Elle porte un keffieh palestinien. Elle tient un cocktail Molotov. Et elle est prête à exploser – une voiture de police du NYPD.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Selon le New York Daily News:

L’un des deux avocats de Brooklyn accusé d’avoir incendié un croiseur NYPD à Brooklyn a utilisé une bouteille Bud Light remplie d’un chiffon comme cocktail Molotov, selon une photo obtenue dimanche par le Daily News.

Urooj Rahman, 31 ans, a été prise sur une photo tenant une écharpe à rayures noires et blanches près de son visage avec une main et la bouteille potentiellement ardente avec une autre alors qu’elle s’apprêtait à la jeter par la fenêtre côté passager d’une camionnette.

🟦 ANNONCE 🟦

Rahman et Colinford Mattis, 32 ans, avocats d’entreprise et membre du Community Board 5 dans l’est de New York, ont été inculpés de la tentative d’attaque samedi soir contre un véhicule de police vide stationné à l’extérieur du 88th Precinct station house à Fort Greene.

Rahman lança la bouteille, qui était remplie d’essence, dans le croiseur. Mais le cocktail Bud Light Molotov n’a pas réussi à s’enflammer, selon des sources policières.

Les flics ont poursuivi et ont arrêté la camionnette de Mattis à proximité sur la rue Willoughby. Ils ont trouvé l’étoffe d’un autre cocktail Molotov sur le siège arrière avec un bidon d’essence, selon les autorités. »

urooj2

Mais Urooj Rahman n’est pas seulement une avocate. C’est une avocate des droits de l’homme.

Et elle ne porte pas seulement un keffieh pour la mode. C’est une militante anti-israélienne. 

Elle a passé un été en stage pour une ONG anti-Israélienne et elle a écrit un article pour le bulletin d’information sur les droits de l’homme de Fordham accusant Israël d ‘«apartheid».

Comme nous l’avons vu d’innombrables fois, l’activisme anti-israélien et le soutien au terrorisme sont souvent cachés sous un vernis de «droits de l’homme». Et ici, nous voyons non seulement le soutien à la terreur, mais la terreur intérieure elle-même par une «avocate des droits de l’homme».

Cette «avocate des droits de l’homme» aime porter un foulard avec le crâne et des os croisés.

Dans une dernière ironie, le nom de famille de Rahman signifie « compatissant » en arabe.

Est-ce que de véritables groupes de défense des droits humains condamneront Rahman? Plus précisément, existe-t-il de véritables groupes de défense des droits de l’homme?

Y a-t-il la moindre trace d’embarras de l’extrême gauche à propos d’une personne carrément dans son camp qui fabrique des bombes incendiaires pour les lancer à New York?



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News