L’Arabie saoudite, l’Egypte et la Jordanie font pression sur les Etats-Unis pour qu’ils s’abstiennent d’annoncer le plan de paix ou « accord du siècle » du président américain Donald Trump sur Israël et les Palestiniens, selon un rapport publié dans le journal panarabe basé à Londres Asharq Al-Awsat qui a cité le porte-parole du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, par Nabil Abu Rudeineh.

Rudeineh a également déclaré que la rupture entre les Palestiniens à Gaza et en Judée Samarie était le résultat d’une scission des fonds arabes et a affirmé que cette scission était intentionnelle.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

S’agissant de la possibilité d’une réconciliation intra-palestinienne, Rudeineh a déclaré qu’il y avait un accord sur la tenue d’élections, mais que Ramallah attendait la confirmation écrite du Hamas que le gouvernement élu disposerait d’une liberté d’action à Gaza après les élections.

Selon le rapport, Rudeineh a déclaré que les Arabes étaient favorables à une proposition de paix soutenue par les Arabes, centrée sur le retrait israélien des « territoires occupés » et la création d’un État palestinien avec Jérusalem-Est pour capitale. En échange, les États arabes normaliseraient leurs relations avec Israël. Rudeineh a souligné que les États arabes normalisant leurs relations avec Israël « pour rien » étaient inacceptables pour les Palestiniens.

Rudeineh a également exposé les positions qu’il avait dites en Arabie saoudite, en Égypte et en Jordanie: « Le roi saoudien Salman; le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi; et la famille royale jordanienne ont clairement indiqué qu’ils appuyaient la solution des deux États, l’instauration d’un État palestinien avec Jérusalem-Est pour capitale et une paix juste qui ne perpétue pas l’occupation « .