La police aurait conclu un accord avec les chefs de diverses yeshivot de Bnei Brak sur le fait que la réglementation COVID-19 ne sera pas appliquée tant que les étudiants de la yeshiva s’abstiendront d’attaquer la police, ont déclaré des chefs de yeshivot à Haaretz samedi soir.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Selon les responsables de la yeshiva, l’accord aurait été conclu en septembre, après plusieurs cas d’attaques de policiers alors qu’ils tentaient de faire appliquer le confinement du coronavirus.

Cet arrangement secret n’est pas entièrement sans précédent. Haaretz a rapporté en octobre des accords similaires conclus avec des haredim (ultra-orthodoxes) à Jérusalem, qui ont finalement abouti à une enquête ouverte par le ministère de la Justice. La police israélienne a nié l’existence d’un tel arrangement.

Et, selon les chefs de la yeshiva, l’accord serait resté secret, si la police n’était pas entrée à Bnei Brak jeudi, ce qui a entraîné des blessures parmi les policiers et les résidents, avec au moins six arrestations alors que des agents affrontaient des milliers de membres de la communauté de Vizhnitz.

🟦 ANNONCE 🟦

Suite à l’attaque, le grand rabbin de Vizhnitz, le rabbin Yisroel Hager, a annoncé samedi que les écoles seraient rouvertes, décrivant l’étude de la Torah comme «un service essentiel».



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News