L’incroyable histoire de séparation entre les enfants et les parents qui voulaient au total quitter la communauté Gur à Ashdod et rejoindre une autre Rosh Yeshiva dans le hassidisme lui-même, depuis lors – les filles ont disparu, les rabbins ont fait pression sur les filles pour qu’elles se séparent de leurs parents.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

C’est à quoi ressemble la guerre à l’intérieur de la communauté Gur Hassidim à Ashdod

La lutte féroce et violente entre les factions Hassidim de Gur (résultant des guerres d’héritage entre les 2 rebbe, qui ont du « sang bleu ») bat des records à maintes reprises. La lutte a déjà connu de graves violences, des boycotts, des arrestations, des démantèlements familiaux, des jets de pierres et autres au point de profaner toutes les valeurs juives, en particulier l’honneur du père et de la mère.

Les victimes sont cette fois les parents Zvi et Leah Sandik, partisans de la communauté Gur à Ashdod, qui ont estimé ne plus se sentir liés au hassidisme suite à la rupture difficile et ont envisagé de rejoindre la communauté de retraités dirigée par le rabbin Shaul Alter.

Les parents qui faisaient partie de la communauté Gur et leurs enfants ont été éduqués dans les institutions hassidiques d’Ashdod, ont décidé de transférer leurs filles pour étudier à Bnei Brak, dans tous les établissements d’enseignement hassidiques de la ville.

Les enfants les plus âgés sont mariés. Les petits sont partis avec les parents. La difficulté était avec le fils de 12 ans, la fille de 14 ans et la fille de 17 ans.

Selon les parents, certains ont parlé aux enfants avant leur départ et leur ont demandé de ne pas rejoindre les parents ou de déménager dans d’autres institutions. Entre autres, le garçon de 12 ans a raconté à la maison que l’éducatrice lui avait dit : « Il n’y a ni père ni mère, tu dois faire ce que dit le comité ».

Certains des enfants mariés de la famille qui sont restés dans la communauté Gur Chassidut ont rejoint la campagne de persuasion (une autre partie des anciens a rejoint la congrégation du rabbin Shaul Alter).

Les parents ont dit à Esti, 17 ans, qu’elle étudiait au séminaire de Gur à Ashdod depuis plusieurs années, donc elle continuera à y étudier, ils s’arrangeront pour qu’elle soit transportée tous les jours de Bnei Brak à Ashdod comme le retour.

Ricky, 14 ans, venait de commencer un séminaire, et son fils de 12 ans étaient inscrits dans des institutions à Bnei Brak.

Il y a environ deux semaines, la petite fille a quitté la maison après les heures d’école et n’est pas revenue. La fille aînée n’est pas non plus revenue du séminaire d’Ashdod. Les parents inquiets, se sont tournés vers la police, ont tenté de les rechercher.

Tard dans la nuit, un appel a été reçu à la maison d’un numéro confidentiel, la petite fille était en ligne et a dit « Je vais bien » et l’appel a été raccroché.

Le lendemain, les deux filles sont rentrées chez elles.

Il y a une semaine, mardi matin, les parents se sont levés et ont vu que les deux filles n’étaient pas à la maison. La porte était verrouillée de l’intérieur et alors qu’ils faisaient le tour de la maison, ils virent une échelle placée près de la fenêtre de la chambre des filles.

Zvi et Leah Sandik crient à l’aide et réclament que la communauté hassidique a enlevé leurs enfants :

« C’est une menace, si les parents décident de sortir du courant dominant. Cela ressemble à une secte. »

Cependant, la police affirme qu’après avoir recueilli les témoignages des filles, elles ont en fait porté plainte contre leurs parents et « l’accusation d’enlèvement a été rejetée ».

Selon les parents, les filles se sont plaintes auprès d’eux sous la pression des hassidims.

Selon le père, il s’agit d’un schéma d’action régulier :
« Dans tous les cas qui se sont produits jusqu’à présent, ce sont les enfants qui viennent se plaindre à la police disant que les parents sont violents ».

Le père Sandik a dit :

« Depuis deux semaines, deux de mes filles, Esti, 17 ans, et Ricky, 14 ans, ne sont pas rentrées à la maison.

