Un événement médiatique a marqué le lancement d’un projet de construction à Jérusalem qui réunira l’Autorité palestinienne, l’Église orthodoxe grecque et le Qatar.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Lundi, un événement s’est tenu à l’hôtel St. George à Jérusalem pour annoncer le lancement d’un projet de développement de logements qui est destiné à l’usage exclusif des Arabes. Le projet comprend 400 appartements résidentiels et un centre commercial. Nommé Lana (« le nôtre » en arabe), le quartier sera construit en partenariat par Massar International, une société basée à Ramallah appartenant à la famille palestinienne Al-Masri, en partenariat avec le Patriarcat grec orthodoxe de Jérusalem.

Les orateurs à la conférence de presse étaient le patriarche Theophilos III, le patriarche de Jérusalem, le cheikh Muhammad Hussein, le grand mufti de Jérusalem, l’honorable cheikh Azzam Khateeb, chef du Waqf islamique, Evangelos Vlioras, le consul général de Grèce à Jérusalem, Hanna Ameireh et Issa Qassiessieh, représentants du Comité présidentiel pour les affaires des Églises.

Le Patriarche a évoqué la coexistence historique entre les communautés chrétienne et musulmane de Jérusalem. Le mufti de Jérusalem a remercié Dieu de « faire de nous les gardiens des saintetés chrétiennes et islamiques », ajoutant que les musulmans « ont une vie et des aspirations à Jérusalem ». Le mufti a conclu son discours par une bénédiction bi-religieuse :

🟦 ANNONCE 🟦

« Bénis soient ces efforts, et nous en demandons davantage à Dieu afin que nous atteignions nos droits politiques, religieux et sociaux vers une vie sûre comme c’était au temps de Jésus, que la paix soit sur lui, et les jours du voyage du Prophète Muhammad, que Dieu le bénisse et lui accorde la paix, de La Mecque à Jérusalem, et aux jours de l’alliance d’Omari qui est considérée comme la base de la vie commune entre musulmans et chrétiens sur cette terre.

Bashar al-Masri, président de Massar International, a déclaré lors de l’événement de lancement que, comme le projet précédent de l’entreprise, Rawabi, la nouvelle ville de Lana serait construite pour les Palestiniens de statut socio-économique élevé, ajoutant que le coût estimé du projet s’élevait à un milliard shekels et ouvrira la voie à de futurs projets.

Construit dans le cadre du quartier arabe de Beit Hanina, Lana est présenté comme « fournissant des résidences et des commerces de détail intégrés dans une atmosphère de confort, de luxe et d’élégance ». Le site de Lana a comparé le nouveau quartier à Rawabi, la première ville planifiée construite pour et par des Palestiniens construite à 20 km au nord de Jérusalem. Rawabi a également été construit par Massar Intl. La construction de Rawabi a débuté en 2010 et compte 6 000 logements destinés à abriter une population comprise entre 25 000 et 40 000 personnes.

En 2014, 650 appartements familiaux abritant environ 3 000 personnes avaient été achevés et vendus, mais ne pouvaient pas être occupés alors que les négociations sur l’approvisionnement en eau de la ville étaient au point mort. La ville resta sans eau ; le retard a été attribué au Comité mixte israélo-palestinien de l’eau, les Israéliens blâmant les Palestiniens pour le retard et les Palestiniens blâmant les Israéliens. Les résidents ont commencé à emménager dans les appartements en 2015. En 2017, seulement 3 000 personnes vivaient dans la ville. Il n’y a aucun rapport que la population de Rawabi a augmenté, indiquant que la ville est à

Les deux projets ont également été construits avec les mêmes sources de financement ; l’Autorité palestinienne et l’Autorité qatarie d’investissement.

L’Administration de l’infrastructure de planification de Jérusalem a approuvé le projet en 2019, dont la première étape est de 92 logements. Le 2 septembre, un autre permis de construire a été accordé pour permettre aux Palestiniens de commencer immédiatement à innover. Dans les étapes ultérieures, selon les plans de construction, 400 maisons seront construites sur le territoire municipal de Jérusalem.

« Toute construction arabe entre Ramallah et Jérusalem nuira à l’unité de la ville », a déclaré Maor Tzemach, président de Lech Jérusalem. Ce n’est qu’ainsi que nous mettrons fin au rêve palestinien du « grand al-Qods ».

Le membre du conseil municipal de Jérusalem, Yonatan Yosef, a déclaré : « En tant que membre du comité de planification et de construction, je suis choqué que des personnes qui se définissent comme sionistes travaillent contre la Sion de la ville sainte. Je ferai de mon mieux pour contrecarrer le plan dangereux pour l’avenir de la majorité juive à Jérusalem.

Le chef du Parti sioniste religieux, Bezalel Smotrich, a fustigé la décision d’autoriser la construction, tweetant : « Voilà à quoi ressemble la division de Jérusalem. Bennett est en train de diviser Jérusalem.

Un autre membre du parti, Ofir Sofer, a critiqué la décision en déclarant : « C’est la voix de Bennett, et [le ministre des Affaires étrangères Yair] Lapid et [le ministre de la Santé Nitzan] Horowitz. Le dangereux processus diplomatique est là.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News