Thousands of Ethiopian Jews take part in a prayer of the Sigd holiday on the Armon Hanatziv Promenade overlooking Jerusalem on November 27, 2019. The prayer is performed by Ethiopian Jews every year to celebrate their community's connection and commitment to Israel. Photo by Olivier Fitoussi/Flash90

Hier soir, ce fut la fête de Sigd, célébrée par la communauté juive éthiopienne Beta Yisrael et plus récemment une fête d’État israélienne.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.
Sigd a un certain nombre de coutumes qui ressemblent à d’autres fêtes juives. Comme Chavouot, il se déroule 50 jours après une autre grande fête (Yom Kippour dans ce cas.) et Ruth (peut-être des parties d’autres parties de Tanach.) Comme le jeûne d’Esther et de Pourim, c’est un jeûne suivi de danses et de célébrations. 
Une partie des prières demande à Dieu de ramener les Juifs en Israël et de reconstruire le Temple.
Ce qui en fait une fête très sioniste célébrée par des gens que personne ne peut appeler des « suprémacistes blancs ».
En Éthiopie, il a été marqué par un voyage au sommet d’une montagne pour reconstituer l’ensemble de la nation juive unifiée recevant la Torah. De nos jours, en Israël, il est marqué à la fois au Kotel et sur la promenade Haas-Sherover qui surplombe le mont du Temple, où des milliers de personnes se rassemblent pour célébrer cette fête et où se trouve des juifs de toutes les couleurs célébrant l’unité.
C’est le genre de chose que les juifs socialistes qui prétendent se soucier de la diversité et du judaïsme ne célébreraient jamais eux-mêmes. 


IMPORTANT : Le fil d'actualité Facebook est sélectif depuis quelques semaines. Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News