The Guardian a publié un long extrait de This Land Is Our Land, un nouveau livre de l’auteur Suketu Mehta. Il s’agit essentiellement d’une critique de la peur de la «civilisation des Blancs et des Noirs» de la civilisation blanche. Mehta fait l’éloge de Trudeau, Macron et Merkel, mais attaque Obama, Clinton, Trump, Orban, la Pologne, l’Autriche et… Israël. 

Sur Israël, Mehta écrit:

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

«Les Juifs fuyant l’Europe occupée par les nazis étaient le signe avant-coureur des migrants mondiaux d’aujourd’hui. Bon nombre des alliances actuelles protégeant les réfugiés ont vu le jour en réponse à leur situation difficile. Il est donc particulièrement pénible d’entendre que l’armée israélienne a été la première armée à tirer sur des personnes qui traversent la frontière à la recherche d’un asile. En 2015, des soldats israéliens ont tiré sur des migrants africains qui franchissaient la frontière égyptienne, en blessant un certain nombre. En décembre 2017, la Knesset a adopté une loi en vertu de laquelle les 40 000 demandeurs d’asile en Israël «auront la possibilité d’être emprisonnés ou de quitter le pays». »

Mehta fait référence à un incident survenu en août 2015 lorsque les FDI ont lancé des avertissements dans les airs lorsqu’un groupe de migrants soudanais tentait de passer d’Égypte en Israël. L’un des migrants potentiels (qui n’a pas fini de traverser en Israël) avait une arme à feu qu’il tirait sur l’armée égyptienne. Lorsque les autres migrants n’ont toujours pas renoncé à entrer en Israël, trois ont reçu une balle dans la jambe, ont survécu et ont été immédiatement conduits à l’hôpital. Les FDI ont admis que les tirs étaient injustifiés et que l’incident faisait actuellement l’objet d’une enquête par l’avocat général de l’armée israélienne. 

Une recherche rapide révèle qu’en 2010, l’ONU a condamné l’Egypte pour avoir tué 60 migrants à la même frontière depuis 2007…