De 2016 à 2020, les Nations Unies ont canalisé au moins 40 millions de dollars vers des ONG palestiniennes radicales qui ont des liens avec des organisations terroristes et font la promotion du BDS, a révélé un nouveau rapport du groupe de surveillance sioniste Im Tirtzu.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Le rapport , qui a interrogé 19 ONG palestiniennes financées par l’ONU, a révélé que presque toutes soutiennent le BDS et que huit d’entre elles ont des liens avec le Hamas ou les groupes terroristes du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP).

Certaines des ONG liées au terrorisme nommées dans le rapport comprennent l’Union of Agricultural Work Committees et l’Union of Health Work Committees, qui ont été identifiées par l’USAID comme les branches respectives de l’agriculture et de la santé du FPLP, et le Centre palestinien pour les droits de l’homme. qui a des liens avec le Hamas et le FPLP selon le ministère israélien des Affaires stratégiques.

« Comme pour la plupart des ONG farouchement anti-israéliennes, leurs noms sont anodins et induisent en erreur les gens en leur faisant croire qu’ils font la promotion des droits humains, mais en réalité, ils colportent des programmes anti-israéliens malveillants », a déclaré Eytan Meir, directeur des relations extérieures et du développement pour Im Tirtzu.

🟦 ANNONCE 🟦

Le rapport note en outre que l’ONU n’est pas entièrement transparente dans ses rapports. Les rapports de l’ONU « omettent souvent les ‘partenaires de mise en œuvre’ qui reçoivent le financement pour exécuter les programmes. Cela crée une situation dans laquelle des millions de dollars de financement ne sont pas comptabilisés », a affirmé Im Tirtzu.

Le rapport a également souligné le rôle disproportionné des États-Unis dans le financement de l’ONU, notant que les États-Unis financent 22 % du budget de base de l’ONU et 25 % de son budget de maintien de la paix.

« Le soutien au terrorisme et au BDS est directement opposé aux valeurs et aux souhaits des États-Unis », indique le rapport. « En juillet 2019, la Chambre des représentants des États-Unis a adopté une résolution anti-BDS à une écrasante majorité et à ce jour, plus de 30 États ont adopté une législation anti-BDS. »

Comme solution, Im Tirtzu a préconisé une transparence accrue et l’adoption d’une loi sur la force de Taylor équivalente à l’ONU.

Le Taylor Force Act, promulgué par le président Donald Trump en mars 2018, oblige les États-Unis à suspendre leur aide à l’Autorité palestinienne tant qu’elle continue de verser des allocations aux individus ou aux familles d’individus qui ont commis des actes de terrorisme.

« Une loi similaire peut être mise en œuvre en ce qui concerne l’ONU », a déclaré Im Tirtzu, « qui stipulerait que les États-Unis cesseront leur aide à l’ONU tant qu’ils continueront à financer des organisations de propagande qui ont des liens avec des groupes terroristes, à promouvoir le BDS , et faire pression sur les organismes internationaux contre Israël.

« Une telle loi obligerait l’ONU à réduire le financement de ces organisations par peur de perdre le financement des États-Unis, son plus grand donateur. »



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News