Quand les Palestiniens disent qu’ils ne peuvent pas avoir un État sans leurs conditions préalables, qui incluent:

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.
* « Droit au retour » (en Israël, pas dans leur propre État!)
* Jérusalem comme capitale
* La libération israélienne des prisonniers terroristes
* Les lignes de 1967Ils mentent. Rien de tout cela n’est une condition préalable à un État. Ce sont des demandes complètement distinctes.

Lorsque les Palestiniens insistent sur le fait qu’ils n’accepteront aucun plan de paix sans ces exigences, ils disent que l’État n’est vraiment pas si important pour eux. La paix non plus.

Un peu de réflexion révèle que chacune de ces demandes ne renforce même pas un État palestinien indépendant et n’aide pas la paix.

🟦 ANNONCE 🟦

Cependant, chacune de ces exigences affaiblit Israël :

🟦 ANNONCE 🟦

* « Droit de retour » pour détruire démographiquement l’État juif
* Jérusalem, en particulier la vieille ville, pour rompre les liens émotionnels et religieux des Juifs avec la ville sainte
* La libération par Israël de prisonniers terroristes pour leur permettre d’attaquer à nouveau (comme cela s’est produit de nombreuses fois avec d’anciens prisonniers libérés)
* Lignes de 1967  pour s’assurer qu’Israël n’est qu’à neuf miles de large et vulnérable aux attaques au sol

Ces demandes ne sont pas seulement non pacifiques – elles sont l’antithèse de la paix. Ils n’ont rien à voir avec un État indépendant. Ils sont uniquement conçus pour nuire à Israël.

Pourtant, les dirigeants palestiniens et les militants anti-israéliens agissent comme si ces exigences étaient des conditions préalables à la paix et ne leur adressaient aucune chance de paix. C’est l’opposé de la vérité.

Il y a un autre argument pour soutenir l’intransigeance palestinienne. Il a été décrit dans un article de l’Atlantique par Shadi Hamid l’année dernière:

J’ai récemment participé à un voyage d’étude sur la religion et le nationalisme en Israël et en Cisjordanie organisé par le Projet Philos. Un responsable palestinien que nous avons rencontré nous a dit: «Je ne vais pas compromettre ma dignité.»

Le refus de notre interlocuteur palestinien de céder sa dignité n’était pas une performance; c’était le désespoir. Je me sentais comme une épitaphe. Il y a eu des conflits au cours desquels les dirigeants ont fait des compromis qui peuvent sembler être des trahisons, seulement pour que l’histoire les considère à la fois comme audacieux et nécessaires. Mais ces conflits ne sont pas ce conflit.Les militants palestiniens ont tendance à parler en termes de justice.

Une injustice a été commise, elle doit donc être annulée. Christopher Hitchens, dans sa reconnaissance pour l’auteur palestinien américain Edward Said, a écrit que «le sentiment de son ami pour l’injustice faite à la Palestine était, dans le meilleur sens de ce terme galvaudé, viscéral. Il ne pouvait tout simplement pas se réconcilier avec la dépossession d’un peuple ou avec les mensonges et les évasions qui étaient utilisés pour camoufler cette infraction.
Les manifestants pro-palestiniens scandent souvent le mantra «pas de justice, pas de paix». Un ancien responsable israélien avec qui nous avons parlé à Jérusalem avait une opinion différente. Il a dit: «Si nous faisons cela de la justice, il n’y aura pas de paix.» Trop de Palestiniens célèbrent la victimisation – alimentée par un profond sentiment d’injustice – plutôt que de la surmonter, a-t-il suggéré

Mais nous revenons ensuite à la question de la dignité. Personne ne devrait être invité à surmonter sa victimisation en renonçant à sa dignité, la seule chose que même un occupant ne devrait pas pouvoir emporter. Cela peut sembler naïf et peu pratique, en particulier pour ceux qui préfèrent que les Palestiniens continuent, mais cela n’en est pas moins vrai.Hamid suggère que le conflit n’est pas une question de terre ou d’État – du point de vue palestinien, il s’agit de «justice» et de «dignité».

Pourtant, ces personnes soi-disant «dignes» prennent volontiers la charité de l’UNRWA et de l’UE. (En fait, quand ils n’obtiennent pas l’aide gratuite à laquelle ils sont habitués, ils se révoltent pour leurs dons.)

Ces personnes « dignes » gardent leurs compatriotes palestiniens dans des « camps de réfugiés » même s’ils vivent dans les zones du mandat britannique Palestine ou s’ils sont citoyens jordaniens à part entière. Ils choisissent d’utiliser leur propre peuple comme pions en se faisant passer pour des réfugiés. Qu’est-ce qui est digne à ce sujet?

Et l’argument « justice » est similaire à l’argument « dignité ». Quand les gens disent qu’ils n’accepteront aucun compromis qui viole leur propre sens de la dignité ou de la justice, cela signifie qu’ils sont le juge et le jury quant au type de plan de paix acceptable. Cela leur donne un droit de veto sur tout plan possible, aussi généreux soit-il, car ils sont les seuls à pouvoir dire que leur dignité est rétablie ou que justice est rendue.

Tant qu’Israël existera, ils n’auront pas l’impression d’avoir de dignité ni de justice. Parce qu’ils considèrent la terre entière comme la leur. Leurs cartes montrent l’ensemble du territoire du mandat britannique. On leur apprend que Jaffa et Nazareth sont des villes palestiniennes. Tout le monde peut voir que les gens qui croient cela ne diront jamais qu’un plan de paix sera assez bon pour leur faire sentir leur dignité et que justice soit rendue.

Personne ne dit que les Israéliens doivent avoir « justice » et « dignité » dans tout plan de paix. La raison est évidente: parce que lorsque cela est exigé des deux côtés, la paix est impossible. Pourtant, personne ne voit aucun problème à utiliser ces termes qui sont anti-paix comme des demandes pour la partie palestinienne.

Qu’on le veuille ou non, toute solution à deux États impliquera un compromis des deux côtés. Les notions de «dignité» et de «justice» sont incompatibles avec le compromis – ce qui les rend anti-paix.


🟦 ANNONCE 🟦

   
Inscrivez vous au RSS
Publicité
Comment ajouter notre site sur l’écran d’accueil de votre téléphone ?
C'est très simple !
– Pour Android :
Rendez vous sur notre site : https://cqvc.online/
Tapez sur le menu du navigateur, en haut, à droite de votre écran (3 points sur Google chrome)
Tapez sur « Ajouter à l’écran d’accueil »
– Pour Iphone :
Rendez vous sur notre site : https://cqvc.online/
Cliquez le bouton « Partager » (carré en bas de l’écran, d’où sort une flèche)
Tapez sur « Sur l’écran d’accueil »
Tapez sur « Ajouter »

Pour le partage des articles sur votre site, contactez nous par avance (seul le lien URL est autorisé): [email protected]

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur les images mais aussi les sources. Si vous avez identifié une photo ou une source sur laquelle vous possédez des droits d'exclusivités, vous pouvez nous contacter et nous ferons le nécessaire pour modifier ou supprimer : [email protected]

Abonnez vous à notre Newsletter à Infos-Israel.News

IMPORTANT :

Nous subissons actuellement une censure abusive de notre Page Facebook . Par sécurité nous avons mis en ligne une autre Page de secours, veuillez la liker et la faire connaitre à vos amis et proches au cas ou l'actuelle sera fermée.

infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !

Publicité