Le maire Bill de Blasio a déclaré mardi que l’antisémitisme était un «mouvement de droite», tout en rejetant l’affirmation selon laquelle la gauche jouerait un rôle discriminatoire envers les Juifs.

« Je pense que le mouvement idéologique qui est antisémite est le mouvement de droite », a déclaré mardi de Blasio lors d’une conférence de presse à Brooklyn, sur l’augmentation des crimes motivés par la haine à New York. Les crimes motivés par la haine contre tous les groupes minoritaires ont augmenté de 64% par rapport à la même période l’an dernier. Les incidents antisémites ont augmenté de 90%.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

De Blasio a déclaré qu’il n’était pas d’accord avec une affirmation d’un journaliste selon laquelle il y avait aussi un antisémitisme croissant « à gauche dans le mouvement BDS et dans le monde entier ». Le mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions est une campagne largement gauchiste qui veut interdire les produits israéliens.

« Je veux être très très clair, la menace violente, la menace qui est idéologique, vient de la droite », a déclaré de Blasio, ajoutant que les auteurs de ces actes remontent au nazisme et au fascisme.

Il parlait spécifiquement d’incidents nationaux et internationaux.

Les remarques ont immédiatement provoqué un retour en arrière des membres du conseil municipal des deux côtés du couloir politique.

« Je ne suis pas d’accord avec le maire », a déclaré Chaim Deutsch, un démocrate de Brooklyn.

« Je n’ai vu aucun suprémaciste blanc venir ici commettre ces crimes de haine », a-t-il déclaré.

En effet, le chef de la police de New York, Dermot Shea, a déclaré lors de la même conférence de presse que les auteurs de crimes motivés par la haine «couvrent toute la gamme» d’adolescents, de personnes atteintes de maladie mentale, de délinquants primaires et de criminels de carrière.