Les termes du mandat palestinien de 1922 incluaient la reconnaissance « d’une agence juive appropriée en tant qu’organisme public ayant pour rôle de conseiller et de coopérer avec l’administration de la Palestine sur des questions économiques, sociales ou autres susceptibles d’affecter la création du Conseil national juif. Le foyer et les intérêts de la population juive de Palestine.  »

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

En 1923, le Haut-Commissaire britannique en Palestine proposa de créer une agence arabe, parallèle à l’agence juive mentionnée dans le mandat, afin de contribuer à la mise en place d’une gouvernance locale et à la réalisation d’un objectif similaire pour les Arabes palestiniens, à l’instar des agences juives palestiniennes. .

Les dirigeants arabes palestiniens, représentés par le Comité exécutif arabe, ont catégoriquement refusé.

La longue lettre de refus est fièrement affiché sur le site Web « Palestinian Journeys », un projet conjoint du Musée palestinien et de l’Institut d’études palestiniennes. Il s’agit d’un prototype du refus absolu des Arabes de permettre aux Juifs de jouir de tout droit à l’autodétermination .

L’Agence juive était un quasi-gouvernement capable, en 1948, d’intervenir et de diriger le nouvel État d’Israël sans avoir à constituer un gouvernement à partir de rien. Une agence arabe aurait pu remplir le même rôle, mais le refus des Arabes de faire quelque chose de stratégique pour les Arabes de Palestine est une constante séculaire. Dire «non» est la position arabe la plus cohérente.

La lettre de refus donne de nombreuses raisons pour lesquelles une agence arabe serait une insulte. L’argument principal est que la Palestine ne doit pas être que pour les Arabes, point à la ligne, même si les Britanniques leur l’avaient promis dans la correspondance controversée entre McMahon et Hussein . La déclaration Balfour était illégale, a déclaré le Comité exécutif arabe. Même si la formulation était enchâssée dans le système de mandat de la Société des Nations, les dirigeants arabes ont insisté sur le fait qu’un foyer national juif violait l’esprit de la Société des Nations.

La lettre se plaint même du nom proposé « Agence arabe », affirmant que « le nom de l’agence leur donne le sentiment d’être également des étrangers dans leur propre pays ».

La lettre mentionne notamment que les Arabes de Palestine n’étaient pas une seule fois « Palestiniens ».

Alors, comme maintenant, la fierté pousse les Arabes à prendre des décisions qui se sont toujours révélées désastreuses pour leur propre peuple ?