Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Dans le sillage de la normalisation des relations entre Israël et les Émirats arabes unis, il y a des rumeurs selon lesquelles plusieurs autres États pourraient être les prochains à signer un accord avec Israël. S’il existe des obstacles à la normalisation des relations avec certains États du Moyen-Orient, d’autres considèrent la décision des Émirats arabes unis comme un ballon d’essai et réagiront positivement en fonction du déroulement des prochaines semaines et des prochains mois entre Jérusalem et Abu Dhabi. Ce qui suit est une liste de quelques exemples de pays qui, selon les rapports, pourraient être en ligne pour normaliser les relations.

Bahreïn
Bahreïn a longtemps été considéré comme le premier pays du Golfe à pouvoir normaliser ses relations avec Israël. Le petit royaume a souvent fait des commentaires relativement positifs sur Israël au fil des ans et est apparu ouvert à «l’accord du siècle» de l’administration Trump en organisant des discussions sur les aspects économiques de celui-ci. Bahreïn a salué l’accord des EAU avec Israël et des rapports ont immédiatement indiqué qu’il travaillait à la normalisation des relations après les EAU. Des articles de décembre 2019 dans le Golfe ont noté que Bahreïn tendait la main à Israël.

En mai, Bahreïn a mis fin à un symposium visant à soutenir un boycott d’Israël. En 2019, le grand rabbin de Jérusalem Shlomo Amar s’est rendu à Bahreïn et a rencontré le roi Hamad bin Isa al-Khalifa dans la capitale Manama. L’année dernière également, le ministre des Affaires étrangères de Bahreïn, Khalid bin Ahmed al-Khalifa, a soutenu le droit d’Israël de se défendre contre les menaces de l’Iran. Il a déclaré: «L’Iran est celui qui nous a déclaré la guerre». Le Royaume a fait des déclarations similaires en 2018. Les

Les Bahreïnis ont participé à une course de vélo en Israël en 2018. Le ministre israélien des Affaires étrangères de l’époque, Israel Katz, a également rencontré son homologue Khalifa à Washington en 2019. Bahreïn a une petite communauté juive.

Les obstacles de Bahreïn comprennent non seulement les menaces de l’Iran d’essayer de susciter des manifestations parmi la minorité chiite, mais aussi le fait que le pays a fait face à des manifestations lors du printemps arabe de 2011. En tant que tel, il est apparu plus sage de laisser les Émirats arabes unis agir en premier en ce qui concerne les relations avec Israël.

Oman
En octobre 2018, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s’est rendu à Oman et a rencontré le sultan Qaboos bin Said. Le ministre omanais responsable des affaires étrangères, Yusuf bin Alawi, a fait des commentaires positifs sur l’acceptation d’Israël dans la région lors des discussions ultérieures à Manama. En avril, les Omanais ont fait des commentaires similaires en Jordanie lors d’une conférence, affirmant qu’il était important d’assurer à Israël qu’il n’était pas menacé. Alors que la Jordanie a critiqué les commentaires, Oman a continué à avancer avec des vues relativement positives sur Israël.

Oman, comme d’autres États du Golfe, avait en fait été ouvert aux discussions avec Israël dans les années 90. Le Premier ministre de l’époque, Shimon Peres, s’est rendu à Oman en 1996. Une grande partie de cette période de lune de miel a été changée par la deuxième Intifada quand Israël a vu une réduction des bureaux commerciaux dans le Golfe. Oman, comme le Qatar, avait autrefois un bureau commercial israélien. Il a été fermé en octobre 2000.

Néanmoins, à la suite de la visite de Netanyahu en 2018, on parlait de plus en plus de visites ministérielles à travers le Golfe. Oman, cependant, accueille également des visites de grandes délégations iraniennes et tente d’être neutre dans d’autres différends du Golfe, comme avec l’Iran et le Qatar.

Maroc
Le Maroc serait l’un des États sur la liste restreinte des relations d’ouverture avec Israël à court terme. Il y a une communauté juive au Maroc et le pays a fait ces dernières années des gestes qui montrent un réchauffement des relations interpersonnelles malgré la stagnation des relations diplomatiques.

Des Israéliens ont récemment été ramenés du pays en Israël lors de la crise du coronavirus en mai. Les événements culturels au Maroc ont montré une plus grande tolérance envers les Juifs et Israël ces dernières années, bien que les militants pro-palestiniens soient contre eux. Le chroniqueur du Washington Post David Ignatius a écrit au cours du week-end que le Maroc, Oman et Bahreïn étaient les prochains pays qui pourraient normaliser leurs relations.

