Le 27 mai 2019, les Nations Unies au Yémen ont révélé que le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) avait fourni au Centre exécutif de la lutte anti-mines du Yémen (YEMAC) 20 véhicules Hilux « afin de soutenir leurs efforts de déminage quotidiens dans les ports [yéménites] de Hodeidah , Ras al-Isa et Salif.  »

Le rapport a été condamné par le gouvernement yéménite, qui a affirmé que le YEMAC était effectivement sous le contrôle des milices houthies et que, par conséquent, l’ONU fournissait des véhicules à la pointe de la technologie. Les Houthis, qui sont ceux qui posent les mines au Yémen, y compris dans la région de Hodeidah. Des critiques à l’encontre de l’ONU ont également été exprimées sur les médias sociaux, comme l’illustre l’image ci-dessous.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Le YEMAC fait officiellement partie du Comité national d’action contre les mines du Yémen (NMAC), qui mène des activités de déminage au Yémen et qui bénéficie du soutien du PNUD. Des éléments officiels yéménites l’ont décrite comme un organe de l’État agissant efficacement pour éliminer les mines des zones peuplées du pays.

Cependant, YEMAC a clairement des liens organisationnels avec les autorités houthies. Il a été dirigé pendant des années par Yahya Hassan Al-Houthi, du clan Al-Houthi qui a dirigé le coup d’État au Yémen, jusqu’à son arrestation par les services de renseignements militaires du gouvernement, vraisemblablement dans le but de contrôler les fonds fournis à l’organisation par le PNUD. En fait, il semble que le mouvement houthi contrôle efficacement les ressources du YEMAC, en particulier dans les zones sous son contrôle, telles que Hodeidah.

Les déclarations officielles du YEMAC confirment ses liens organisationnels avec les autorités houthies. Par exemple, un message publié le 23 février 2018 sur la page Facebook du YEMAC appelant à la libération de son directeur, Yahya Hassan Al-Houthi, se terminait par le slogan Houthi: « Allah Akbar, la mort en Amérique, la mort en Israël, une malédiction contre les Juifs. et la victoire pour l’islam « . Ce message est accompagné d’images d’une conférence appelant à la libération d’Al-Houthi, l’une d’entre elles affichant également le même slogan.