Le Canada a récemment voté contre Israël aux Nations Unies pour la première fois en près de 15 ans.

Cela s’est produit lors de la résolution de l’ONU relative à 20 mesures anti-Israël non contraignantes qui sont adoptées chaque année, y compris en réaffirmant le droit des Palestiniens à l’autodétermination. Les coauteurs de cette année étaient la Corée du Nord, le Zimbabwe et l’Organisation de libération de la Palestine.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Beaucoup de gens étaient furieux de la décision du Canada. Nimrod Barkan, ambassadeur d’Israël au Canada, a exprimé ses «regrets» et a noté que la résolution «n’est pas une résolution de fond, mais une tentative de délégitimer Israël et fait partie de l’ensemble du paquet qui devrait être rejeté d’emblée.»

Nikki Haley, l’ancien ambassadeur des États-Unis aux Nations Unies, est allé encore plus loin et a déclaré que le Canada « avait surpris les amis d’Israël en votant pour une résolution nord-coréenne qui remet en question la légitimité d’Israël ». Haley, probablement candidat à la présidentielle américaine en 2024, a appelé c’est un «accord avec le diable».

En effet, ce fut bien sûr un renversement renversant dans le Grand Nord blanc.

Le Canada et Israël entretiennent de bonnes relations diplomatiques depuis que ce dernier est devenu un pays en 1948 et membre des Nations Unies l’année suivante. Il y a eu des périodes de rapprochement, par exemple, sous l’ancien premier ministre conservateur Brian Mulroney, et des moments de distance sous l’ancien premier ministre libéral Jean Chrétien. Malgré tous ces hauts et ces bas, les deux pays sont restés des alliés politiques et des partenaires commerciaux.

Lorsque Stephen Harper, un conservateur, est devenu Premier ministre en 2006, il a établi un lien beaucoup plus étroit avec Israël.

Certains analystes politiques ont suggéré que cela était dû à la foi de Harper (il est membre de la dénomination évangélique protestante Christian and Missionary Alliance) ou au philosémitisme de son défunt père Joseph.

Connaissant Harper depuis de nombreuses années et bien avant de travailler pour lui, je peux attester que c’est beaucoup plus simple que cela.

Comme je l’ai écrit pour National Review Online le 6 février 2014, «Harper soutient fermement les sociétés libérales démocratiques. Il croit en de plus grands droits et libertés individuels. Il promeut le droit d’une nation à défendre ses propres frontières. Il valorise le discours intellectuel et la liberté d’expression. Il a une grande passion pour l’histoire. Il condamne la haine et la persécution religieuse des adeptes de toute confession. Il est fermement déterminé à éliminer le terrorisme de la surface de la Terre. En bref, les croyances personnelles de Harper sont remarquablement similaires aux croyances d’Israël. Par conséquent, la position de Harper sur Israël est basée sur des principes. »

Cela n’explique pas pourquoi le gouvernement du Canada a voté contre Israel :

La Canada a soutenu Israel :

– Coupe immédiate du financement de la Palestine après la victoire du Hamas aux élections législatives de 2006.
– Soutien de l’invasion israélienne du Liban comme une «réponse mesurée» contre le Hezbollah.
– Refus d’assister à la conférence anti-racisme de Durban II en 2008.
– Le Canada est un des neuf pays à s’opposer au passage de l’Autorité palestinienne comme «entité» à «État non membre» aux Nations Unies en 2012.
– Le Canada a soutenu la guerre d’Israël à Gaza en 2014 et s’est opposé au Hamas.

Et c’est pourquoi Harper s’est constamment opposé aux résolutions anti-israéliennes de l’ONU. Non pas à cause de la solution à deux États, que le Canada approuve, mais parce que l’ONU a critiqué le mur frontalier d’Israël et n’a condamné ni le Hamas ni les diverses attaques palestiniennes (roquettes, intifadas, terrorisme) contre des citoyens et des villes israéliennes.

