Alors qu’Israël lutte pour faire face à une nouvelle épidémie de coronavirus, certains experts désignent le mont du Temple à Jérusalem comme un super-épandeur particulièrement difficile à gérer.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

DES VERROUILLAGES PARTOUT SAUF LA MOSQUÉE AQSA
Le mont du Temple a été fermé pendant plusieurs semaines en mars dans le cadre d’un verrouillage national. En septembre, Israël est entré dans son deuxième verrouillage national et le Waqf a initialement annoncé qu’il fermerait l’enceinte. La vieille ville de Jérusalem a été déclarée zone rouge COVID. Mais alors que la nation s’est fermée, le Waqf a maintenu le Mont du Temple ouvert à la prière musulmane en violation directe des règlements du ministère de la Santé. Les autorités israéliennes se sont abstenues d’imposer des restrictions sur le site.

Le Waqf a appelé les musulmans à venir en masse sur le site afin d’empêcher les visiteurs juifs de s’y rendre, en particulier le vendredi. Il y a deux vendredis, environ 18 000 Arabes se sont rassemblés sur le Mont du Temple en violation flagrante des restrictions sanitaires. Il n’y avait même pas une prétention de distanciation sociale et beaucoup de gens ne portaient pas de masques. Lors d’une réunion à huis clos discutant de l’événement, le professeur Nachman Ash, qui dirige le programme anti-pandémie Magen Israël, a répondu simplement en disant: « Il n’y a pas de solution. »

LE «MONT CORONA»
Les taux de virus montent en flèche parmi les Arabes et, par conséquent, parmi les Juifs qui vivent et travaillent avec eux. Nadav Shragai, un journaliste israélien réputé, a publié un article dans Israel Hayom , surnommé le site le plus sacré du judaïsme, «le mont Corona», qualifiant le non-respect des réglementations sanitaires sur le mont du Temple de « le secret le plus mal gardé du pays».

🟦 ANNONCE 🟦

«Quelque 18 000 personnes se pressent dans l’enceinte chaque vendredi, beaucoup sans masque», a écrit Shragai. «Ils s’infectent mutuellement à un rythme vertigineux. Ensuite, ils retournent dans leurs quartiers de Jérusalem-Est ou dans les communautés arabes d’Israël, où ils infectent beaucoup plus. À Jérusalem-Est, 14% des tests COVID reviennent positifs. À Issawiya, c’est 17,5%. À Kafr Aqab, 23% et dans le camp de réfugiés de Shuefat – 50% des 23 quartiers rouges de Jérusalem qui abritent 320 000 personnes – sont arabes.

«Le Mont du Temple est devenu un foyer d’infection COVID à un niveau difficile à saisir. Lorsque nous ajoutons les conditions de logement surpeuplées dans les quartiers arabes de Jérusalem, où les gens continuent de se rassembler et où les forces de l’ordre sont pratiquement inexistantes, nous obtenons une chaîne d’infection qui tue les Juifs et les Arabes.

Shragai a affirmé que le gouvernement israélien refuse d’appliquer les restrictions sanitaires en raison de la «volatilité bien connue» des Arabes sur le site. Cette attitude de tourner l’autre joue s’étend à d’autres aspects du Mont du Temple. Shragai accuse le gouvernement israélien d’ignorer la destruction arabe des antiquités sous couvert de construction. Shragai cite également l’incitation et la violence arabe qui émanent du mont du Temple.

Ses solutions sont simples et directes, ne s’arrêtant pas à une fermeture pure et simple: amendes et restriction d’accès aux personnes problématiques. Mais son principal conseil s’adresse au peuple israélien et à notre gouvernement, nous appelant à «cesser de rester les bras croisés».



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News