Scene of terror attack in Jerusalem synagogue

Il y a six ans aujourd’hui, deux terroristes palestiniens équipés de haches, d’un couperet à viande et d’un fusil sont entrés dans la synagogue Kehilat Bnei Torah pendant que les fidèles priaient la prière silencieuse de l’Amidah. Ils ont égorgé quatre rabbins à mort et blessé sept autres fidèles, dont l’un est mort près d’un an plus tard après ne s’est jamais réveiller de son coma. Ils ont également abattu un policier druze. 

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.
À l’époque, le FPLP a revendiqué la responsabilité. Les terroristes étaient des cousins ​​et étaient liés à un terroriste du FPLP reconnu coupable de tentative de meurtre qui avait été libéré plus tôt en 2014 en tant que geste de bonne volonté israélien pour relancer les «pourparlers de paix». La police israélienne a déclaré que les meurtriers, qui travaillaient dans une épicerie voisine, semblaient avoir agi seuls.
Aujourd’hui, le journal Palestine Today, basé à Gaza, dirigé par le Jihad islamique, célèbre cet anniversaire des meurtres de sang-froid . 
Son article dégoûtant dit: << Aujourd’hui, sixième anniversaire d’une opération héroïque aux mains des moudjahidines Uday et Ghassan Abu Jamal à l’intérieur d’une synagogue, à l’aide d’une grande hache et de deux revolvers, sur la terre de Deir Yassin, à l’ouest de Jérusalem, où le Abu Jamals a réussi à attaquer cinq rabbins, les tuant et en blessant d’autres. « 
« Uday et Ghassan se distinguaient par leur haute moralité et leur humanité, car ils se distinguaient par leur amour, leur patience, leur volonté, leur force et leur courage, et ils étaient très désireux de fournir une assistance à chaque personne dans le besoin. Uday était toujours assis près de sa grand-mère, l’invitant à chanter les chants de la révolution palestinienne et des fedayeen, qui ont eu un grand impact sur son éducation et ouvrant la voie à son chemin vers le martyre. Quant à Ghassan, père compatissant de trois enfants (Walid, Salma et Muhammad), il se distinguait par son amour intense pour ses enfants, et cet amour était peut-être une raison pour lui de sacrifier son sang pour assurer un avenir sans humiliation et sans déshonneur, plein de fierté et de dignité », poursuit l’article.
Comme d’habitude, il n’y a pas la moindre réticence de la part d’autres médias palestiniens qui dénoncent un site d’information majeur célébrant le massacre de personnes parce qu’elles étaient juives. Je n’ai jamais vu aucun Palestinien (en dehors de ceux qui sont célèbres pour leur dissidence comme Bassem Eid) condamner cette soif de sang dans les commentaires de sites Web ou sur les médias sociaux. Des articles comme celui-ci qui célèbrent les attaques les plus odieuses font partie du tissu de la société palestinienne et personne dans ce monde – pas de membre « modéré » de l’OLP, pas de chroniqueur de journal, pas d’affiche sur Facebook – ne trouve que cette célébration du meurtre de rabbins est le moins du monde répréhensible. 
En fait, ce n’est pas seulement Palestine Today qui a célébré l’attaque. Il y a plusieurs semaines, ces deux meurtriers ont été présentés dans une émission télévisée palestinienne en tant que héros. Au moment de l’attaque, un site d’information palestinien a romancé les meurtres en imaginant les conversations et les actions des terroristes à l’époque comme héroïques. D’autres sites ont insisté sur le fait que les assaillants étaient des héros et représentaient le meilleur des idéaux palestiniens. Vous pouvez toujours trouver des vidéos YouTube vantant les meurtres. 
C’est la société palestinienne. Célébrer le meurtre de juifs religieux dans la prière est courant, et pas marginal. 


IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News