Nous avons vu cela se produire si souvent auparavant.

Samedi soir, le ministère de la Santé dirigé par le Hamas à Gaza a annoncé qu’un enfant palestinien âgé de 14 mois, Saba Mahmoud Hamdan Abu Arar, avait été tué et que sa mère, Falastin Saleh Abu Arar, avait été frappée par des frappes aériennes à leur maison dans la ville de Gaza. Quelques heures plus tard, le ministère a annoncé que Falastin avait succombé à ses blessures.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Sur Twitter, le porte-parole en langue arabe des Forces de défense israéliennes a déclaré que la mère et l’enfant ne semblaient pas avoir été tués lors d’une attaque israélienne.

Adraee a indiqué que les morts avaient peut-être été causées par un attentat raté à la roquette contre Israël, soulignant que bon nombre des missiles tirés sur Israël avaient été lancés depuis des zones peuplées.

« De plus en plus d’indices nous parvenant de la bande de Gaza nous mettent sérieusement en doute sur la véracité de la déclaration du ministère  du Hamas sur la mort du bébé Saba Mahmoud Hamdan Abou Arar et de sa mère Falastin Saleh Abou Arar », a dit le Maj. Avichay Adraee dans un tweet.

« Selon ces indications, la mort aurait été causée par des activités terroristes menées par des militants palestiniens et non par une frappe israélienne », a-t-il déclaré.

Mais l’AFP ajoute , « 250 roquettes tirées de Gaza, la réponse israélienne tue quatre , y compris le bébé. « Une femme enceinte de 14 mois a été tuée par une frappe aérienne israélienne alors que la violence transfrontalière se poursuit près de Gaza », a écrit

The Independent .

ITV : « Un bébé palestinien et une mère enceinte tués dans des frappes aériennes à Gaza »

CNN : « 250 roquettes ont été tirées de Gaza sur Israël; un enfant de 1 an parmi ceux tués lors de frappes aériennes en représailles. »

Les journalistes ont déjà commis cette erreur comme il y a quelques années dans une lettre ouverte aux journalistes sur le fait de ne pas faire de recherches lors des attaques à à Gaza:

Erreur n ° 1: en supposant que toutes les victimes à Gaza résultent des frappes aériennes israéliennes.

Traditionnellement, le nombre de roquettes lancées contre Gaza qui n’atteignent jamais Israël, ou qui explosent sous l’effet de leur tir, dépasse 35%  et atteint  parfois  80%. !

Entre le 12 et le 25 juin  (2014) , des terroristes ont tiré 41 roquettes sur Israël, dont 24 ont explosé à Gaza,  tuant un enfant  et en blessant six autres. C’est un taux d’échec de 58%.

 

Au moins trois civils de Gaza ont été  tués cette année par des roquettes terroristes.

Un homme politique égyptien embrasse un bébé mort tué par le Hamas

Au cours de l’opération Pilier de défense, les médias ont été trompés au moins  deux fois  – et peut–  être trois fois  – avec de fausses informations arabes selon lesquelles des enfants auraient été tués par des frappes aériennes israéliennes après avoir été tués par des roquettes terroristes errantes du Hamas et du Jihad islamique. Même les  écoles ont été touchées  par des roquettes terroristes. 

En outre, plusieurs civils ont été tués par des coups de  feu lors de funérailles  de terroristes.

Lorsque les terroristes tirent des roquettes à la hâte, comme ils le font souvent, les risques de ratés sont encore plus grands. Sans parler des « accidents du travail » (qui ont fait des dizaines de morts cette année [2014]) sont probablement plus susceptibles de se produire dans les ateliers et les laboratoires d’armement à Gaza.

Les porte-parole de Gaza sont également connus pour mentir et blâmer Israël pour les morts causées par des explosions internes.

Pour toutes ces raisons, les journalistes doivent être particulièrement vigilants lorsqu’ils rendent compte de la mort de civils à Gaza.

En règle générale, si les FDI refusent une frappe aérienne dans une région où des personnes ont été tuées, celles-ci ne le sont pas par une frappe aérienne israélienne.

Les normes journalistiques sont ignorées lors des reportages sur les frappes aériennes israéliennes, et les journalistes oublient facilement les nombreuses fois où des roquettes du Hamas et du Jihad islamique ont tué des Gazaouites au fil des ans.

Nous voyons dans les médias arabes des photos des cibles admises par Israël, et ces bâtiments sont rasés. Mais il n y a aucune photo du bâtiment dans lequel se trouvaient cette mère et son bébé. Un journaliste de l’AFP a déclaré qu’il avait été lourdement endommagé, mais que cela signifie ?  Si nous avions des photos, nous pourrions savoir avec plus de certitude. Mais même sans cela, les rapports indiquent que le ministère de la Santé de Gaza ment, car des « témoins » se contredisent:

« L’avion israélien a tiré un missile près de la maison et les éclats d’obus sont entrés dans la maison et ont frappé le pauvre bébé « , a déclaré la tante de Seba.
«Ils étaient assis dans la maison avec leur mère», a déclaré Abu Nidal Abu Arar, un parent vivant à côté.
«Ils ont été choqués par un missile qui les atteignait . Cette occupation est criminelle.

S’il s’agissait d’un éclat d’obus, il doit y avoir un énorme cratère d’impact ou un bâtiment effondré juste à côté. Personne ne prétend cela.

Cela ressemble sûrement à une roquette du Hamas à ce jour.

MISE À JOUR : L’agence de presse Gaza – pas un fan du Hamas ni d’Israël – affirme catégoriquement qu’il s’agissait d’une roquette du Hamas.