ביקור ראש הממשלה בנימין נתניהו עם השרה להגנת הסביבה גילה גמליאל בחוף ים באשדוד בעקבות זפת שנפלטה לאורך חופי הים בישראל Photo by Kobi Gideon / GPO

Un pétrolier iranien a délibérément déversé de l’eau dans les eaux économiques d’Israël , a rapporté Lloyd’s List , l’un des principaux magazines maritimes internationaux, confirmant en grande partie la description faite par la ministre de la Protection de l’environnement, Gila Gamliel, des événements qui ont conduit à la marée noire du mois dernier en mer Méditerranée.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Les données de Lloyd’s List Intelligence confirment la description par Israël des événements liés à la marée noire. Malgré le fait que l’AIS de l’Emerald, le drapeau panaméen, soit éteint à plusieurs reprises, le pétrolier peut être vu naviguant devant Israël au moment de la marée noire entre le 1er et le 2 février.

Israël a accusé l’Iran d’avoir délibérément déversé plusieurs milliers de tonnes de brut d’un pétrolier battant pavillon panaméen dans ses eaux économiques entre le 1er et le 2 février, polluant plus de 160 km de côtes méditerranéennes.

🟦 ANNONCE 🟦

Le ministère de l’ Environnement a identifié le pétrolier Emerald, construit en 2002 et avec 112 679 tpl, comme responsable du déversement après une enquête de deux semaines qui a réduit la liste des coupables possibles à partir d’une liste de 35 suspects initiaux.

Le pétrolier, classé par Lloyd’s Register, a été vendu en décembre, re-flagellé au Panama depuis Malte et a immédiatement chargé en Iran une cargaison d’environ 90000 tonnes de brut à destination de la Syrie, selon les données de suivi des navires de Lloyd’s List Intelligence.

Le ministère a identifié Emerald sur la base de tests en laboratoire, d’un suivi par satellite et d’un processus d’élimination correspondant à l’huile qui s’est échouée sur les plages d’Israël le 17 février.

Les accusations de terrorisme environnemental font suite à une explosion le 25 février dans un transporteur de véhicules appartenant à des Israéliens dans les eaux omanaises, lié à l’Iran.

Le nouveau propriétaire de l’Emerald a été nommé Oryx Shipping Ltd, selon un porte-parole de l’ancien propriétaire, la société d’État libyenne General National Maritime Transport Co.

Oryx Shipping Ltd est liée à une société basée au Pirée et liée à la Syrie, qui serait détenue par Luay Mallah. Une société indienne de gestion de navires appelée Frontline gère la plupart de la flotte supposée de supramax et de marchandises générales d’Oryx.

Aucune entreprise n’a pu être contactée pour commenter.

La connexion de l’Iran au pétrolier, à l’assurance de protection et d’indemnisation, qui prévoit la responsabilité du bunker et des déversements d’hydrocarbures, était le Club islamique P&I basé aux EAU.

Ce club peu connu n’est pas membre du groupe international de 13 membres qui couvre 90% de la flotte mondiale et n’est utilisé que par les armateurs iraniens qui ne peuvent pas trouver de couverture ailleurs, comprend Lloyd’s List.

Islamic P&I a fourni des certificats d’assurance responsabilité financière pour les dommages dus à la pollution par les hydrocarbures qui étaient valables jusqu’en janvier 2022, ainsi qu’une couverture pour l’enlèvement des épaves et la pollution par les hydrocarbures, selon des documents consultés par Lloyd’s List.

Les registres fournis au registre du pavillon indiquaient que la compagnie maritime unique des îles Marshall, Emerald Marine Ltd, était un propriétaire anonyme et introuvable.

L’Emerald fait partie d’une flotte de quelque 130 pétroliers vieillissants, totalisant 19,5 millions de tpl, acquis au cours des 18 derniers mois par divers propriétaires anonymes pour un déploiement immédiat dans des opérations sanctionnées par les États-Unis opérant hors de la portée des autorités.

Le système d’identification automatique du pétrolier s’est arrêté alors qu’il naviguait dans le golfe et la mer Rouge, reprenant brièvement le transit par le canal de Suez avant de s’arrêter à nouveau à la fin du 1er février.

Selon la déclaration israélienne, le pétrolier est ensuite entré dans les eaux économiques d’Israël pour déverser délibérément une partie de sa cargaison de brut pendant la période de 24 heures pendant laquelle l’AIS était hors tension , avant de réapparaître au large des côtes de la Syrie.

L’enquête israélienne affirme qu’Emerald a déchargé le reste du brut qu’il transportait sur d’autres navires via des transferts de navire à navire et est retourné en Iran. La Syrie est le deuxième acheteur de brut iranien après la Chine.

Lloyd’s Register a déclaré qu’il vérifiait l’exactitude des informations qui lui avaient été fournies sur le navire.

« Les satellites ont découvert deux autres points entre Chypre et la Syrie, dans la zone à travers laquelle le navire avait navigué », indique le communiqué du 3 mars publié par le ministère israélien de la Protection de l’environnement.

«Le navire est rentré en Iran, à nouveau dans« l’obscurité »lorsqu’il est entré dans les eaux économiques d’Israël; il est resté ainsi jusqu’à ce qu’il atteigne un port en Iran, où il est actuellement ancré.  »

La ministre de l’Environnement, Gila Gamliel, a déclaré que les autorités israéliennes prendront contact avec les assureurs Emeraude, « et feront le nécessaire pour que l’Etat d’Israël reçoive une compensation des Fonds internationaux d’indemnisation pour la pollution par les hydrocarbures ».

« Nous traduirons en justice les responsables du terrorisme environnemental », a-t-il déclaré dans un communiqué, qui ne contenait pas de détails sur les raisons pour lesquelles il pensait que le déversement était intentionnel et non un accident.

Lloyd’s List a contacté Mme Gamliel pour commentaires.

Via: Liste de Lloyd



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News