Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Pourquoi le gouvernement français ne condamne-t-il pas Saeb Erekat et l’AP pour avoir menti sur le contenu d’une rencontre diplomatique privée entre Erekat et le consul général de France auprès de l’AP ? Puisque c’est Erekat / l’AP qui a menti sur le contenu de la réunion, selon le consulat français, pourquoi critique-t-il les «allégations» de Palestine Media Watch alors qu’il s’agissait en fait des «allégations» de Saeb Erekat que PMW a simplement dénoncées ?

La semaine dernière, PMW a informé les responsables français du rapport de l’AP sur une réunion entre le secrétaire du Comité exécutif de l’OLP et négociateur en chef Erekat et le consul général de France, René Troccaz. Erekat a déclaré au quotidien officiel de l’AP que la France avait adopté les positions de l’AP, notamment en appelant à la libération des assassins terroristes de masse et en demandant à des millions de réfugiés d’inonder Israël.

René Troccaz, selon le quotidien palestinien, a déclaré:

«La réalisation de l’indépendance de l’État de Palestine dont la capitale est Jérusalem-Est à l’intérieur des frontières de 1967, la résolution de… la question des réfugiés sur la base de la résolution [ONU] 194 et de la libération des prisonniers. »
[Journal officiel de l’Autorité palestinienne Al-Hayat Al-Jadida, 3 juillet 2020]

Lorsque PMW s’est tourné vers l’ambassade de France en Israël pour demander pourquoi la France soutenait ces positions, le consul général a publié un communiqué de presse niant que c’était ce qui avait été dit à Erekat. Mais incroyablement, les Français n’ont pas critiqué Erekat et l’Autorité Palestinienne pour avoir menti sur ce qui s’est passé lors de la réunion privée, mais ils ont seulement défié PMW pour avoir dénoncé le mensonge:

<< Le site Internet de Palestine Media Watch a publié un article affirmant que le consul général de France à Jérusalem avait appelé à la libération des prisonniers palestiniens lors d’une réunion avec le secrétaire général du comité exécutif de l’OLP Saeb Erekat. Le consulat général de France à Jérusalem nie catégoriquement ces allégations. Le consul général n’a jamais utilisé les mots qui lui sont attribués dans cet article. La position de la France est publique et bien connue. « 

Comme c’était le quotidien de l’AP qui a publié les mensonges et que PMW s’est contenté de les dénoncer, la colère du consulat français a été mal dirigée. De même, le consulat de France a nié seulement qu’il cherche à obtenir la liberté des terroristes, mais il n’a pas nié avoir adopté toutes les autres demandes de l’Autorité palestinienne, y compris le désir d’inonder Israël de réfugiés sur la base de l’ONU 194.

Enfin, si l’AP mentait sur le contenu d’une réunion diplomatique, on s’attendrait à une plainte officielle française à Erekat et à une exigence que l’AP publie quotidiennement une correction claire. Aucune demande de ce type n’a été publiée et aucune correction n’a été publiée quotidiennement dans l’Autorité palestinienne.