Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Alors que le peuple juif ferme le livre sur l’année écoulée et attend avec impatience la nouvelle, il y a beaucoup de raisons d’être reconnaissant, d’autant plus qu’Israël semble plus proche de la paix régionale que jamais. Mais alors qu’Israël célébrait sa normalisation historique des relations avec les Émirats arabes unis et Bahreïn, le Hamas a marqué l’occasion par une salve d’attaques à la roquette contre les villes d’Ashkelon et Ashdod, dans le sud d’Israël . Les attaques fréquentes du Hamas contre des zones civiles ne surprendront pas quiconque connaît le groupe terroriste.

Pendant des décennies, le Hamas a mené des attaques horribles et non provoquées contre des civils israéliens, ne laissant aucun groupe démographique indemne. Sa longue liste de victimes va des nourrissons aux personnes âgées . Pour aggraver encore ces actes de terreur, le Hamas a la raison pathologique que personne en Israël n’est considéré comme un non-combattant, ou pour citer le co-fondateur du Hamas Mahmoud al-Zahar lors d’une conversation en 2016 avec un groupe international de défense des droits humains. : « Il n’y a pas de civils en Israël. »

Ce «principe» va au-delà des victimes du terrorisme et est actuellement utilisé pour justifier la détention au secret d’Avraham «Avera» Mengistu et Hisham al-Sayed, deux jeunes citoyens israéliens non affiliés aux Forces de défense. d’Israël et qui ont des antécédents documentés de maladie mentale.

Mengistu est né en Éthiopie et a fait son alyah avec sa famille à l’âge de 5 ans. Après s’être installée à Ashkelon, la famille a enduré une série de difficultés, tant financières que personnelles. Le frère aîné de Mengistu, Masrashau, est décédé en 2011. Selon ses amis et sa famille, c’est à cette époque que Mengistu a commencé à développer un trouble psychologique qui aurait empiré dans les mois précédant son arrestation par le Hamas à Gaza et sa disparition ultérieure.

Le 7 septembre 2014, Mengistu, alors âgé de 32 ans, a franchi la frontière de Gaza de son plein gré. Malgré une série de coups de semonce tirés par une patrouille de Tsahal, elle s’est poursuivie au-dessus de la barrière frontalière. Depuis, il n’a pas été vu par un Israélien. Malheureusement, il est impossible de connaître son statut actuel, car au cours des six années qui se sont écoulées depuis qu’il aurait été capturé et retenu captif par le Hamas, il n’y a pas eu un seul détail à son sujet ni même la confirmation que le Hamas l’a en sa possession.

Al-Sayed, le jeune bédouin israélien de la ville méridionale de Hura, qui a également traversé la frontière de son plein gré en 2015, se trouve dans une situation similaire. Selon la famille d’Al-Sayed, il souffre également de maladie mentale. Pendant des années, sa famille a publiquement supplié le Hamas de le libérer; cinq ans plus tard, son sort reste inconnu.

Le ministère israélien des Affaires étrangères confirme sur son site Internet que le Hamas tient les deux hommes en captivité.

Le Hamas refuse également de rendre les restes de deux soldats israéliens tués à Gaza lors de l’ opération Bordure protectrice 2014, le lieutenant Hadar Goldin , 23 ans, et le sergent Oron Shaul, 20 ans. Quelques heures après ce qui devait être un cessez-le-feu, le Hamas a attaqué un groupe de soldats de Tsahal travaillant à la démolition d’un réseau de tunnels transfrontaliers appartenant au groupe terroriste.

On pense que Goldin a été tué pendant l’attaque et que son corps a été traîné dans le tunnel d’où les terroristes du Hamas étaient sortis. Deux autres soldats sont morts avec Goldin. Le mois précédent, Shaul et six autres soldats des FDI avaient été tués dans leur véhicule blindé de transport de troupes par un missile antichar tiré par le Hamas. Le corps de Shaul n’a jamais été retrouvé. Les familles Goldin et Shaul ont enduré des années sans fermeture appropriée.

Le mépris total du Hamas pour les normes éthiques que la plupart des pays du monde respectent n’est pas surprenant étant donné qu’il s’agit d’une organisation terroriste. La durée sans fin de l’isolement cellulaire, sans parler de la détention illégale de non-combattants souffrant de maladies mentales, est une violation flagrante du Pacte international relatif aux droits civils et politiques. En vertu de ce pacte, Mengistu et al-Sayed doivent être traduits devant un juge local peu de temps après leur arrestation initiale, révélant et confirmant leur identité, ainsi que les accusant de crime.