Israël a grandement apprécié le solide soutien du Canada au cours de cette période. Le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, a qualifié Harper de «grand ami d’Israël et du peuple juif» et l’a invité à devenir le premier PM canadien à s’adresser à la Knesset. Harper a ensuite reçu un doctorat honorifique de l’Université de Tel Aviv. Le mois dernier, il a assisté à l’ouverture du centre d’accueil et d’éducation Stephen J. Harper Hula Valley Bird Sanctuary, un bâtiment de 32 300 pieds carrés dont la construction a coûté 37,3 millions de dollars.

Pourtant, beaucoup de gens pensaient que les choses ne changeraient pas radicalement lorsque Harper a été défait aux élections fédérales de 2015 par Justin Trudeau et les libéraux. Alors que les relations du Premier ministre de gauche avec Netanyahu et Israël n’ont pas été aussi proches, le bilan de son gouvernement à l’ONU a été assez respectable. Trudeau, tout comme Harper, avait toujours rejeté les résolutions controversées anti-Israël.

Alors, pourquoi tout a changé ?

Plusieurs raisons pourraient expliquer la nouvelle stratégie de Trudeau. Le Canada a dépensé de l’argent et du capital politique pour obtenir un siège au Conseil de sécurité des Nations Unies, par exemple. Un obstacle majeur à cet objectif était le soutien canadien à Israël, y compris le rejet ou l’abstention des résolutions de l’ONU qui critiquent l’État juif.

Pendant ce temps, le gouvernement libéral essaie peut-être de prendre ses distances avec le fort soutien de Donald Trump au mur frontalier israélien et à Israël en général. En 2017, le Canada s’est abstenu sur une résolution de l’ONU qui condamnait la décision de la Maison Blanche de Trump de déplacer l’ambassade des États-Unis de Tel Aviv à Jérusalem. Cela a peut-être aliéné les membres de l’ONU, y compris ceux qui pourraient être décisifs lors du prochain vote pour un siège au Conseil de sécurité en 2021-2022.

Si les libéraux de Trudeau soutiennent froidement Israël pour des raisons purement égoïstes, c’est honteux. S’ils essaient d’éradiquer la forte amitié que les conservateurs de Harper ont bâtie avec Israël en une dizaine d’années, c’est embarrassant. S’ils le font parce qu’ils n’aiment pas la décision de Trump de reconstruire les relations américano-israéliennes après les années Obama, c’est ridicule.

Ou peut-être que l’analyse de Nikki Haley est juste, et le diable se moque en effet de l’accord qu’il a conclu avec le Canada de Justin Trudeau ?

Comment ajouter notre site sur l’écran d’accueil de votre téléphone ?
C'est très simple !
– Pour Android :
Rendez vous sur notre site : https://cqvc.online/
Tapez sur le menu du navigateur, en haut, à droite de votre écran (3 points sur Google chrome)
Tapez sur « Ajouter à l’écran d’accueil »
– Pour Iphone :
Rendez vous sur notre site : https://cqvc.online/
Cliquez le bouton « Partager » (carré en bas de l’écran, d’où sort une flèche)
Tapez sur « Sur l’écran d’accueil »
Tapez sur « Ajouter »

Pour le partage des articles sur votre site, contactez nous par avance (seul le lien URL est autorisé): [email protected]

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur les images mais aussi les sources. Si vous avez identifié une photo ou une source sur laquelle vous possédez des droits d'exclusivités, vous pouvez nous contacter et nous ferons le nécessaire pour modifier ou supprimer : [email protected]

Abonnez vous à notre Newsletter à Infos-Israel.News

IMPORTANT :

Nous subissons actuellement une censure abusive de notre Page Facebook . Par sécurité nous avons mis en ligne une autre Page de secours, veuillez la liker et la faire connaitre à vos amis et proches au cas ou l'actuelle sera fermée.

infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !