Le Soudan a révoqué la citoyenneté de l’ancien dirigeant du Hamas Khaled Mashaal et de 3 000 autres ressortissants étrangers, ont rapporté mercredi des sources médiatiques arabes.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Cette décision intervient après que les États-Unis ont officiellement retiré le Soudan de la liste noire des États sponsors du terrorisme lundi , moins de deux mois après que le pays africain aurait accepté de normaliser ses relations avec Israël.

Les autorités de transition du Soudan, au pouvoir depuis mi-2019 à la suite d’une révolution qui a chassé le dictateur Omar el-Béchir du pouvoir pendant longtemps, ont salué cette décision qui devrait mettre fin à près de trois décennies d’isolement et susciter l’espoir de meilleures conditions. économique.

Le 23 octobre, le président des États-Unis, Donald Trump, a annoncé sa décision de retirer le Soudan de la liste des États soutenant le terrorisme après que Khartoum aurait accepté de normaliser ses relations avec Israël.

🟦 ANNONCE 🟦

Les États-Unis ont imposé les sanctions en 1993 après avoir accusé Omar el-Béchir d’entretenir des relations avec des «organisations terroristes», en particulier le réseau Al-Qaïda, dont le chef Oussama Ben Laden a cherché refuge.

Mashaal, 64 ans, a démissionné de son poste de chef du Hamas en 2017 et a vécu en exil pendant plus de trois décennies dans de nombreux États arabes, dont la Jordanie et la Syrie, de peur d’être assassiné par Israël.

Fin 2019, il a été signalé qu’il envisageait un retour politique. La proposition aurait le soutien du Qatar, où il réside, et de la Turquie, qui offre aux hauts responsables du Hamas un refuge sûr à Istanbul.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News