Marzouk Ali, vice-président de la Fédération égyptienne de judo qui a dirigé la délégation égyptienne au Japon cette semaine, a expliqué jeudi pourquoi son joueur Mohamed Abdel Aal avait refusé de serrer la main de l’Israélien qui l’avait battu, Sagi Muki, en disant: «Le juge n’était pas juste, il aurait dû disqualifier Muki. Comme il n’était pas disqualifié, le joueur égyptien est parti sans lui serrer la main. » 

Ali n’a pas expliqué pourquoi Sagi Muki, qui a remporté la médaille d’or, méritait d’être disqualifiée.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Ce n’est pas la première fois qu’un judoka égyptien refuse de serrer la main d’un rival israélien qui l’avait vaincu. Aux Jeux olympiques de 2016 à Rio de Janeiro, le judoka Islam El Shehaby a été projeté à deux reprises et a été battu par l’Israélien Or Sasson, qui a ensuite remporté une médaille de bronze dans la compétition. 

Après le match, El Shehaby a refusé de serrer la main de son adversaire, après que le vainqueur israélien se soit incliné devant lui. À la suite de cette violation majeure de l’étiquette du judo, l’Egyptien a été sifflé et ridiculisé par la foule.