Nous sommes arrivés à la conclusion il y a quelques mois que nous voulions prendre de la distance par rapport à ce qui se passe aujourd’hui avec la communauté Gur. Il y a division, il y a inclusion de l’autre. Beaucoup de choses qui ne correspondent pas à nos valeurs. Nous voulions le faire de la meilleure façon et avons décidé de déménager d’Ashdod à Bnei Brak. Nous avons choisi des institutions pour enfants à Bnei Brak qui ne sont associées à aucune faction Gur. »

Mais selon le père – dès que lui et son épouse ont décidé de transférer les enfants dans des institutions n’appartenant pas à Gur, une opposition s’est élevée de la part de la communauté et aussi de leurs enfants mariés. « Ils voient comme une tâche primordiale de déconnecter nos enfants de nous, car nous voulons leur inculquer une éducation différente. Ce sont des écoles complètement ultra-orthodoxes. Il y a un haut comité à Gur qui a été créé il y a deux ans et demi et tout leur but est de dissuader les familles de déménager chez Rabbi Alter. »

Rabbi Shaul Alter (Photo de Wikipédia)

Le père ajoute :

« Ils ont dit que quiconque oserait rejoindre le rabbin Alter, jetterait ses enfants hors des institutions. A un moment donné, ils ont changé de tactique et à chaque occasion ils ont ajouté des activités pour garder les enfants à la maison le moins possible. Nous nous sommes sentis dans les six derniers mois  »

La Mère Leah Sandik, raconte dans une tempête d’émotions :

« C’est un vrai bouleversement émotionnel. C’est une inquiétude folle. Ce n’est pas leur santé physique, c’est leur santé mentale. Rien que ça ».

« C’est un bouleversement. Ils ont ruiné toute leur confiance, toute leur autorité parentale et ils en tremblent. Je tremble pour leur vie. Je ne les ai pas vus depuis plus d’une semaine et ça n’a pas de sens n’importe où et dans n’importe quelle situation. Personne ne peut nous aider. Je pleure beaucoup et j’essaie de ne pas le faire devant les enfants. Ils nous manquent et je les aime, même s’ils sont remontés contre nous, je les attends. C’est un film auquel je ne pensais pas qu’on arriverait. Nous vivons des moments horribles. »

Le père Sandik affirme qu’une partie de l’influence de ses filles provient de la lignée officielle des Gur. Selon lui, sa fille Estée écoutait les mêmes mantras chaque mois pendant environ des centaines de minutes par mois.

Dans l’un des enregistrements, un adepte de Gur nommé Shlomo Kournik a été entendu incitant les enfants à couper ouvertement le contact avec leurs parents pour le bien du Gur Rebbe .

Dans l’enregistrement, l’adepte dit : « Nous ne savons pas combien de bénédictions nous avons et parfois ces garcons traversent tant souffrances. Combien ils baissent leur visage au sol, et ne savent pas quoi faire . Ils ont un si grand lien avec les justes. « D’autre part, il y a un père qui les incite et les appelle à venir avec lui et ils ne savent pas quoi faire. Nous avons la Torah et nous savons ce que les fils de Kora’h ont fait. »

« Ils ont eu le privilège de se repentir. Cela devrait nous renforcer que parfois nous ayons besoin de savoir ce qu’il y a devant quoi.

Le Rabbi de Gur (de YouTube)

Le père stupéfait dit – c’est comme une secte :

« C’est vraiment comme une secte. Il ne vous laisse pas partir. J’ai dit à mes enfants que je n’avais aucun problème avec le Rabbi de Gur, mais transformer le Rabbi en Dieu est ce qui ne me convient pas. Ils disent que le Rabbi est Dieu. L’impact de la secte est vraiment fort, surtout sur les enfants plus âgés. Ils ont neutralisé toute autorité parentale et on a l’impression que les deux filles se comportent comme si elles étaient droguées. »

Selon Sandik, après qu’Esti, 17 ans, se soit opposée à changer d’école qui n’appartenait pas au hassidisme de gur, ses parents ont convenu avec elle qu’elle resterait à l’école hassidique gur à Ashdod, mais elle a exercé des pressions sur son frère marié pour que sa sœur Ricky, âgée de 14 ans, n’aille pas dans une institution qui n’appartient pas au hassidisme. « Au début, Esti a quitté la maison de manière démonstrative et a dit qu’elle retournait étudier à Ashdod, mais Ricky, qui venait à peine d’entrer en neuvième année, s’en est pris à sa sœur. »

« J’ai parlé au directeur de l’école Gur à Ashdod et je lui ai dit qu’elle n’avait pas le pouvoir de l’accepter parce que je l’avais inscrite à l’école. Elle a disparu pendant trois jours et nous ne savons pas où elle se trouvait. Nous avons reçu des informations selon lesquelles elle était chez la Rebbetzin Gur, où elle l’a encouragée à continuer. « Ensuite, ils l’ont emmenée chez ma sœur, qui habitait à deux pâtés de maisons de la maison de la Rabbanit, au milieu de la nuit. Nous ne connaissons pas beaucoup de détails. »