Sinon, leur détention est qualifiée de disparition forcée. Le Hamas a également refusé de permettre à la Croix-Rouge internationale, ou à toute autre organisation, de vérifier sa santé et son bien-être, une autre indication de la dépravation du Hamas.

Cet enfermement indéfini et clandestin, associé à une angoisse psychologique inquiétante, équivaut à une torture cruelle et inhumaine. En plus de violer le droit international, le Hamas tente d’utiliser toute information sur les hommes capturés comme monnaie d’échange dans un échange de prisonniers contre des membres du Hamas actuellement détenus par Israël. Apparemment, ni Mengistu ni al-Sayed ne seraient réellement remis en échange de prisonniers du Hamas; au lieu de cela, le Hamas ne révélerait que les informations les plus élémentaires confirmant la captivité et la preuve de vie des deux Israéliens.

L’enlèvement et la détention de civils en captivité secrète par le Hamas est une terrible violation des droits de l’homme. Six ans plus tard, la communauté internationale reste silencieuse sur la situation . Il y a également eu une panne de courant virtuelle dans les médias internationaux.

Alors que les médias traditionnels se concentrent de manière disproportionnée et injuste sur Israël, on pourrait penser que la disparition forcée d’au moins deux civils mériterait d’être mentionnée. Décevantes, mais pas surprenantes, les violations des droits humains du Hamas continuent d’être largement ignorées par les médias.

Les familles Mengistu et al-Sayed, avec leurs ressources financières limitées, ont contacté d’innombrables organisations humanitaires internationales et ont tenté de communiquer par divers canaux diplomatiques au fil des ans sans succès. Le mouvement #FreeAvera, #BringHadarHome et #BringOron est important en Israël, et un groupe déterminé de ceux qui se battent pour le retour des quatre refuse de renoncer à tout espoir. Mais dans le climat politique actuel, avec les organisations de justice sociale qui défendent les droits de l’homme pour tous – où est le tollé public en Occident pour ces injustices flagrantes?

Ceux d’entre nous qui se consacrent à la défense d’Israël ne sont pas surpris par l’inhumanité du Hamas, responsable de la terreur implacable envers tous les Israéliens. Nous sommes bien conscients que le Hamas n’est pas régi par les règles de la guerre ou par les normes d’humanité; que ses émissions de télévision pour enfants glorifient les kamikazes; qui lynche publiquement les personnes LGBTQ; qui emprisonne les journalistes; qui envoie des ballons incendiaires aux jardins d’enfants israéliens; qui dépense des fonds d’aide humanitaire à construire des tunnels souterrains pour attaquer les civils israéliens au lieu de nourrir sa population. Mais ce n’est pas la seule responsabilité d’Israël ou de ses défenseurs de raconter cette histoire.

Le peuple juif vient de passer 10 jours à réfléchir et à demander pardon à Dieu et aux autres . Alors que nous entrons dans la nouvelle année, nous nous engageons à aider, de toutes les manières possibles, à ramener Mengistu et al-Sayed – ainsi que les restes de Hadar Goldin et Oron Shaul – à leurs familles.

La question de son retour est à notre ordre du jour chaque fois que nous avons des réunions politiques avec des diplomates pour leur demander de faire entendre leur voix sur cette parodie. Nous devons tout mettre en œuvre pour accroître le tollé général et exiger sa libération. Nous le devons à ces jeunes sans défense qui n’ont pas voix au chapitre.

Inscrivez vous au RSS
Comment ajouter notre site sur l’écran d’accueil de votre téléphone ?
C'est très simple !
– Pour Android :
Rendez vous sur notre site : https://cqvc.online/
Tapez sur le menu du navigateur, en haut, à droite de votre écran (3 points sur Google chrome)
Tapez sur « Ajouter à l’écran d’accueil »
– Pour Iphone :
Rendez vous sur notre site : https://cqvc.online/
Cliquez le bouton « Partager » (carré en bas de l’écran, d’où sort une flèche)
Tapez sur « Sur l’écran d’accueil »
Tapez sur « Ajouter »

Pour le partage des articles sur votre site, contactez nous par avance (seul le lien URL est autorisé): [email protected]

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur les images mais aussi les sources. Si vous avez identifié une photo ou une source sur laquelle vous possédez des droits d'exclusivités, vous pouvez nous contacter et nous ferons le nécessaire pour modifier ou supprimer : [email protected]

Abonnez vous à notre Newsletter à Infos-Israel.News

IMPORTANT :

Nous subissons actuellement une censure abusive de notre Page Facebook . Par sécurité nous avons mis en ligne une autre Page de secours, veuillez la liker et la faire connaitre à vos amis et proches au cas ou l'actuelle sera fermée.

infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !