Selon Reuters : « La seule chose qui a permis d’éviter une crise économique majeure était l’argent gagné par plus de 100 000 Palestiniens qui travaillent en Israël et les envois de fonds des Palestiniens travaillant à l’étranger. »
Reuters minimise considérablement les chiffres. 

Selon le  Bureau central des statistiques de la Palestine,  131 000 Palestiniens travaillaient en Israël au quatrième trimestre de l’année dernière et 28 000 autres travaillaient dans des villes juives de Judée-Samarie. 

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Comparez cela aux 125 000 personnes qui travaillaient en Israël et aux 20 000 qui travaillaient dans les « colonies » au premier semestre de 2018 . C’est plus du  double  du nombre de ces travailleurs cinq ans auparavant. 

Cela représente près de 160 000 Palestiniens qui touchent environ 2,4 fois le salaire quotidien moyen de ceux qui travaillent dans les zones contrôlées par l’Autorité palestinienne et le Hamas. 

 Ce qui signifie que l’économie de l’Autorité palestinienne, aujourd’hui, tire environ 37% de ses salaires de travailleurs d’Israël.

C’est la base de la « paix économique » décriée par les médias. On ne peut s’empêcher de remarquer que le nombre d’attaques terroristes en « Cisjordanie » a diminué à mesure que le nombre de Palestiniens travaillant en Israël a augmenté.

Lorsque les Palestiniens ont quelque chose à perdre, ils ont plus de chances de ne pas faire ce qui leur ferait perdre leurs emplois les mieux rémunérés. S’il était possible de trouver un moyen sûr de permettre aux Gazaouis non affiliés à des groupes terroristes de travailler en Israël, cela ferait pression sur les groupes terroristes de Gaza pour qu’ils réduisent également les tirs de roquettes et de ballons incendiaires. 
En plus du fait que le seul moyen possible pour l’économie de l’AP de survivre est d’encourager le vrai travail, par opposition aux positions du gouvernement et des ONG qui font le plus possible, occupant l’essentiel des emplois occupés par les Palestiniens aujourd’hui.
Oui, une meilleure économie apporte la paix. Lorsque l’Autorité palestinienne dit qu’elle refuse de l’argent aux États-Unis et à Israël, elle utilise le même calcul: elle menace Israël de nouvelles attaques terroristes qui proviendraient d’une économie en déclin qui serait encourageante. Ils menacent de se suicider économiquement à moins d’obtenir l’argent qu’ils veulent sans aucune condition. 

Pour les personnes qui n’ont pas suivi l’OLP au cours des années, il serait étonnant de vouloir faire de même avec leur propre peuple pour le principe de payer les terroristes et leurs familles. 

Gardez également à l’esprit que si le BDS prétendument « dirigé par les Palestiniens » réussissait, ces 160 000 personnes travaillant en Israël seraient au chômage.