Ces dernières semaines, les médias israéliens ont commencé à parler d’un problème marginal et routinier – un détenu en grève de la faim. Dans notre cas, c’est Maher al-Ahras . La chance que vous n’ayez pas rencontré ce nom est tout comme la chance qu’il meure.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Maher al-Ahras détenu pendant plus de trois semaines, devait être libérés fin novembre. Mais Maher al-Ahras a commencé une grève de la faim depuis 100 jours, une période à laquelle on ne peut survivre si on ne mange pas vraiment.

Alors, comment est-il vivant ?

Sa famille est venue lui rendre visite, trouvant peut-être une tortilla dans le sac de sa femme.
Il obtient également les nutriments et les vitamines, sinon par voie orale, puis par les veines. Comme indiqué, le GSS ne le laissera pas mourir.

🟦 ANNONCE 🟦

Le JIP a décidé de tirer parti de cette histoire à son avantage.Cela a commencé par des menaces de responsables politiques, comme Khaled al-Batash de la bande de Gaza disant qu’il pourrait être infecté du corona. Donc, si Al-Ahras meurt, le JIP répondra.

Le JIP a relevé la barre et s’est assuré de tourner une vidéo «  menaçante  », qui montre également le secrétaire général de l’organisation, Ziad Nahala, quelque part de son siège dans le secteur nord, menaçant Israël de sa voix dans l’affaire Al-Akhars. Mais même cela n’a pas aidé mais le JIP n’a aucun désir d’entrer dans une escalade avec Israël et les seules menaces dans les médias n’aident pas.

Enfin, ils ont décidé de publier une déclaration d’un « officier anonyme » selon laquelle l’alerte parmi les combattants avait été levée et que l’alerte générale avait augmenté en raison de « la détérioration de la santé d’Al-Ahras ». Une phrase qui n’a d’autre source que les médecins palestiniens et sa famille qui prétendent être sur leur lit de mort depuis des semaines, mais qui ne l’a pas empêché d’embrasser sa famille et d’être interviewé par Almiadin, lors d’un entretien de 15 minutes.

Tout cela en même temps que des vidéos «  déchirantes  » de sa maison sont publiées en pleurant, debout devant une caméra et en disant ce qui lui est dicté de dire et en faisant une variété d’autres émissions dans les médias, avec un «  cri authentique  » d’une pauvre fille qui veut juste voir son père libéré.

Ainsi, al-Ahras, qui est devenu entre-temps un autre héros national palestinien combattant l’occupation, est un jouet entre les mains du JIP pour renforcer sa position auprès du public.

Après la publication de vidéos le mois dernier dans lesquelles des palestiniens de la région sud sont maudits et humiliés, les militants du JIP entrent dans une mosquée avec des chaussures et tirent à l’intérieur et Abu Elala est emprisonné après avoir publié une vidéo d’excuses (peut-être qu’il devrait également faire une grève de la faim), le JIP devrait réparer les dommages causés par les médias. Le JIP sait qu’Al-Akhars ne mourra pas et que tout est un spectacle, alors ils se permettent de lancer des menaces et d’envoyer une variété de messages menaçants aux médias sachant qu’Al-Akhars ne mourra pas.

Entre nous, si Al-Akhars meurt, comment réagira le JIP ? 3 roquettes vers la bordure de Gaza? Ashkelon? Même Ashdod, est-ce vraiment ce qui menace l’Etat d’Israël ?



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News