Le Maroc a soutenu les efforts de l’administration Trump sur les questions de paix. En février, il y avait même des rumeurs à Axios sur la reconnaissance d’Israël et des Etats-Unis de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental.

Les liens israélo-marocains remontent aux années 1960. Le roi Hassan II a joué un rôle clé dans ces relations de réchauffement, notamment en travaillant avec l’Egypte Anouar Sadate avant sa visite historique en 1977. Shimon Peres s’est rendu au Maroc en 1986 et le Premier ministre Yitzhak Rabin et le ministre des Affaires étrangères Shimon Peres ont rencontré Hassan II en 1993. L’Intifada de 2000 a nui aux relations et ils ont mis du temps à revenir. Néanmoins, depuis 2003, il y a eu des gestes positifs, notamment la visite du ministre des Affaires étrangères Silvan Shalom cette année-là.

En 2019, une réunion entre le roi du Maroc Mohammed VI et le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a été annulée au dernier moment. Selon les rumeurs, cette réunion incluait Netanyahu, selon Morocco World News et la chaîne israélienne 12. Netanyahu avait rencontré Pompeo à Lisbonne et le rapport disait qu’il aurait pu se rendre à Rabat avec Pompeo, mais le Maroc a annulé la réunion. Cela peut être dû à une controverse sur la question de savoir si cela aurait été considéré comme un problème politique soutenant la campagne électorale de Netanyahu.

Quoi qu’il en soit, le problème central est que c’est quelque chose que les États-Unis tiennent depuis des années.

Arabie Saoudite
L’Arabie saoudite semble plus ouverte à Israël ces dernières années. Cela résulte de plusieurs processus. Le royaume est menacé par l’Iran et combat les forces soutenues par l’Iran au Yémen. Riyad s’oppose également aux Frères musulmans et a rompu ses relations avec le Qatar. La Fraternité n’est pas seulement liée au parti au pouvoir en Turquie, mais aussi au Hamas. L’Arabie saoudite a tenté de réprimer le type d’extrémisme qui a ébranlé le royaume dans les années 1990, et au cours de la dernière décennie, elle a semblé partager davantage d’intérêts avec Israël.

Cependant, l’Arabie saoudite a préféré laisser les autres États du Golfe avec lesquels elle travaille en étroite collaboration passer en premier aux discussions avec Israël. Cela comprend Oman, les Émirats arabes unis et Bahreïn. Néanmoins, le prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salmane a recherché des relations étroites avec l’administration Trump et a également fait des commentaires relativement positifs sur des questions liées au processus de paix en Israël. Il s’agit d’un changement par rapport à l’ancien temps où la question palestinienne était considérée comme un élément central de tout au Moyen-Orient.

Riyad était un chef de file de l’initiative arabe visant à reconnaître Israël dans les années 2000 en échange du retrait israélien de Cisjordanie. Cela a été proposé en 2002 et Riyad a ainsi montré son soutien à l’ouverture des relations avec Israël dans ce contexte. L’Arabie saoudite ne veut pas que la Turquie assume le rôle de principal soutien des Palestiniens et remplace ainsi l’influence saoudienne.

Cependant, c’est une préoccupation majeure dans des endroits comme la Jordanie: à savoir que la Turquie exerce une influence sur Jérusalem. Pour mettre fin à cela, Riyad aimerait travailler avec la Jordanie et le Golfe et voir des intérêts communs dans toute la région. À cette fin, Riyad a également accueilli des délégations évangéliques – et Arab News, un média, a publié des écrits de Ron Lauder, président du Congrès juif mondial.

Cela fait partie de la sensibilisation régionale aux voix juives aux États-Unis, ainsi qu’aux rabbins qui ont visité les Émirats arabes unis et le Golfe, et une communauté juive en plein essor aux Émirats arabes unis. Cependant, Riyad est le plus conservateur du groupe du Golfe, rappelant la sensibilité des années 90 à la question de la présence de non-musulmans dans le Royaume. Aujourd’hui, Riyad poursuit la Vision 2030 pour moderniser le pays.

