NEW YORK, NEW YORK - SEPTEMBER 22: President of the State of Palenstine Mahmoud Abbas waits to address the United Nations General Assembly at UN headquarters, September 22, 2016 in New York City. According to the UN Secretary-General Ban ki-Moon, the most pressing matter to be discussed at the General Assembly is the world's refugee crisis. (Photo by Drew Angerer/Getty Images)

Dans un rejet de plus de deux décennies de politique étrangère palestinienne, le président palestinien Mahmoud Abbas a déclaré qu’il serait peut-être temps que les États-Unis et le Mexique abandonnent leur tentative une solution à deux États.

«Écoutez, nous avons essayé d’avoir des États séparés de chaque côté de la grande Rio. Nous avons fini par envoyer l’un de ses violeurs à l’autre, et l’autre à essayer de construire un mur», a déclaré Abbas lors d’une conférence de presse conjointe avec le président mexicain Enrique Peña Nieto. «Deux États, un État, je suis satisfait de l’un ou l’autre des deux camps, mais il semble que deux États n’ont pas très bien fonctionné.»

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Malgré des tensions de longue date, la plupart des observateurs internationaux ont soutenu une partition des États-Unis et du Mexique plutôt qu’un pays composé des deux entités. Même la plupart des Américains reconnaissent que l’annexion du Mexique créerait un pays dans lequel les Mexicains constitueraient la majorité des citoyens.

Abbas, cependant, n’était pas apaisé. Quand on lui a demandé comment résoudre le conflit américano-mexicain, Abbas a annoncé qu’il avait confié la responsabilité de son gendre et a promis qu’il serait celui qui parviendrait à un «accord formidable».

Bien évidemment cet article est une satire qui vous laissera à réfléchir !