En d’autres termes, oubliez tout du libre échange d’idées: l’ONU estime que ses «valeurs» sont menacées et que ceux qui les critiquent doivent donc être censurés.

Naturellement, l’ONU assure à chacun que « S’attaquer aux discours de haine ne signifie pas limiter ou interdire la liberté d’expression, cela signifie que le discours de haine ne doit pas devenir plus dangereux, notamment l’incitation à la discrimination, à l’hostilité et à la violence, interdites par le droit international ». .

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Sauf que l’ONU cherche très certainement à interdire la liberté d’expression, en particulier celle qui défie les agendas de l’ONU. Cela était évident en ce qui concerne le Pacte mondial sur les migrations des Nations Unies, dans lequel il était explicitement déclaré que le financement public des « médias qui promeuvent systématiquement l’intolérance, la xénophobie, le racisme et d’autres formes de discrimination à l’égard des migrants » devrait être supprimé.

Contrairement au pacte mondial pour la migration des Nations unies, le plan d’action des Nations unies contre le discours de haine contient une définition de ce que l’ONU considère comme une « haine » et se trouve être la définition la plus large et la plus vague possible: « Tout type de communication dans le discours , écrit ou un comportement, qui attaque ou utilise un langage péjoratif ou discriminatoire en référence à une personne ou un groupe sur la base de qui ils sont, en d’autres termes, sur la base de leur religion, ethnie, nationalité, race, couleur, origine, sexe ou autre facteur d’identité « . Avec une définition aussi large que celle-ci, tout discours pourrait être qualifié de « haine ».

Le nouveau plan d’action entre directement dans les tentatives de l’OCI, qui durent depuis des décennies, d’interdire la critique de l’islam en tant que «discours de haine». À la suite du lancement du plan d’action de Guterres, le Pakistan a déjà présenté un plan en six points « pour s’attaquer aux nouvelles manifestations du racisme et de la haine fondée sur la foi, en particulier l’islamophobie » au siège des Nations Unies. La présentation a été organisée par le Pakistan avec la Turquie, le Saint-Siège et l’ONU.