On me dit qu’il y a un vieux proverbe ukrainien qui se traduit vaguement, par : « Le fou complaisant est pire qu’un ennemi ».

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Ce refrain a probablement été dans l’esprit de pas mal d’Ukrainiens ces derniers jours, car ils regardent sûrement en arrière et se demandent pourquoi leurs dirigeants ont accepté de se départir de l’arsenal nucléaire du pays au début des années 1990.

Après tout, il semble sûr de dire que si l’Ukraine avait choisi de conserver ses bombardiers nucléaires, ses ICBM et ses missiles de croisière, un certain voyou nommé Vladimir Poutine aurait probablement évité d’envoyer des dizaines de milliers de soldats pour attaquer son voisin.

Bien que Kiev, la capitale ukrainienne, soit à 2 100 kilomètres de Jérusalem, la distance même n’enlève rien à certaines des principales leçons qu’Israël peut tirer du conflit qui fait rage dans notre nord.

En effet, l’assaut de la Russie contre l’Ukraine est un récit édifiant pour l’État juif, que nous ferions bien d’envisager.

Pour commencer, il y a la question des « garanties de sécurité internationales », une question qui a été soulevée au fil des ans comme une composante possible de tout accord de paix dans lequel Israël est censé remettre des actifs stratégiques tangibles, tels que le territoire, à un entité palestinienne hostile.

En échange, on a pensé que Jérusalem recevrait diverses garanties, promesses et engagements internationaux pour compenser la perte inévitable de l’avantage militaire et de la dissuasion.

Mais si quelqu’un croit sérieusement que les « garanties de sécurité » ont un sens, il ferait bien de parler à l’un des innombrables Ukrainiens qui passent actuellement la nuit dans les stations de métro par peur des frappes aériennes ou de l’artillerie russes.

Il est important de rappeler qu’en 1991, après l’effondrement béni de l’Union soviétique, l’Ukraine s’est retrouvée en possession de l’un des plus grands arsenaux nucléaires au monde, ayant abrité environ un tiers de l’inventaire d’armes atomiques des Soviétiques.

Le pays a rapidement subi de fortes pressions pour se dénucléariser, et les dirigeants ukrainiens ont par la suite accepté de démanteler toutes leurs armes nucléaires et d’adhérer officiellement au Traité de non-prolifération nucléaire.

Le 5 décembre 1994, l’Ukraine a signé un document connu sous le nom de Mémorandum de Budapest, avec la Russie, les États-Unis et la Grande-Bretagne, ce qui, avec le recul, rend la lecture satirique, surtout à la lumière des événements de la semaine dernière.

Dans le texte de l’accord, Moscou, Washington et Londres se sont solennellement engagés, rien moins que par écrit, à « respecter l’indépendance et la souveraineté ainsi que les frontières existantes de l’Ukraine » et ont réaffirmé « leur obligation de s’abstenir de recourir à la menace ou à l’usage de la force contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique de l’Ukraine.

Bien que le mémorandum n’ait pas explicitement indiqué que les États-Unis, la Grande-Bretagne ou tout autre pays viendraient à la défense de l’Ukraine en cas d’invasion, l’implication est claire : en échange de l’abandon de son arsenal nucléaire, l’Ukraine a reçu des garanties que son existence ne serai pas compromise, ni menacé.

Malheureusement, comme l’indique la tentative actuelle de la Russie de conquérir l’Ukraine, des documents comme le Mémorandum de Budapest ont une durée de vie similaire à celle d’un bol de soupe de betterave laissé sur la table de la salle à manger.

Pour cette seule raison, il incombe aux responsables israéliens de rejeter l’idée de jamais compter sur des garanties externes similaires pour la sécurité de notre nation.

Si le monde est prêt à rester assis et à regarder la plus grande guerre terrestre que l’Europe ait connue depuis la Seconde Guerre mondiale et à laisser l’Ukraine à son sort, nous ne devrions pas nous faire d’illusions sur le fait que même nos amis et alliés les plus proches viendraient à la défense d’Israël en cas de besoin.

Le conflit ukrainien est également un exemple révélateur de la façon dont le territoire et la profondeur stratégique restent cruciaux dans le monde d’aujourd’hui. L’immensité de l’Ukraine, avec une superficie totale de plus de 600 000 kilomètres carrés, rend l’invasion beaucoup plus difficile pour les occupants russes, qui doivent faire face à tout, des cauchemars logistiques aux lignes d’approvisionnement débordées.

Israël, bien sûr, est beaucoup plus petit que l’Ukraine, mais cela ne le rend pas moins important. En tout cas, cela augmente son importance. Précisément parce que l’État juif est si petit, il ne peut se permettre de céder aucun territoire à ses voisins, car chaque kilomètre carré est beaucoup plus précieux et inestimable en termes de valeur stratégique, historique et militaire.

Face à l’assaut russe, des Ukrainiens de tous horizons se sont avancés et se sont portés volontaires pour défendre leur patrie, insistant avec une détermination de fer sur le fait qu’ils n’accepteront jamais de céder une partie de leur territoire à un contrôle étranger.

Et c’est peut-être la leçon la plus importante de toutes que certains Israéliens feraient bien d’apprendre.

Au lieu de considérer des parties de notre héritage ancestral comme des monnaies d’échange, nous devrions être guidés par une foi profonde et durable, confiants dans la justice de notre cause et conscients du fait que nous ne pouvons simplement faire confiance qu’à la providence divine et à nous-mêmes. .

Par Michael Freund dans The Jerusalem Post
L’auteur a été directeur adjoint des communications de l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant son premier mandat.

 

Apres plus de 10 années sur le Net, la société de médias Alyaexpress-News qui gère les sites Infos-Israel.News, Rak Be Israel, CQVC, et Ougasheli pourrait fermer d'un jour à l'autre.

NOUS N'AIMONS PAS DEMANDER DE DONS A NOS LECTEURS, NI RENDRE NOS ARTICLES PAYANTS COMME DE NOMBREUX SITES AUJOURD'HUI. MAIS NOUS SOMMES FACE AU MUR ! 

C'est un travail de tous les jours, avec une information réactive à l'actualité, nous aimons ce que nous faisons car notre seul objectif est de défendre Israel et d'informer notre public francophone , mais nous n'arrivons plus à boucler le paiement des charges depuis le début de cette satané pandémie et nous avons besoin d'une aide (même petite) mais régulière ! Aidez nous !

POUR UN DON LIBRE

 

POUR UN DON MENSUEL 

 

Merci à tous. Toute l’équipe d'Infos Israel.News.

 

SUIVEZ L'INFORMATION EN CONTINUE AUSSI SUR NOS SITES CQVC.ONLINE, ALYAEXPRESS-NEWS ET RAKBEISRAEL

(Cliquez sur le nom du site pour découvrir d'autres infos inédites)