Bien que les infections en Israël aient chuté à des niveaux records, les Centers for Disease Control and Prevention ont inclus l’État juif dans sa liste de 116 pays à éviter.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Israël a presque stoppé la pandémie de coronavirus en raison de son programme de vaccination très réussie, mais néanmoins, le Département d’Etat inclus l’Etat juif sur la liste des pays dont les Américains devraient éviter en raison d’un « très haut niveau de Covid-19, » selon le Times of Israël a rapporté jeudi.

Le département d’État a mis à jour plus de 116 pays, y compris Israël, sur sa liste consultative «Niveau quatre: ne pas voyager» en raison de ce qu’il a appelé un risque «sans précédent» pour le coronavirus.

Cependant, le département d’État s’appuyait sur les «évaluations épidémiologiques existantes» des Centers for Disease Control and Prevention (CDC), qui semblent fondées sur une affirmation obsolète du CDC selon laquelle il y avait un «niveau très élevé» de coronavirus en Israël.

🟦 ANNONCE 🟦

L’erreur a apparemment été commise par un employé du CDC qui a pris la décision de regrouper la bande de Gaza contrôlée par le Hamas et les zones administrées par les Palestiniens de Judée et de Samarie avec Israël en une seule entité. On ne sait pas si et quand le département d’État corrigera l’erreur.

Le département d’État a déclaré plus tôt cette semaine que 34 pays figuraient sur la liste «Ne pas voyager», mais le nombre a grimpé à 150 d’ici mardi. Cependant, la liste de voyage n’est qu’une recommandation et il n’y a pas d’interdiction légale pour les Américains de voyager en Israël ou dans d’autres pays de la liste.

En effet, le COVID-19 est sous contrôle en Israël, grâce à la campagne de vaccination sans précédent utilisant des médicaments fournis par le géant pharmaceutique américain Pfizer .

Vendredi matin, le ministère israélien de la Santé n’a signalé que 114 nouvelles infections au cours de la dernière journée, et le nombre de personnes malades et hospitalisées a chuté de façon spectaculaire ces derniers mois.

Israël a jusqu’à présent vacciné 54% de sa population avec les deux vaccins nécessaires et attend que la FDA approuve le vaccin Pfizer pour les jeunes âgés de 12 à 15 ans.

La réalité actuelle est qu’Israël a rouvert son économie et que le pays revient à une vie «normale». Il y a encore des limites, comme empêcher la pleine participation aux événements sportifs et de divertissement, mais cette semaine, le ministère de la Santé a même abandonné l’obligation pour les Israéliens de porter des masques à l’extérieur, sauf lorsqu’ils se rassemblent, citant le succès de la campagne de vaccination.

Afin d’éviter la mise en quarantaine obligatoire, les visiteurs et les Israéliens de retour doivent montrer un certificat de vaccination valide ou une preuve qu’ils étaient malades du coronavirus et qu’ils ont récupéré – ce qui signifie qu’ils ont des anticorps Covid-19 dans leur système. Sinon, les visiteurs sont obligés de s’auto-isoler puis de passer un test négatif pour s’assurer qu’ils ne sont pas infectés.

Le faible nombre de coronavirus d’Israël est extrêmement différent des taux d’infection élevés dans les zones administrées par les Palestiniens, où l’Autorité palestinienne avait pris l’entière responsabilité des vaccinations mais n’avait tout simplement pas réussi à négocier des contrats suffisamment tôt avec les fabricants de vaccins.

Bien qu’ils sachent qu’ils étaient responsables de la vaccination contre le coronavirus, alors que les Palestiniens se plaignaient de la traînée de pied de leur gouvernement, l’Autorité palestinienne et ses partisans anti-israéliens ont tenté de détourner les critiques en blâmant Israël pour leur manque de préparation.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News