Le ministère syrien de l’Intérieur a menacé d’arrêter quiconque dirait quelque chose sur le coronavirus qui ne provient pas directement du gouvernement.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.
Jusqu’à cette semaine, la Syrie a nié avoir un seul cas de Covid-19 dans le pays. En réalité, les rapports indiquent que l’épidémie bat son plein . Apparemment, le gouvernement s’est rendu compte que son refus de tout cas a amené les gens à ne pas prendre la menace au sérieux, alors il a annoncé une seule victime – une femme de 20 ans qui venait d’un autre pays – et avec elle un ensemble de mesures radicales pour mettre en quarantaine les zones du pays, même les commentateurs pro-syriens ont exprimé leur scepticisme face à la position officielle syrienne. Tout le monde sait que de nombreuses personnes traversent toujours la Syrie et l’Iran, où le virus est répandu et également gravement sous-déclaré.

Apparemment, dans le nord-ouest du pays où il y a un million de réfugiés dans les camps, il y a déjà eu de nombreux cas mais pas de kits de test à confirmer. La zone autonome kurde s’est fermée.

Menacer d’arrêter quiconque admet que l’épidémie est déjà hors de contrôle en Syrie est un geste d’honneur / honte classique. Pour les dirigeants syriens, paraître fort et imperméable à un virus est littéralement plus important que la santé et la sécurité de millions de personnes, et l’insistance syrienne selon laquelle il n’a pas besoin d’aide extérieure en tuera des dizaines de milliers – le tout pour maintenir un sentiment d ‘«honneur» que personne ne croit.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News