Hier, le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a déclaré que toute tentative visant à aider l’économie palestinienne pouvait « aller en enfer », car une solution politique dans laquelle il obtiendrait toutes ses demandes d’Israël serait la seule voie possible qu’il autoriserait. 

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

« Notre cause progresse pas à pas et nous atteindrons, si Dieu le veut, un État palestinien indépendant dont la capitale est Jérusalem. L’affaire du siècle qui est l’affaire de la honte ira en enfer, si Allah le veut et le contexte économique projet sur lequel ils travaillent le mois prochain ira en enfer « . 

Il a dit cela lors d’une réunion remerciant les donateurs de la Fondation Mahmoud Abbas. 

Un peu d’argent, apparemment, est plus halal que d’autres.

La Fondation Mahmoud Abbas est censée fournir une éducation à la jeunesse palestinienne, en particulier au Liban. 

Sa description sur son site Web correspond exactement à la manière dont on pourrait s’attendre à ce qu’un dictateur prétendant se soucier de son peuple soit décrit.

Son site Web n’a pas été mis à jour depuis 2015, bien qu’il semble que Cisco lui ait donné de l’argent pour mettre en place un cours de réseautage en 2017. Il n’a apparemment pas publié de rapport annuel depuis 2015. 

Bien qu’il affirme avoir donné 2,5 millions de dollars à des Palestiniens au Liban pour aller à l’université, il n’a sur son site que deux «histoires à succès» d’étudiants bénéficiaires de bourses d’études, ainsi que des photos d’un laboratoire d’informatique qu’il prétend avoir aidé à construire sans montrer d’ordinateur. 

Inutile de dire qu’il n’y a pas d’audits sur ses états financiers. Par conséquent, bien que ce soit une véritable œuvre de bienfaisance, il pourrait également être un moyen de blanchir de l’argent ou un moyen pour Abbas de s’enrichir tout en prétendant aider son peuple. Ou peut-être un voyage de l’ego comme d’autres dirigeants arabes qui ont également créé des fondations caritatives et Abbas veut ressembler à un dirigeant, alors que son peuple croupit sous la pauvreté.