Le footballeur professionnel Munas Dabur, attaquant allemand de Bundesliga et membre de l’équipe nationale israélienne, a attiré l’indignation du public patriotique en commentant les événements sur le Mont du Temple.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Après les emeutes sur le moint du Temple samedi soir, Dabur a posté sur Instagram une image de la mosquée du Dôme du Rocher , accompagnée d’une citation du Coran: «Le Seigneur voit les actes des voleurs, rien ne peut se cacher à ses yeux . » Le message était rédigé en arabe et ne contenait aucun détail pertinent, mais l’indice était clair. La publication a reçu dix mille « j’aime », et une rafale est tombée sur le joueur.

Le membre de la Knesset Itamar Ben-Gvir a déclaré le footballeur un ennemi des soldats de Tsahal, «un partisan de la terreur contre les femmes et les enfants» et a exigé qu’il soit expulsé de l’équipe nationale. La lettre de Ben-Gvir a été publiée par les médias de droite. Le footballeur du Maccabi Netanya a condamné Dabur et lui a conseillé, «si nous écrivons quelque chose dans des jours aussi turbulents, alors quelque chose d’apaisant et de réconciliant».

Même des journalistes sportifs relativement neutres comme Yaniv Tukhman (Walla Sport) ont condamné l’acte du footballeur et ont exprimé leur perplexité quant à la façon dont lui, le « smart guy », « le favori des fans et des journalistes », a fait une erreur.

🟦 ANNONCE 🟦

Sous la pression d’un public de droite indigné, la Fédération israélienne de football a promis d’appliquer des «mesures disciplinaires» au joueur. Dans un communiqué de presse de la Fédération de football, il est dit que chaque athlète israélien, en particulier un joueur d’une équipe nationale, doit être conscient de l’impact que ses déclarations peuvent avoir sur le public et s’abstenir de tout mot « qui pourrait approfondir la division et la polarisation ».

Dabur a dû trouver des excuses et expliquer qu’il était « complètement incompris ». Dans un nouveau message, il a expliqué qu’il avait écrit sous l’influence de la colère sur « une violence policière excessive contre les enfants et les personnes âgées » et qu’un de ses parents âgés se trouvait à la mosquée Al-Aqsa la nuit du carnage et est rentré chez lui blessé. .

«Ma position est absolument claire et sans ambiguïté. En tant que musulman croyant, je suis contre quiconque tente de profaner la mosquée Al-Aqsa, qu’elle soit musulmane, juive, chrétienne ou athée. De même, je condamne la profanation de tous les lieux saints de toutes les religions. La citation du Coran, que j’ai donnée, s’applique à tout le monde, et je crois que toutes les religions sont contre l’injustice », a écrit le footballeur.

Dabour a ajouté qu’il avait des amis proches de différentes confessions et ne s’était jamais intéressé à leur identité religieuse. «Mon rêve principal était et reste de vivre dans une société où tout le monde se respecte, s’empathie et s’entraide dans les moments difficiles.

Dans la dernière phrase, il y a une allusion amère – dans les jours difficiles pour un musulman, il n’a reçu ni compréhension ni soutien ni de la part de ses camarades de football ni de la Fédération israélienne de football, seulement de l’inimitié et des enseignements sur le « haut honneur et la responsabilité » d’être un membre de l’équipe nationale.



IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News