Alors que les gouvernements de plusieurs pays se préparent à commencer des vaccinations de masse, les inquiétudes quant à la sécurité de la procédure augmentent. Un sondage Pew Research en septembre a révélé un fossé profond avec environ la moitié (51%) des répondants affirmant qu’ils seraient probablement vaccinés et presque autant (49%) affirmant qu’ils ne le seraient probablement pas. Lorsqu’une telle indécision est si répandue sur un problème aussi grave, il est utile de se référer aux autorités rabbiniques pour obtenir des conseils.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

RABBI PINCHAS LEVIN: «LE PÉCHÉ D’INSÉRER DES TOXINES DANS LE CORPS»
Le rabbin Pinchas Levin, éminent érudit rabbinique, a récemment publié son avis halakhique (loi de la Torah) concernant le vaccin récemment disponible contre le COVID-19:

«À tous ceux qui adhèrent aux conseils de HaShem», a écrit le rabbin Levin. «Dans un proche avenir, nos agences gouvernementales autoriseront l’utilisation d’un vaccin contre le coronavirus. Notre gouvernement tout entier pense que c’est une bonne chose. Le seul argument est de savoir s’ils rendront le vaccin obligatoire pour toute la population ou volontaire. » (Il est volontaire mais sans passeport vert, il ne sera possible de se rendre à l’etranger)

«Nous vous informons par la présente que cette croyance est contraire aux instructions de notre Torah de HaShem.

🟦 ANNONCE 🟦

Chaque vaccin est intrinsèquement péché car ils causent tous des dommages à notre corps et nous transgressons l’interdiction de protéger la santé de notre corps.

Le rabbin a cité le passage du Deutéronome 4:15 qui déclare:

Pour votre propre bien, donc, soyez très prudent – puisque vous n’avez vu aucune forme lorsque Hachem votre Dieu vous a parlé à Horeb hors du feu. (Deutéronome 4:15)

Les premiers mots de ce verset en hébreu sont וְנִשְׁמַרְתֶּם מְאֹד לְנַפְשֹׁתֵיכֶם (v’nishmartem me’od l’nafshotechem) qui signifie littéralement «et vous devriez vous protéger beaucoup». Cela peut être compris comme un mandat de la Torah pour protéger sa santé.

«Le seul moment où un vaccin est autorisé et peut-être même obligatoire est s’il est nécessaire de prévenir une maladie chez la personne, et non de l’empêcher éventuellement de se propager à d’autres», a écrit le rabbin Levin. «Il existe de nombreux vaccins que certaines autorités de la Torah ont conclu comme appartenant à ces catégories. Cependant, dans le cas du vaccin contre le coronavirus, l’interdiction est absolue selon tous les avis. Il n’y a pas de place pour la clémence.  »

Le rabbin a défini deux raisons distinctes pour se prononcer contre la prise du vaccin:

1) Il n’y a pas besoin de vaccin. Il existe de nombreuses façons de prévenir et de guérir ce virus naturellement ou avec des médicaments et des vitamines sûrs. (cela n’a pas été prouvé scientifiquement)

2) Le virus n’est pas dangereux pour l’écrasante majorité de la population. Pour eux, le péché d’insérer des toxines dans le corps demeure. Pour la minorité de patients à haut risque qui seraient autrement autorisés à effectuer une procédure dommageable pour éventuellement sauver leur vie, il n’y a pas de vaccin sûr, car les essais pour prouver que le vaccin est sûr ne sont effectués que sur des personnes en bonne santé.

RABBI ELIYAHU: «PARLER CONTRE LES MÉDECINS EST UNE CALOMNIE DE LA PIRE ESPÈCE»
Le rabbin Shmuel Eliyahu, le grand rabbin de Tzfat, a publié sur Facebook son opinion halakhique selon laquelle les gens devraient se faire vacciner:

«C’est un problème très grave et de nombreuses vies en dépendent», a déclaré le rabbin Eliyahu dans une vidéo en hébreu . Le rabbin a expliqué qu’il faisait référence au Shulchan Aruch, le code de la loi juive rédigé dans Tsfat par Joseph Karo en 1563. «La réponse est très claire, et j’ai consulté d’autres rabbins à ce sujet. Le corona est une maladie à laquelle nous devons faire attention. »

«Il est vrai que ce n’est pas comme les pandémies précédentes dans lesquelles des dizaines ou des centaines de millions de personnes sont mortes. Nous sommes dans une meilleure situation grâce aux médecins et autres professionnels de la santé qui mettent leur vie en danger pour aider le public. Parler contre leurs efforts, suggérer qu’il y a des complots est une calomnie de la pire sorte. Il est calomnieux de dénoncer les vaccins qu’ils ont développés à un coût et à un risque personnels élevés. »

«C’est incontestablement une mitsva (commandement de la Torah) de protéger votre vie comme le déclare la Torah et de se faire vacciner.»

