Il convient de noter que l’Égypte, qui a une frontière commune avec la bande de Gaza, n’a envoyé aucun kit de test ni matériel désinfectant aux Palestiniens qui y vivent.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

« Après plus de soixante-dix ans, le Liban reste le pays où les réfugiés palestiniens souffrent le plus, où ils sont privés de nombre de leurs droits économiques et humains, y compris le travail dans certaines professions, les complications procédurales dans l’obtention des permis de travail et le déni du droit à propre propriété.  » – Dr Mohsen Saleh, directeur général du Centre d’études Zaitouna à Beyrouth, arabi21.com, 20 juillet 2019.

Assad Abu Khalil, professeur libano-américain à la California State University, qui se dit « pro-palestinien », ne semble pas préoccupé par les restrictions sévères imposées aux Palestiniens par son propre pays – le Liban. Il ne semble pas non plus dérangé qu’un fonctionnaire libanais (et non israélien) soit celui qui appelle en fait à placer les Palestiniens dans des « prisons de masse ».

L’Égypte, pour sa part, a depuis longtemps abandonné les Palestiniens en scellant essentiellement sa frontière avec la bande de Gaza. Les Libanais, les Égyptiens et la plupart des Arabes perçoivent les Palestiniens comme le problème d’Israël. Lorsque la crise actuelle du virus sera passée, il faut espérer que les Palestiniens se souviendront qu’un seul pays est venu à leur secours: Israël. Ils pourraient aussi se rappeler que leurs frères arabes les ont trahis – pas pour la première fois, et sans doute pas pour la dernière.

🟦 ANNONCE 🟦


IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News