Le Premier ministre Naftali Bennett adore parler anglais à la fin des conférences de presse pour montrer son éducation américaine. Mais quand il s’agit de faire des choses pratiques par son administration pour soutenir la communauté olim en Israël, il est jusqu’à présent en deçà.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

La population immigrée a plus souffert que la plupart des Israéliens pendant la crise du coronavirus car beaucoup d’entre eux sont seuls dans l’État juif. Leurs familles vivent dans d’autres pays et ne peuvent pas entrer en Israël, et les Israéliens ne peuvent pas facilement voyager à l’étranger.

Ils gèrent le travail et les familles souvent sans réseau et le gouvernement offre peu de réponses ou de soutien. Mais depuis la transition de l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu à Bennett, il y a eu trois domaines dans lesquels la négligence du président sortant envers la communauté étrangère est la plus évidente :

Manque de matériel de marketing COVID en langue étrangère, un système impossible pour permettre même à des parents au premier degré d’entrer en Israël et aucun porte-parole anglophone ou francophone pour se connecter avec la majorité de la presse non israélienne.

🟦 ANNONCE 🟦

1 – Traductions
Les règles et restrictions COVID-19 sont en constante évolution et pourtant essentielles à la vie quotidienne des Israéliens. Prenons par exemple la différence entre le Happy Badge et le Green Pass .
Les lieux et événements Happy Badge exigent que les enfants de moins de 12 ans subissent un dépistage du virus et présentent un résultat négatif avant d’entrer, contrairement aux événements Green Pass. Cette compréhension de base pourrait faire la différence entre assister au mariage d’un ami proche en famille ou non.

Alors que les médias, comme le Jerusalem Post, ou nous même sur Alyaexpress-News ou Infos Israel News et même CQVC, essaient de traduire les instructions pour ses lecteurs, le ministère de la Santé sous sa direction actuelle tarde à le faire, voire pas du tout.
Lors des vagues précédentes, dans les 24 heures, sinon avant, les restrictions du ministère de la Santé seraient régulièrement publiées en hébreu, anglais, arabe, russe et amharique pour la mosaïque de citoyens du pays. Les autres n’auront qu’à se débrouiller encore et encore …

2 – Ouvrir le ciel, ce n’est pas que des vacances
Depuis le début de la crise des coronavirus, Israël a lutté pour empêcher l’infection d’entrer par l’aéroport Ben Gourion.
S’il est vrai que, selon le rapport de l’OCDE 2020 sur les tendances et les politiques touristiques, l’industrie du tourisme ne représente qu’environ 2,8% de la VAB d’Israël et 3,6% de son emploi total, voir leurs familles n’a pas de prix pour les immigrés.
Une procédure permettant aux parents au premier degré d’Israéliens d’obtenir des autorisations spéciales pour entrer dans le pays n’a été mise en place qu’environ un an après la fermeture des frontières israéliennes aux étrangers au printemps 2020.

Sauf qu’aucun site officiel du gouvernement n’offrait toutes les informations sur le processus de demande ou le délai, laissant chaque consulat israélien et branche de l’Autorité de la population, les deux organes chargés de traiter la demande, de prendre leurs propres décisions de la manière la plus fiable et arbitraire.

De plus, les parents qui ne sont pas au premier degré, y compris les grands-parents, les oncles et les cousins, ne sont pas éligibles pour une autorisation, même pour les événements uniques du cycle de vie de leurs proches.

Ceux dont les familles vivent dans un pays rouge, où les Israéliens ne sont pas autorisés à voyager à moins d’obtenir l’autorisation du Comité gouvernemental d’exception, vivent encore pire. Pour eux, Israël n’autorise même pas les parents au premier degré à venir pour quelque raison que ce soit, à l’exception des parents d’un époux ou d’une épouse. De plus, il est interdit à ces Israéliens de rendre visite à leurs familles à l’étranger.