De nombreuses personnes ont remis en question la décision du rabbin, à laquelle il a répondu :

«Beaucoup de gens m’ont approché suite à mon appel à utiliser des vaccins et m’ont parlé du risque des vaccins en général et du risque du vaccin contre le coronavirus. Je les ai écoutés attentivement. Ils m’ont apporté beaucoup de matériel à lire sur le risque des vaccins. J’ai lu des articles sur des personnes décédées après avoir reçu le vaccin. J’ai lu des articles sur des gens qui sont tombés malades après avoir été vaccinés », a écrit le rabbin.

«Après tout cela, je dis à tout le monde de se faire vacciner. Les personnes lésées par les vaccins sont très peu nombreuses et il n’est pas du tout certain qu’elles soient décédées à cause du vaccin. D’un autre côté, la plupart des gens sont guéris et vivent grâce aux vaccins et aux systèmes de santé. »

«Grâce aux médicaments, aux vaccins et aux systèmes de santé, les humains ont prolongé l’espérance de vie de 40 à 50 ans à 70 à 80 ans en moyenne. Grâce aux vaccins, de nombreuses vies d’enfants ont été sauvées. À un moment donné, 40% des enfants sont décédés à l’âge de cinq ans. Aujourd’hui, moins d’un pour cent des enfants meurent à l’âge de cinq ans. Nous avons tous une dette de gratitude envers les systèmes de santé qui sauvent des vies. Il ne faut pas en parler en mal. Nous ne devons entendre personne qui nous dit à quel point ils sont mauvais et à quel point leurs intentions sont malveillantes envers nous.

«Les médicaments et les vaccins font leurs preuves. Tous ceux qui en parlent en mal n’ont pas prouvé qu’ils ne pouvaient pas sauver des vies. Par conséquent, la halakha (loi juive) dit que vous faites confiance aux vaccins, vous faites confiance aux médicaments. Vous faites confiance aux systèmes de santé. Vous ne devez pas écouter les gens qui font peur et encouragent à ne pas se faire vacciner. Ils jouent avec la vie des autres, et peut-être aussi avec leur propre vie », a conclu le rabbin Eliyahu.

RABBI HALPERIN: «SUIS-JE LE GARDIEN DE MON FRÈRE? OUI! »
Le rabbin Moshe Avraham Halperin de la technologie Machon Mada’i Al Pi Halacha (l’Institut pour la science et la technologie selon la loi juive) est une autorité reconnue en matière d’éthique médicale.

«En termes simples, mon opinion est que selon la Halacha, les gens devraient se faire vacciner», a déclaré le rabbin Halperin  . «Dans ce numéro, les dangers doivent être mis en balance les uns par rapport aux autres: quel est le danger de prendre le vaccin par rapport à ne pas prendre le vaccin. Actuellement, les autorités ont signalé des dangers très minimes et les effets secondaires sont minimes. Il y a de grandes chances d’être infecté. Par conséquent, même s’il est halachiquement interdit de faire activement quelque chose qui met votre vie en danger, mais comme le risque que cela se produise à partir d’un vaccin est minime, il est permis de se faire vacciner. Et comme l’avantage peut vous sauver la vie, il est même recommandé. »

Dans un contexte social, il existe des populations qui sont plus à risque d’être infectées avec un risque beaucoup plus élevé si elles sont infectées. Dans ces cas, il est certainement préférable qu’ils se font vacciner. Si une personne appartient à une population qui n’est pas à risque, elle pourrait penser que puisque le danger est moindre, elle n’a pas besoin d’être vaccinée et il peut même être préférable de ne pas prendre le risque. Mais le problème est qu’avec cette maladie, il y a un grand risque d’infecter d’autres personnes même sans savoir que vous êtes infecté. Pour cette raison, le risque minimal de se faire vacciner est justifié pour sauver la vie de quelqu’un d’autre.

«S’il est vrai qu’une personne non vaccinée peut mettre en danger le public et s’il est vrai qu’il n’y a aucun danger à se faire vacciner, alors le public, c’est-à-dire le gouvernement dans une démocratie, peut forcer ou exiger que tout le monde soit vacciné. La religion en général et le judaïsme en particulier mettent en évidence comment notre bien-être physique et spirituel est mêlé. Nous sommes dépendants et responsables les uns des autres. Ce vaccin est la réponse moderne à la question de Caïn: «Suis-je le gardien de mon frère.»

«La réponse à cette question met en balance la liberté de l’individu par rapport aux besoins des autres», a conclu le rabbin Halperin.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News