L’Allemagne appliquera deux décrets pour faciliter la tâche des personnes, principalement des Juifs, qui ont fui le régime nazi à cause de la persécution, ainsi que de leurs descendants à la restauration de leur citoyenneté, a annoncé le ministère de l’Intérieur. 

Cette décision fait suite à une campagne menée par des descendants de réfugiés d’Allemagne nazie qui s’inquiètent du rejet de leurs demandes de citoyenneté en dépit des garanties constitutionnelles. 

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Le référendum britannique sur le Brexit de 2016 a provoqué une vague de demandes des descendants des personnes qui y avaient fui entre 1933 et 1945. 

« L’Allemagne doit assumer ses responsabilités historiques », a déclaré le ministre de l’Intérieur, Horst Seehofer, dans un communiqué, ajoutant qu’il souhaitait aider les personnes les parents ou les grands-parents qui ont dû fuir.

« Avec les diplômes légaux qui entreront en vigueur demain, nous allons créer une décision rapide qui soit immédiatement valable pour que ces personnes obtiennent la nationalité allemande », a-t-il ajouté. 

L’article 116 (2) de la loi fondamentale allemande stipule que les anciens citoyens allemands qui, entre 1933 et 1945, ont été privés de leur citoyenneté pour des motifs politiques, raciaux ou religieux, ainsi que leurs descendants peuvent obtenir le rétablissement de leur citoyenneté. 

Cependant, le « groupe des exclusions au titre de l’article 116 » représente plus de 100 personnes, principalement d’origine juive, à qui une demande a été rejetée ou qui se sont fait dire qu’elles n’étaient pas éligibles.