L’histoire que vous allez adorer, avant Lag B’Omer :

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

«J’aimerais que vous publiiez mon histoire en préparation de Lag B’Omer», ouvre Roni avec ses remarques publiées dans «Tiv HaKehila». Quand j’en ai parlé à ma femme de partir pour Lag Baomer à Meron, elle a exprimé sa déception. « Elle prévoyait que je reste à la maison la nuit de Lag B’Omer, pour que nous puissions aller avec nos jeunes enfants au feu de camp dans notre quartier, et que nous mangerions ensemble »,, ajoutant qu’elle ne s’opposait pas qu’il aille à Meron, prier, étudier pour nous et le Klal Israël mais de le faire apres notre sortie en famille.

«Mais j’avais déjà acheté le billet pour le bus pour la soirée de Lag B’Omer dans l’après-midi», poursuit Roni, «et à une heure aussi tardive, il n’y a aucune chance d’obtenir des autres billets, puisque tout a déjà été vendu à l’avance.  »

«Je me suis souvenu de l’histoire de l’un des plus grands de la génération sur la Hiloula du Rashbi qui a écrit plusieurs essais dans la Torah du Secret. Dans l’une de ses leçons, le sujet de l’alyah à Meron a été abordé, et le rabbin a dit aux auditeurs qu’en tant que jeune couple béni avec de jeunes enfants, sa femme voulait aller au Rashbi pour prier, et il voulait aussi beaucoup, mais il a abandonné et il est resté avec les petits enfants à la maison, et a envoyé sa femme à Meron pour prier.

🟦 ANNONCE 🟦

Dans la maison, j’ai allumé une bougie en l’honneur du Rashbi et je me suis assis pour étudier le Zohar Hakadosh entre les soins d’un enfant et un autre  », a déclaré Roni.

«C’est l’histoire dont je me souviens», dit Roni. «Maintenant, j’ai fait un calcul simple et facile: si cet homme juste a abandonné quelques années le fait de monter à Meron la nuit de Lag Baomer alors moi, qui viens d’acheter juste un billet, je n’abandonnerai pas ?!

«J’ai abandonné», note-t-il simplement, «et il y avait une grande joie cette année-là pour toute la famille, et moi aussi j’ai eu une illumination particulière. À la fin de la danse et du repas avec ma femme et nos enfants, il était déjà tard dans la nuit.» Bien que je n’approche pas du niveau du Rasbi, j’ai essayé. Bien que je sente un pincement au cœur, j’ai continué à étudier le Zohar malgré l’heure tardive.  »

«Je suis allé dans la cuisine pour me préparer une boisson chaude, et mon téléphone portable a sonné encore et encore. J’ai répondu à l’appel et ce fut un ami à qui nous n’avions pas parlé depuis des mois. Il m’a demandé : ‘Veux tu me rejoindre pour un voyage à Meron pour aller à a la Hiloula du Rashbi? Je veux voyager dans ma voiture, mais je préfère voyager avec un ami qui a un permis car si je suis fatigué, il me remplace dans la conduite ‘…

«J’étais heureux par cet appel. Je voulais tellement voyager et je n’avais aucun moyen de partir , et voici un appel téléphonique d’un ami, me demandant de le rejoindre dans un véhicule neuf et confortable. Nous avons conduit, prié , et sommes rentrés sain et sauf », conclut Roni dans son histoire personnelle.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News