Un avocat iranien et militant des droits de l’homme a été condamné à 30 ans de prison et à la flagellation par un tribunal révolutionnaire, a rapporté lundi Radio Farda.

Amir Salar Davoudi a été reconnu coupable de «propagande contre l’État» pour avoir créé une chaîne sur Telegram dénonçant les violations des droits de l’homme en Iran.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Selon le rapport, il serait également fouetté 111 fois.

Après que Davoudi eut accordé une interview à l’édition en persan de Voice of America, l’avocat avait également été accusé de « collaboration avec un État ennemi ».

« Il a été condamné uniquement pour avoir défendu des victimes de l’appareil judiciaire et des agents de la sécurité, des prisonniers politiques et des opprimés, ainsi que pour avoir critiqué de manière audacieuse le système politique et judiciaire corrompu, cruel et inefficace en Iran », a déclaré Hossein Ahmadi, un avocat iranien en exil. Niaz, Massoud Akhtari Téhéran, Mohammad Mostafaei et Mehrangiz Kar.

Un extrait de la lettre a été publié par Radio Farda, la branche iranienne de Radio Free Europe / Radio Liberty, financée par le gouvernement américain.

Davoudi est le troisième avocat éminent actuellement emprisonné en Iran pour son travail.