Des rapports récents ont indiqué que des membres clés de l’administration Trump, tels que Jared Kushner, pensent que la normalisation est inévitable avec le royaume. Un blogueur israélien aurait reçu un accueil amical en Arabie saoudite en février, et les Israéliens peuvent ostensiblement se rendre à Riyad selon Israël. Les Saoudiens eux-mêmes ont été plus ouverts sur les réseaux sociaux pour soutenir les relations avec Israël. Certains médias, cherchant peut-être à saboter ces signes positifs, ont tenté de prétendre que Riyad était en «pourparlers secrets» avec Israël.

Qatar
Le Qatar et Israël avaient des relations historiquement chaleureuses dans les années 90 et on pensait il y a des années que c’était le premier à se normaliser. Cela s’est produit après la guerre du Golfe en 1991; il y a un bureau commercial israélien là-bas depuis 1996. Le Qatar, Israël et les États-Unis ont formé une sorte de relation tripartite à la lumière de cela.

Doha a cherché à jouer un rôle croissant dans tout le Moyen-Orient; dans le cadre de ce rôle plus large, il voulait également jouer un rôle dans les discussions de paix avec Israël. En 2007, la ministre israélienne des Affaires étrangères, Tzipi Livni, a rencontré l’émir du Qatar, le cheikh Hamad bin Khalifa Al-Thani à New York. Le Qatar a tenté de cultiver des partisans pro-israéliens après qu’une crise s’est développée entre lui et l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis en 2017. Travaillant par l’intermédiaire de lobbyistes, il a invité une longue liste de voix pro-israéliennes à Doha. Il est apparu que le Qatar et les Émirats arabes unis travaillaient à l’époque pour cultiver des liens plus étroits avec l’administration Trump, et le Qatar pensait que les initiés juifs étaient essentiels à cela.

Le Qatar a également tenté de jouer un rôle croissant dans les discussions avec Israël et le Hamas. Il a fourni de l’argent pour Gaza et a maintenu le Hamas à flot, dans le cadre d’une tentative de longue date d’être le payeur des Frères musulmans dans la région et de soutenir Gaza.

Le jeune émir du Qatar Tamim bin Hamad al-Thani est la clé des relations du Qatar dans la région. Le dirigeant de 40 ans est arrivé au pouvoir en 2013. Le Qatar a contribué à alimenter le printemps arabe et a utilisé Al-Jazeera pour susciter des manifestations dans toute la région afin de gagner en influence. Cependant, il a vu un grand nombre de ces manifestations échouer et des régimes vaincre les candidats soutenus par le Qatar.

Plus isolé maintenant, le Qatar a des troupes turques à Doha après la crise de 2017 avec Riyad. Cela signifie qu’il doit s’appuyer sur la Turquie – qui, à l’exception de l’Iran, est le régime le plus hostile de la région à Israël. Le Qatar est aussi proche de Téhéran. Cela signifie que tout ce que le Qatar avait autrefois pour la paix, et même les tentatives de cultiver des voix pro-israéliennes à travers des junkets à Doha, sont en grande partie sur la glace.

Néanmoins, le Qatar a des discussions avec Israël à propos de Gaza, où il joue un rôle clé. Certains Israéliens considèrent le Qatar comme jouant une influence positive potentielle. L’ancien ministre israélien de la Défense Avigdor Liberman a révélé un voyage du chef du Mossad au Qatar en février 2020. En 2018, Liberman a rencontré le ministre des Affaires étrangères du Qatar.

L’émir du Qatar a déjà effectué un voyage historique à Gaza en 2012. Cela semble être une époque révolue maintenant. Cependant, il est possible que Doha, pensant pouvoir résoudre la crise du Golfe et obtenir quelque chose de l’administration Trump, parle de normaliser les relations. Les troupes turques au Qatar et en Iran étant capables de déstabiliser l’émirat en cas de trahison, cela ne serait probablement pas considéré comme une sage décision. Au lieu de cela, le Qatar préfère être plus ouvert aux positions modérées telles que l’accueil d’athlètes israéliens, se faisant un centre de rencontres et d’intrigues plutôt qu’un partenaire de paix.

Qu’en est-il de la Tunisie, de l’Algérie, du Soudan, de l’Irak, du Liban, de la Syrie, de la Libye et du reste ? 

Israël manque de relations avec les autres pays dans la région, de la Tunisie au Pakistan. Netanyahu a rencontré le nouveau chef du Soudan en février. Le Soudan est maintenant plus proche de l’Arabie saoudite et de l’Égypte, mais pourrait envisager davantage de discussions avec Israël. La Turquie avait tenté de s’installer au Soudan via une base insulaire qu’elle voulait louer. Le Soudan est désormais plus proche des pays plus proches d’Israël.

