»  Je suis récemment tombé sur un livre de photographies réalisé par le célèbre photographe de guerre du magazine Life, John Phillips. Le grand livre d’apparence anodine s’intitulait simplement A Will to Survive. Après avoir feuilleté les pages, j’ai réalisé que j’étais entré dans une capsule temporelle qui commémore la destruction arabe de l’ancien quartier juif de Jérusalem en 1948.
Non seulement il s’agit d’un récit dramatique de première main de la chute du quartier juif en 1948, mais il documente les tactiques de la terre brûlée de la Légion arabe qui ont rasé et brûlé jusqu’au sol chaque structure, y compris toutes ses synagogues et ses yeshiva. Les Arabes ont expulsé tous les habitants de la ville, principalement de vieux Juifs orthodoxes sans défense. On leur a donné environ une heure pour évacuer les maisons dans lesquelles la plupart des familles élargies vivaient depuis des siècles.
Et aucun organisme international n’a jamais tenu compte des actions barbares de la Légion arabe après avoir capturé le quartier.
Pour obtenir ses clichés en mai 1948, Phillips a posé sous couverture à Jérusalem en tant qu’officier britannique de la Légion arabe. Il a également fait passer ses photos en contrebande pour éviter les censeurs arabes désireux de garder secret le pillage du quartier juif.
Phillips a fait face à un danger personnel pour faire le tournage. Il est entré au Moyen-Orient sous couverture et a porté l’uniforme de la Légion arabe, une armée arabe créée par les Britanniques et dirigée par des officiers britanniques, dont beaucoup sont restés avec leurs unités pour combattre les Juifs. « Me prenant pour un officier britannique, la population arabe m’a laissé tranquille », écrit-il.
Il était consterné par la censure arabe. « Conscientes que le sac du quartier juif choquerait le monde occidental, les autorités arabes du Moyen-Orient ont tenté d’empêcher la fuite de la nouvelle. Jérusalem ne pouvait en aucun cas être mentionnée », a-t-il écrit.
« Je savais que mes photos de l’agonie du quartier juif finiraient dans la corbeille à papier d’un censeur. Je ne voulais pas que cela se produise et j’ai décidé de les faire sortir clandestinement du Moyen-Orient.
J’ai trouvé une copie du livre en ligne . Les photographies du livre sont superbes. »
Voici la synagogue Hurva en ruines.
Une vue de la destruction du quartier juif depuis l’actuelle place du Kotel, avec la synagogue Porat Yosef et la yeshiva au centre.
Des juifs se rassemblent pour être déportés devant la synagogue détruite de Tiferet Israël.

D’autres photos de Juifs alors qu’ils se précipitaient pour partir – ils avaient une heure pour rassembler leurs affaires.

Voici des Arabes pillant les restes – y compris en prenant les couvertures de la Torah dans une synagogue séfarade et une femme avec une boîte de matzohs sur la tête.
Voilà à quoi ressemble le nettoyage ethnique.
Phillips est revenu en 1976 et a interviewé des dizaines de Juifs qui avaient vécu ou combattu lors de la bataille finale pour la vieille ville en 1948. 


IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News