alors j’ai besoin que tu sois fort, d’accord, comme maman, « Et sache toujours dans ton cœur que je t’aime, d’accord. Au revoir mon ami. »

Après l’attaque, Johnson a décrit les missiles volant au-dessus de sa tête « comme un train de marchandises » avant de s’écraser au sol lorsqu’une quarantaine de soldats se sont entassés dans des bunkers conçus pour seulement dix personnes et construits pour se tenir devant des engins explosifs pesant seulement 100 kilogrammes.

« Nous pensions que nous allions être brûlés vifs », a décrit Johnson les moments d’horreur alors que lui et d’autres soldats couraient au loin d’un terrain de football pour se mettre à l’abri dans de minuscules bunkers déjà remplis à pleine capacité. «La seule chose que je peux dire, c’est que la main de D.ieu nous protège», a-t-il dit. « Parce que vraiment personne n’était censé y survivre. »

Mackenzie a noté qu’aux États-Unis, ils avaient compris que l’Iran réagirait à l’assassinat de Suleimani. Les renseignements les ont informés que l’Iran préparait 27 missiles balistiques à moyenne portée pour tirer sur la base avec 2 000 soldats américains. Un officier des renseignements a déjà signalé aux hauts chefs militaires l’attaque.

1 000 soldats ont été évacués de la base avec précaution afin que les Iraniens ne voient pas les soldats partir et aient le temps d’ajuster leur plan d’attaque. Malgré le plan des Iraniens de tuer 2 000 Américains ce jour-là, la plupart avaient quitté la base plus tôt et d’autres s’étaient réfugiés. Cependant, de nombreux soldats ont eu la formidable chance de rester au-dessus du sol pendant le bombardement au cas où une attaque au sol suivrait.

L’un des soldats qui se tenait à l’intérieur d’un poste de garde lorsque les missiles ont frappé est le soldat Kimo Keltz. « Nous sommes descendus et avons protéger nos têtes, et avons attendu. L’un des missiles qui a frappé juste à côté de nous a soulevé mon corps à environ 6 cm du sol », a-t-il déclaré au programme 60 Minutes, ajoutant que « de la du premier au dernier lancement 80 minutes se sont écoulées et personne n’est mort.  »



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News