La Tunisie était autrefois l’un des États modérés dont on pouvait envisager de conclure un accord avec Israël. Cependant, la Tunisie connaît aujourd’hui plusieurs crises internes et un conflit avec sa voisine, la Libye. La Turquie est également en compétition pour les cœurs et les esprits en Tunisie via un parti lié à la Fraternité. Alors qu’il y a une communauté juive en Tunisie et aussi des éléments plus libéraux, les dirigeants tunisiens ont qualifié les relations avec Israël de «trahison». Tunis a joué un rôle historique en accueillant les Palestiniens depuis les années 80, et c’est aussi un obstacle.

L’Algérie semble être un pays loin de toute normalisation avec Israël. Il a même emprisonné un blogueur pour un entretien avec Israël en 2019. L’Algérie a ses propres problèmes internes, tels que les manifestations des dernières années et une insurrection islamiste historique qui a déchiré le pays dans les années 1990. Il a également le contexte de la lutte anticoloniale qui a été encadrée dans le cadre de la même lutte que les Palestiniens dans les années 1960 et 1970. Le

Liban pourrait être un partenaire de paix sans le Hezbollah. Le Hezbollah n’a fait que se renforcer ces dernières années, tenant le pays en otage des menaces de l’Iran contre Israël.

La Syrie a également plus d’influence iranienne aujourd’hui et a renoncé aux discussions qu’elle avait autrefois tenues dans les années 1990 et au début des années 2000 avec Israël.

La Libye est déchirée par la guerre civile et, malgré les rumeurs suggérant qu’Israël est du côté du Khalifa Haftar soutenu par l’Égypte, le pays n’a aucun moyen de normaliser ses relations avec Israël. Au lieu de cela, il fait partie du contexte plus large d’Israël, les EAU et la Grèce partageant des points de vue sur la Méditerranée. La Turquie est impliquée dans le soutien du gouvernement à Tripoli, tandis que l’Égypte soutient Haftar à Benghazi.

Le Yémen est également au milieu d’une guerre civile et les Houthis soutenus par l’Iran ont un slogan officiel disant «mort à Israël, maudis les Juifs». Il n’y aura pas de paix là-bas.

L’Irak a trop d’influence iranienne pour normaliser ses relations avec Israël. Néanmoins, il a des voix modérées historiques, en particulier dans la région du Kurdistan, qui ont été plus chaleureuses envers Israël. Mais la région du Kurdistan est aujourd’hui menacée par les problèmes économiques et le rôle de l’Iran à Bagdad, et doit également équilibrer les défis avec une campagne militaire turque contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

L’Iran pourrait faire la paix avec Israël si le régime tombe. Téhéran et Jérusalem entretenaient de bonnes relations avant 1979. De même, en Somalie, il y a des chances qu’Israël puisse atteindre la région du Somaliland, qui s’est déclarée indépendante depuis les années 1990.

Un peu plus loin, Israël fait face à l’hostilité du Pakistan et de la Malaisie. Alors que l’Indonésie semblait autrefois plus modérée, a aussi des éléments hostiles dans son paysage politique.

Inscrivez vous au RSS
Comment ajouter notre site sur l’écran d’accueil de votre téléphone ?
C'est très simple !
– Pour Android :
Rendez vous sur notre site : https://cqvc.online/
Tapez sur le menu du navigateur, en haut, à droite de votre écran (3 points sur Google chrome)
Tapez sur « Ajouter à l’écran d’accueil »
– Pour Iphone :
Rendez vous sur notre site : https://cqvc.online/
Cliquez le bouton « Partager » (carré en bas de l’écran, d’où sort une flèche)
Tapez sur « Sur l’écran d’accueil »
Tapez sur « Ajouter »

Pour le partage des articles sur votre site, contactez nous par avance (seul le lien URL est autorisé): [email protected]

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur les images mais aussi les sources. Si vous avez identifié une photo ou une source sur laquelle vous possédez des droits d'exclusivités, vous pouvez nous contacter et nous ferons le nécessaire pour modifier ou supprimer : [email protected]

Abonnez vous à notre Newsletter à Infos-Israel.News

IMPORTANT :

Nous subissons actuellement une censure abusive de notre Page Facebook . Par sécurité nous avons mis en ligne une autre Page de secours, veuillez la liker et la faire connaitre à vos amis et proches au cas ou l'actuelle sera fermée.

infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !