Le chef de l’Agence iranienne de l’énergie atomique a déclaré dimanche que 1 044 centrifugeuses étaient actives dans une usine d’enrichissement d’uranium à Purdue, conformément aux mesures visant à réduire ses engagements envers l’accord nucléaire.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

La suspension de toutes les opérations d’enrichissement de l’installation souterraine près de la ville sainte chiite de Qom était l’une des restrictions à l’activité nucléaire iranienne qu’elle a engagées en échange de la levée des sanctions internationales dans l’accord nucléaire signé en 2015.

Téhéran a annoncé pour la première fois la reprise de l’enrichissement à Purdue en novembre dernier, la quatrième phase, depuis mai 2019, lors de la suspension progressive des engagements de l’accord nucléaire

La suspension des engagements de l’Iran fait suite à l’abandon de l’accord par Washington en mai 2018, suivi de l’introduction de ses sanctions unilatérales contre l’Iran.

🟦 ANNONCE 🟦

« Actuellement, 1 044 centrifugeuses enrichissent des matières nucléaires à Purdue », a déclaré Ali Akbar Salehi, chef de l’Agence iranienne de l’énergie atomique, à l’agence de presse ICANA du parlement iranien.

« Nous nous sommes engagés au JCPOA à ce que 1044 de ces machines ne soient pas exploitées à des fins d’enrichissement, mais cela se fait conformément aux engagements annulés au besoin et nous stockerons également le matériau enrichi », a-t-il ajouté, faisant référence au nom officiel de l’accord, « le plan d’action global conjoint ».

Les autres mesures de l’Iran comprenaient le dépassement des limites de l’accord sur les réserves d’uranium déjà enrichies et le niveau d’enrichissement, le développement de centrifugeuses avancées et le maintien d’une limite sur le nombre de centrifugeuses en fonctionnement.

Dans une déclaration conjointe en novembre, la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne et l’Union européenne ont déclaré que la décision de l’Iran de redémarrer ses opérations à Purdue ne répondait pas aux exigences de l’accord signé en 2015.

Les parties à l’accord ont appelé l’Iran à revenir à ses engagements, mais Téhéran insiste sur le fait qu’il sera possible d’annuler les mesures une fois qu’il pourra réaliser les avantages économiques de l’accord.

L’ONU »a déclaré le 4 septembre que l’inventaire d’uranium enrichi de l’Iran est maintenant plus de dix fois supérieur à la limite fixée par l’accord nucléaire de 2015.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News