L’administration Trump envisage d’accorder l’immunitĂ© juridique au prince hĂ©ritier saoudien Muhammad bin Salman, ont rapportĂ© cette semaine les mĂ©dias amĂ©ricains.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Selon des sources impliquĂ©es dans l’affaire, l’administration envisage d’accorder l’immunitĂ© en raison d’un procès intentĂ© cette annĂ©e contre Ben Salman par un ancien officier du renseignement saoudien. L’officier Saad al-Jabri a affirmĂ© que Ben Salman avait envoyĂ© une escouade d’assassins contre lui et l’avait poursuivi devant un tribunal fĂ©dĂ©ral Ă  Washington.

Une source a rĂ©vĂ©lĂ© Ă  CNN que le dĂ©partement d’État avait envoyĂ© une sĂ©rie de questions Ă  l’Ă©quipe juridique d’ al-Jabri ce mois-ci. Ceci, afin d’aider les autoritĂ©s locales Ă  dĂ©cider s’il convient de conseiller au ministère de la Justice d’accorder l’immunitĂ© au prince hĂ©ritier saoudien. Il est de coutume aux États-Unis d’accorder l’immunitĂ© juridique aux chefs d’État et mĂŞme aux fonctionnaires des pays Ă©trangers, ce qui est souvent fait conformĂ©ment au droit international. Mais dans certains cas, l’immunitĂ© est supprimĂ©e, en particulier si les États-Unis souhaitent exercer une pression politique.

Saad al-Jabri Ă©tait un ancien conseiller du ministère de la SĂ©curitĂ© intĂ©rieure et a aidĂ© l’hĂ©ritier Ă©vincĂ© du trĂ´ne, le prince Muhammad bin Naif. En mai 2017, il a fui le royaume après avoir Ă©tĂ© accusĂ© de corruption et de vol de fonds publics. Cette mĂŞme annĂ©e, des dizaines de hauts fonctionnaires de la maison royale saoudienne ont Ă©tĂ© arrĂŞtĂ©s dans le cadre d’une purge du nouveau rĂ©gent, le tout au nom de la «lutte contre la corruption».

🟦 ANNONCE 🟦

Al-Jabri a vĂ©cu Ă  Toronto pendant un certain temps, quand il y a quelques mois, Ben Salman a tentĂ© de le forcer Ă  retourner en Arabie saoudite. Les autoritĂ©s du royaume ont arrĂŞtĂ© son frère et ses deux fils pour interrogatoire. Par la suite, des membres de la famille et des responsables aux États-Unis ont affirmĂ© qu’ils prenaient en fait des otages afin de faire pression sur al-Jabri pour qu’il retourne dans son pays et y soit jugĂ©.

C’Ă©tait la première fois qu’un haut responsable saoudien accusait publiquement le rĂ©gent d’avoir ordonnĂ© une opĂ©ration d’assassinat pour faire taire les critiques Ă  son encontre. Comme vous vous en souvenez peut-ĂŞtre, les agences de renseignement amĂ©ricaines ont estimĂ© que Ben Salman avait dĂ©jĂ  ordonnĂ© l’assassinat du conseiller et journaliste saoudien Jamal Hashukaji au consulat d’Istanbul.

Comme vous vous en souvenez peut-ĂŞtre, l’Arabie saoudite est rĂ©cemment apparue comme l’un des pays susceptibles de normaliser les relations avec IsraĂ«l. Suite Ă  l’annonce de la reprise des relations avec le Maroc, le conseiller principal Jared Kushner a dĂ©clarĂ© aux journalistes de la Maison Blanche que la normalisation avec l’Arabie saoudite Ă©tait « inĂ©vitable ».



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News