Dans son nouveau livre « Les Juifs ne comptent pas », David Baddiel observe que les gens de gauche ne traitent pas le problème de l’antisémitisme au même niveau que les préjugés sur la race, la sexualité ou le sexe.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

J’ai personnellement commencé à détecter un double standard sur l’antisémitisme dans les années 1980, quand j’ai écrit que l’antisémitisme était devenu «le préjugé qui n’ose pas prononcer son nom».

C’était alors que la gauche appelait les Israéliens «nazis» pour avoir tenté d’extirper du Liban l’infrastructure terroriste de l’Organisation de libération de la Palestine. C’est à ce moment-là que les gens ont commencé à dire ouvertement: «Les juifs gagnent tellement d’argent / ils sont si claniques / ils restent toujours unis contre tout le monde».

Le simple fait de mentionner le mot «antisémitisme» parmi les gauchistes, cependant, a provoqué un froid glacial instantané, provoqué des roulades oculaires ou produit l’accusation: «Vous utilisez l’antisémitisme pour désinfecter les atrocités d’Israël».

Ce n’est que lorsque la question a explosé de manière si spectaculaire dans le parti travailliste de Jeremy Corbyn que cette dernière accusation a finalement été elle-même reconnue comme une forme de haine des juifs. Et ce n’est qu’à ce moment-là, parce que Corbyn était tellement de gauche qu’il a été jugé au-delà de la limite, que les Juifs ont commencé à sentir qu’il était prudent lors des ses allocutions.

Alors pourquoi la gauche nie-t-elle ou marginalise-t-elle l’antisémitisme parmi elle ? Et pourquoi de nombreux Juifs sont-ils toujours aussi nerveux à l’idée de provoquer une mauvaise réaction s’ils en parlent à gauche autrement que dans le contexte du Parti travailliste corbynisé?

🟦 ANNONCE 🟦<

Un facteur évident est que, dans les cercles progressistes, les hypothèses marxistes ont souvent été absorbées sans que leur provenance soit reconnue. Comme Marx lui-même, de nombreux gauchistes croient que le capitalisme est maléfique et blanc, que le capitalisme est dirigé par des Juifs, que l’argent est le pouvoir et que les Juifs ont tellement d’argent et de pouvoir qu’ils dirigent le monde capitaliste.

Bien sûr, la plupart des Juifs ne sont ni riches ni puissants. Ils ne sont pas non plus tous blancs. Mais la croyance qu’ils sont signifie qu’ils ne peuvent jamais être considérés comme des victimes. Ainsi, plutôt que d’être inclus dans l’appel nominal de gauche des opprimés, les Juifs sont carrément mis entre parenthèses parmi les privilégiés.

Le récit de la gauche, de ses mensonges et de ses calomnies systématiques sur Israël, selon lequel c’est un État colonialiste qui a déraciné les peuples indigènes de la terre et continue de les opprimer, joue à son tour dans ces tropes de pouvoir et de menace contre les juifs.

Fondamentalement, ceux de gauche croient qu’ils représentent une vertu incontestable et les seules personnes qui sont mauvaises sont leurs adversaires. Ainsi, seule la droite est antisémite, tandis que la gauche ne peut jamais l’être. C’est pourquoi pour le parti travailliste, l’antisémitisme dans ses rangs est une crise qu’il ne peut résoudre.

Mais toutes ces choses, aussi importantes soient-elles, ne fournissent pas toute l’explication. Nous devons sûrement plonger plus profondément dans le préjugé lui-même.

Au cœur de l’antisémitisme se trouvent le ressentiment, la jalousie et la peur des juifs comme étant différents et exceptionnels. L’idée qu’ils se croient «choisis» simplement pour porter un fardeau unique est mal interprété comme un privilège.

La suggestion de l’exceptionnalisme juif rend donc les antisémites sauvages. Toute référence au nombre exceptionnel de lauréats du prix Nobel juifs, ou à l’étendue exceptionnelle de la philanthropie juive, ou au nombre exceptionnel d’inventions scientifiques qui sortent d’Israël au profit de l’humanité, ne fait que renforcer la peur et le ressentiment du «pouvoir» juif.

Trop de Juifs, conscients du danger pour eux-mêmes d’être considérés comme «différents», hésitent donc à reconnaître l’exceptionnalisme juif. Faisant une génuflexion au pouvoir culturel, ils cherchent à ne pas offenser l’idéologie de gauche.

Et la haine de l’exceptionnalisme juif alimente cette idéologie. Sous le mantra de «l’égalité», cela ne permet aucune hiérarchie de valeur. Il se méfie des distinctions et des différences; il estime que les particularités de toute culture doivent céder au dogme aplatissant des valeurs universalistes.

Mais l’identité, la religion et la tradition juives sont fondées sur des distinctions, des différences et des hiérarchies morales. L’exceptionnalisme juif offense donc le dogme de la gauche à tous égards. Et cela inclut également l’exceptionnalisme de la souffrance juive.

Aucun autre peuple n’a connu des tentatives aussi déterminées de les exterminer au cours de tant de millénaires. De même, l’Holocauste était différent de tous les autres crimes contre l’humanité ou même d’autres génocides, car la Shoah était uniquement une tentative d’éradiquer un peuple, les Juifs, de la surface de la terre.

La gauche relativiste, cependant, cherche à égaliser toutes les souffrances. C’est pourquoi la commémoration de l’Holocauste est de plus en plus utilisée dans d’autres génocides et crimes contre l’humanité comme équivalents à la Shoah, qui est donc inévitablement déclassée.

C’est pourquoi il était dommage que, dans sa BBC Radio Thought for the Day on Holocaust Memorial Day, le grand rabbin Mirvis n’ait pas expliqué ce qu’il voulait dire en observant que l’Holocauste était unique – et en fait, dans sa réflexion sur la signification de la Shoah, il n’a pas du tout utilisé le mot «Juifs».

Le judaïsme est unique, le peuple juif est unique et l’antisémitisme est unique: le préjugé le plus sans ambiguïté, dérangé et mortel de l’histoire. Mais la singularité juive fait obstacle au dogme de gauche. C’est pourquoi, parmi les fanatiques de la culture victime, les préjugés anti-juifs ne comptent pas.

Melanie Phillips est chroniqueuse pour The Times


🟦 ANNONCE 🟦

   
Inscrivez vous au RSS
Publicité
Comment ajouter notre site sur l’écran d’accueil de votre téléphone ?
C'est très simple !
– Pour Android :
Rendez vous sur notre site : https://cqvc.online/
Tapez sur le menu du navigateur, en haut, à droite de votre écran (3 points sur Google chrome)
Tapez sur « Ajouter à l’écran d’accueil »
– Pour Iphone :
Rendez vous sur notre site : https://cqvc.online/
Cliquez le bouton « Partager » (carré en bas de l’écran, d’où sort une flèche)
Tapez sur « Sur l’écran d’accueil »
Tapez sur « Ajouter »

Pour le partage des articles sur votre site, contactez nous par avance (seul le lien URL est autorisé): [email protected]

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur les images mais aussi les sources. Si vous avez identifié une photo ou une source sur laquelle vous possédez des droits d'exclusivités, vous pouvez nous contacter et nous ferons le nécessaire pour modifier ou supprimer : [email protected]

Abonnez vous à notre Newsletter à Infos-Israel.News

IMPORTANT :

Nous subissons actuellement une censure abusive de notre Page Facebook . Par sécurité nous avons mis en ligne une autre Page de secours, veuillez la liker et la faire connaitre à vos amis et proches au cas ou l'actuelle sera fermée.

infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !

Publicité