Les merveilles du Moyen-Orient. Cette semaine, des dizaines de Syriens curieux se pressaient devant un magasin du prestigieux quartier d’Almaza à Damas, mais cette fois pas pour acheter du pain ou du carburant. Les nombreuses personnes curieuses sont venues voir de près les nouveaux appareils iPhone 12 que la société de communication locale Amtel a présenté à la vente.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

C’est un cas assez étonnant car en vertu des réglementations américaines sur les sanctions imposées au régime d’Assad, la Syrie ne peut pas importer ces appareils. Au-delà, le propriétaire d’Amtel, Tark Khadar, proche de l’épouse du président syrien, a fait l’objet de sanctions personnelles de la part de l’administration Trump. Et en général, la manière dont les appareils eux-mêmes sont arrivés en Syrie est également un mystère étant donné qu’ils ont été proposés à la vente à Damas relativement tôt, avant tout le monde au Moyen-Orient, et seulement un jour après que les appareils aient atteint les clients dans les magasins de Londres, par exemple.

Peu de personnes en Syrie peuvent se permettre d’acheter l’iPhone avancé, et ce sont généralement les personnes les plus riches du pays qui ont continué à s’enrichir pendant la guerre dans le pays au cours des neuf dernières années. Le prix de l’iPhone 12 est d’environ 4 millions de livres syriennes (environ 1 600 dollars, le double du prix aux États-Unis) tandis que l’iPhone 12 Pro est proposé au prix de 5,5 millions de livres. Dans la Syrie d’aujourd’hui, un «bon» salaire gouvernemental des employés juniors ne dépasse pas 50 000 £ par mois, c’est-à-dire qu’il faut 100 salaires ou plus de huit ans pour accéder à l’iPhone tant convoité.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News