Cela s’est traduit, et continue de se traduire, par des milliers de mariages et d’enterrements manqués. Beaucoup n’ont pas pu rendre visite à leurs parents âgés ou être là à leur chevet lorsqu’ils sont décédés. D’autres n’ont pas assisté à la naissance de leurs premiers petits-enfants.

La semaine dernière, lors d’un discours à la Knesset, la chef des services de santé publique, le Dr Sharon Alroy-Preis, a souligné le fait que le plus grand nombre de demandes de voyage dans un pays rouge ou interdit concernait la Russie, 14 500 demandes au cours des trois derniers mois.

Environ 900 000 Israéliens russophones vivent dans le pays, dont beaucoup ont des familles vivant dans l’ex-Union soviétique.
Personne au gouvernement ne semble considérer ce problème comme une priorité à résoudre. Lorsque le directeur général du ministère de la Santé, le professeur Nachman Ash, déclare que « ce n’est pas le moment de prendre l’avion », il pense aux vacances d’été et aux personnes allongées sur une plage, sans tenir compte de la façon dont une pandémie de 18 mois met à rude épreuve les relations familiales.

Le gouvernement s’est engagé à ouvrir le ciel aux touristes étrangers vaccinés le 1er juillet. Lorsque l’épidémie de variante Delta a commencé peu de temps avant cela, ils ont décidé de la repousser d’un mois jusqu’au 1er août. Depuis, le ministère de la Santé se prononce rarement sur le sujet et refuse de s’engager sur une nouvelle date.

Beaucoup de gens qui sont impatients de venir ne sont pas des touristes au hasard, mais plutôt des juifs et des chrétiens du monde entier qui aiment beaucoup Israël. Ils ont de la famille ou des amis en Israël, possèdent parfois des biens et ont constamment contribué au bien-être du pays, en le soutenant financièrement et moralement.
Ces personnes méritent également de meilleures réponses.

3 – Où est le porte-parole anglophone ou francophone de Bennett ?
Bennett se considère comme un anglo-savvy. Après tout, sa mère et son père sont eux-mêmes des immigrants californiens. Lors d’un récent point de presse, il a mentionné sa mère avec amour et a expliqué comment il la conduirait personnellement à se faire vacciner pour la troisième fois.
Le Premier ministre n’a pas tardé à s’adresser aux médias étrangers en anglais avec son accent américain. Mais il n’a toujours pas annoncé la nomination d’un porte-parole en langue étrangère chargé de communiquer avec la presse internationale en Israël et dans le monde.
Contrairement à son prédécesseur, qui a pris soin de télécharger l’intégralité de ses remarques sur le site Web du gouvernement et de les envoyer via le bureau des affaires étrangères du Bureau de presse du gouvernement et sur Twitter, seuls les faits saillants sont traduits en anglais aujourd’hui, parfois seulement des citations simples.

Comme Bennett lui-même l’a souligné à maintes reprises, tous les regards sont tournés vers Israël lorsqu’il s’agit de la crise du COVID. Les pays du monde entier apprennent d’Israël et établissent une politique sur les coronavirus basée sur ce qu’ils voient en Israël.
« La seule façon de vaincre la pandémie est ensemble », a déclaré Bennett vendredi en regardant le président Isaac Herzog obtenir son troisième vaccin. « Ensemble, c’est partager des informations. Ensemble, cela signifie partager des méthodes, des technologies, des idées et des mesures concrètes. Israël est ouvert à partager toutes les informations que nous pouvons tirer de cette initiative audacieuse – et nous allons gagner, mais ensemble. »

Mais s’il veut une telle collaboration, alors il doit communiquer avec la presse étrangère non seulement par des extraits sonores, mais aussi pour partager les détails de ses plans alors que nous traversons la prochaine étape de cette pandémie.
Le COVID-19 est un défi universel. Il transcende les frontières du genre, de la religion et de l’État.
Dans notre propre pays, il est temps que le gouvernement s’en souvienne et prenne les mesures nécessaires pour soutenir la communauté des olim en cette période difficile.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News