Il y a une semaine, Esti a emmené Ricky avec elle et depuis, les deux filles ne sont pas rentrées chez elles. « J’ai porté plainte auprès de la police de Bnei Brak et ils ont dit qu’il s’agissait d’un enlèvement. Ils ont contacté la police d’Ashdod et ne sont pas revenus nous signaler quoi que ce soit. Ce n’est que samedi soir que nous avons entendu parler d’une tentative de contrebande depuis le pays . Tout m’est caché et ce qui se passe n’est pas clair. »

« Les filles sont à Ashdod mais on ne sait pas où, il y a des informations selon lesquelles elles pourraient être cachées dans l’entrepôt de l’un des suiveurs. Nous avons soumis une ordonnance d’éloignement à toutes les personnes que nous savions qui essayaient de le persuader de s’enfuir.  »

Entre autres, il était écrit dans la décision qu’il était interdit pendant 30 jours aux enfants les plus âgés qui étaient mariés d’approcher les plus jeunes. Je prends soin de leur santé mentale. J’ai peur qu’il soit très difficile de les réhabiliter. J’espère qu’ils reviendront. J’espère que les dommages mentaux seront mineurs. J’ai très mal et ma femme est aussi bouleversée et on espère que ça finira bien. »

La police israélienne a répondu :

« Nous confirmons que les plaintes font l’objet d’une enquête, dans le cadre de laquelle des témoignages ont été recueillis à la fois des parents et des mineurs (Esti et Ricky) faisant l’objet des plaintes et la plainte pour enlèvement a été rejetée. Les responsables de l’aide sociale ont été impliqués dans le traitement de la question .

L’avocat Uri Korb, représentant Gur Hassidut, a répondu :

« Il s’agit d’un conflit familial interne entre les mineurs et leurs parents et toute tentative d’attribuer un cas d’enlevement aux hassidim de Gur est fondamentalement privée et confine à la diffusion de calomnies et de commérages dont le seul but et de noircir cette communauté. Selon les mineurs, ils ont été maltraités par leurs parents.  »

« De plus, les mineurs ont déposé une plainte auprès de la police contre leurs parents pour abus et maintenant la question est traitée par la police et les responsables de l’aide sociale.

Dans une action unilatérale d’enlèvement, les parents ont unilatéralement fait appel devant un tribunal qui a émis une ordonnance de protection temporaire contre des membres de la famille et des hassidim qui n’ont rien à voir avec l’affaire.

Dès demain, une demande sera soumise au tribunal pour révoquer les ordonnances émises sur la base de faux affidavits.

Inutile de dire que la famille et toutes les parties impliquées continueront de coopérer et d’aider les autorités à faire respecter la loi avec toute personne qui porte atteinte à des mineurs. »

 

Je rappelle à tous les lecteurs qu’il y a trois sites liés à la société d'informations de défense d'Israel de la société reconnue Alyaexpress-News 1) Le site Infos Israel News avec le lien Telegram à partager : Lien Telegram à partager : https://t.me/infoisraelnews Lien du site Infos Israel à partager : https://infos-israel.news/
  2) Le site RAK BE ISRAEL pour les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel, pas forcément que la guerre et les attentats, mais aussi les nouvelles decouvertes technologiques, medicales, écologiques, ...et les bons conseils pour nos olim de France ! Lien du site Rak Be Israel à partager : https://rakbeisrael.buzz/
  3) Le site CQVC est plus dans la recherche, les analyses, et les preuves que l'Autorité palestinienne n'a jamais vraiment existé...de quoi vous defendre sur les groupes anti-sionistes, à mort les fakes news ! Lien du site à partager : https://cqvc.online/
  4) Rendez vous aussi sur le site de la société Alyaexpress-News qui réunit les infos de tous nos sites en même temps : Lien du site à partager : https://alyaexpress-news.com/
  5) Et le site Ougasheli pour ceux qui aiment la pâtisserie et la cuisine juive , des recettes qui sont illustrées et expliquées par Sabrina qui est une amoureuse de la bonne cuisine et la pâtisserie fine … Lien du site à partager : https://ougasheli.com/
  6) N'oubliez pas de faire votre shopping sioniste sur Israel Chrono : produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables ! Lien du site à partager : https://israelchrono.com/
  7 ) Cependant nous pensons aussi à nos lecteurs qui veulent se faire connaitre et qui auront la possibilité sur ce groupe d'Alya de 3600 personnes dont nous sommes administrateurs de poster un lien pour votre publicité afin de vous aider dans votre parnassa et votre alya ( les liens des groupes télégram sont interdits) Lien du groupe Alya sans langue de bois : https://www.facebook.com/groups/746330378765450 Partagez nos liens , c'est la seule chose que nous vous demandons en retour, nous ne demandons pas d'argent , pas de conditions , juste partager !