La fille d’Emmanuel Moreno, un officier de patrouille de l’état-major tué lors de la Seconde Guerre du Liban, devrait s’enrôler dans les FDI en octobre.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Elle n’avait que 5 ans lorsqu’elle a perdu son père lors d’une opération secrète à Baalbek, au cœur du Liban. Emanuel Moreno s’est enrôlé dans le régiment de reconnaissance de l’état-major général en 1990 après avoir étudié à l’école préparatoire pré-militaire Bnei David.

Il a dirigé des dizaines d’opérations secrètes, notamment l’enlèvement de Mustafa Dirani à son domicile au Liban et le sauvetage du chauffeur de taxi Eliyahu Goral. Le 19 août 2006, après le cessez-le-feu de la Seconde Guerre du Liban, Moreno a dirigé des combattants dans des opérations étrangères portant des uniformes militaires libanais dans la région de Baalbek, selon des publications étrangères. Lorsque la force militaire est revenue, elle a rencontré une embuscade du Hezbollah et Emmanuel a été tué. Dans un geste inhabituel, et pour la première fois dans l’histoire de Tsahal, il a été interdit de publier sa photo même après sa mort en raison d’un rôle sensible qu’il occupait.

L’année dernière, sa fille lui a rendu hommage lors d’un service commémoratif au cimetière du Mont Herzl à Jérusalem: «Ma mère a dessiné une fois un tableau, une sorte d’arbre dont la racine est attachée au sol et sa tête dans le ciel», a-t-elle dit. «Pour moi, ce tableau symbolise le cercle de vie sur lequel je veux faire partie »

🟦 ANNONCE 🟦

«Je pense que le deuil nous permet de nous connecter au monde inconnu, qu’un jour nous atteindrons et y serons nous-mêmes, une connexion qui peut se produire à tout moment», a-t-elle ajouté.

«Et quand je veux me connecter à papa, je ferme les yeux, je me vide la tête et je me laisse aller. Je laisse le flux d’énergie passer à travers moi, sens l’étreinte, la demande de paix, pas dans les cieux mais en moi. Tu n’as pas besoin de regarder le ciel et de chercher papa. Tu dois regarder à l’intérieur. .

Elle a précédemment parlé d’Emmanuel dans le livre « Nos héros – 70 personnages pour 70 héros » publié par le ministère de la Défense. «Quand je pense à papa, il me met en relation avec un personnage de papa avec lequel je pourrais grandir et apprécier et admirer comme papa est admiré. Quelqu’un qui en sait beaucoup, à qui on peut toujours faire confiance »

« Il n ‘a pas gaspillé le temps inutilement, son temps a été utilisé pour parler, rire, apprendre et aimer. Quelqu’un de sociable, simple, drôle, humble, avec des opinions claires et connecté à la réalité. Très honnête et sans prétention, n’essayant pas d’être grand, mais juste vivre vraiment ses idéaux. Un homme d’actes et pas que de paroles  »
« Quand je pense à papa, il me relie à un personnage de père qui sait beaucoup de choses, un père en qui tu peux toujours avoir confiance, un homme qui, à côté de lui, on se sent en sécurité.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News