Le ministère de la Santé de Gaza a publié dimanche une déclaration affirmant qu’Israël « vise les femmes enceintes et les embryons dans leur ventre … Ce qui reflète l’étendue de la criminalité et de l’hostilité à l’égard du sens de la vie et nécessite des positions claires et fermes de la part des institutions de l’ONU soucieuses de la protection des droits de l’homme et les femmes enceintes.  »

Selon le ministère, 25 personnes ont été tuées à Gaza – et cela inclut deux enfants à naître dans leur décompte. Trois d’entre eux ont été confirmés comme ayant été tués par des roquettes à Gaza, et non par Israël. De plus, d’autres civils ont également été tués par le Hamas ou le Jihad islamique, des informations indiquant que 90 roquettes auraient été manquées à Gaza .

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

L’idée qu’Israël cible les femmes enceintes est évidemment absurde. S’il s’agissait de tirer aveuglément sur Gaza, le pourcentage de civils tués refléterait les données démographiques de Gaza plutôt que d’être fortement pondéré par des hommes âgés de 19 à 39 ans:

Si Israël voulait cibler des civils, il y aurait des milliers de morts à cause des frappes aériennes, plutôt que de frapper les bâtiments vides après que Tsahal ait averti les habitants de sortir.

Le ministère de la Santé à Gaza est, bien entendu, une branche du groupe terroriste du Hamas. Pourtant, les médias le citent comme s’il s’agissait d’une source exacte.

Haaretz, dans un autre exemple de faute professionnelle journalistique, a également déclaré que le ministère de la Santé de Gaza était exact .

Les journalistes sont coupables d’avoir pris au sérieux la propagande du Hamas par l’intermédiaire du « ministère de la Santé » pendant des années.