Les experts israéliens exhortent les gens du monde entier, de tous âges, à partir de bébés de six mois, à se faire vacciner contre la grippe alors que les températures chutent dans l’hémisphère nord (dans l’hémisphère sud, ils devraient déjà les avoir reçus).

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Le nombre de cas de grippe – qui ont le potentiel de se transformer en complications graves et même mortelles – était très faible l’année dernière en raison du port du masque et de la distanciation sociale requis par la pandémie de COVID-19. Et comme les chiffres étaient bas, le nombre de personnes qui se sont fait vacciner contre la grippe était faible.

Désormais, alors que le port de masques de protection et le maintien à distance ont diminué, le danger de grippe est potentiellement élevé, selon les virologues et épidémiologistes. N’avoir pas été vacciné l’année dernière – même si le virus de la grippe change d’année en année et nécessite un vaccin annuel – signifie que les gens seront moins protégés, a déclaré le professeur Zvi Fridlender, expert pulmonaire et chef d’un département de médecine interne à l’université Hadassah Medical à Jérusalem.

De plus, un grand nombre de personnes souffrant de complications graves de la grippe (et des centaines de patients âgés et malades chroniques de tous âges = meurent de telles complications rien qu’en Israël en une seule année), les hôpitaux seront débordés car ils doivent encore faire face à patients COVID pour la plupart non vaccinés, a-t-il poursuivi. Dans l’état actuel des choses, le personnel médical du monde entier est épuisé par la pandémie en cours, et la main-d’œuvre et l’équipement médical sont limités.

🟦 ANNONCE 🟦

Et comme les premiers symptômes du COVID ressemblent souvent aux symptômes de la grippe, avoir la grippe causera beaucoup de confusion.

Bien que les vaccins COVID-19 n’interfèrent pas avec le vaccin contre la grippe, et vice versa, il vaut la peine d’attendre quelques semaines entre eux afin de ne pas confondre les effets secondaires mineurs qui pourraient survenir à chaque coup, ont déclaré les experts.

Les patients cancéreux sont particulièrement exposés à la grippe, indique l’Association israélienne du cancer (ICA), qui vient d’appeler les patients oncologiques à se faire vacciner contre la grippe. Étant donné que cette infection virale est particulièrement dangereuse chez les patients cancéreux et qu’elle est associée à des taux d’hospitalisation et de mortalité élevés, il est donc nécessaire de prévenir ou de réduire autant que possible le fardeau de la maladie.

Le professeur Ido Wolf, directeur du département d’oncologie du centre médical Sourasky de Tel Aviv et président du Conseil national pour la prévention, le diagnostic et le traitement des maladies malignes, a déclaré qu’en Israël, le vaccin contre la grippe est administré à tous les services de santé publique. organisation à laquelle chaque Israélien est automatiquement membre.

Le président de l’ICA et oncologue, le professeur Avraham Kuten, souligne que malgré le travail intense sur le virus Corona et les vaccins contre le virus, il ne faut pas oublier que la grippe est également présente. « La grippe est une maladie virale caractérisée par des épidémies saisonnières à grande échelle. Les patients cancéreux, en particulier ceux qui sont en cours de chimiothérapie, ont une tendance accrue à développer des complications en raison de la maladie. »

L’ICA appelle les membres de la famille des patients atteints de cancer à se faire vacciner afin de réduire le risque d’infecter le patient en oncologie avec la grippe. Il est conseillé de se faire vacciner le plus tôt possible car environ deux semaines s’écoulent entre le moment où le vaccin est administré jusqu’à ce qu’un niveau suffisant d’anticorps soit créé.

Selon les recommandations de l’association, il est préférable, mais pas indispensable, de se faire vacciner avant de débuter la chimiothérapie ou à un stade où les numérations globulaires sont relativement élevées. Il n’y a aucune contre-indication à recevoir le vaccin à tous les stades de la formation ou du traitement biologique. Dans tous les cas, il est conseillé de consulter l’oncologue traitant.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News